Le Pape Honorius I par le Chanoine Fournier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Pape Honorius I par le Chanoine Fournier

Message  Eric le Sam 19 Nov 2011 - 16:57


CHAPITRE XV

La Papauté et le Pape Honorius I


Si la cause de Libère a longtemps exercé la plume des critiques, elle a fini du moins par avoir un triomphe complet, et la gloire de ce Pape, réhabilitée dans toute sa pureté, a réduit au silence tous ces écrivains qui avaient aiguisé leur burin pour combattre la Papauté.
Nous ne pouvons en dire autant de celle d'Honorius I.
Des inves­tigations immenses ont été faites pour la débrouiller du chaos qui l'enveloppe; un grand pas a été fait, mais les preuves décisives sont encore à trouver.
Si l'on est parvenu à laver ce Pape du reproche d'hérésie, ses défenseurs ne l'ont pas encore justifié pleinement de celui de fauteur du monothélisme.

Avant d'entrer dans le vif de la discussion, nous allons établir clairement l'état de la question.


Chanoine Fournier, La papauté devant l'histoire, Librairie Arthur Savaète Ed., 1900, T.I, p. 272


avatar
Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Pape Honorius I par le Chanoine Fournier

Message  Eric le Dim 20 Nov 2011 - 17:48


État de la question

« Un de ces malheureux sophistes qui déshonoraient trop souvent le trône impérial de Constantinople, dit le comte de Maistre, un fléau de l’Église et du sens commun, Sergius, en un mot, patriarche de Constantinople, s'avisa de demander, au commencement du septième siècle, s'il y avait deux volontés en Jésus-Christ.
Déterminé pour la négative, il consulta le Pape Honorius en paroles ambiguës.
Le Pape, qui n'aperçut pas le piège, crut qu'il s'agissait de deux volontés humaines, c'est-à-dire de la double loi qui afflige notre malheureuse nature, et qui certainement était parfaitement étrangère au Sauveur.
Honorius, outrant peut-être les maximes du Saint-Siège, qui redoute par-dessus tout les nouvelles questions et les décisions précipitées, désirait qu'on ne parlât point de deux volontés, et écrivit en ce sens à Sergius ; en quoi il put se donner un de ces torts qu'on peut appeler administratifs : car s'il manqua dans cette occasion, il ne manqua qu'aux lois du gouvernement et de la prudence.
Il calcula mal, si l'on veut ; il ne vit pas les suites funestes des moyens économiques qu'il crut pouvoir employer, mais dans tout cela on ne voit aucune dérogation au dogme, aucune erreur théologique 1. »

On voit, par ce court exposé, que le fond du débat est entièrement dans la correspondance d'Honorius et de Sergius, et que c'est par les lettres de cette correspondance même que nous verrons si la doctrine du Pape est hérétique ou non.

Nous allons les reproduire telles qu'elles nous ont été conservées dans les actes du sixième concile.


1 : Du Pape, t. I, p. 148


à suivre ....
avatar
Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum