Jeanne la Pucelle, prophétisée et prophétesse

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Jeanne la Pucelle, prophétisée et prophétesse

Message  gabrielle le Ven 5 Fév 2010 - 16:26

Quicheral continue : « Si elles (les prédictions) se présentent dans l'histoire avec un caractère d'infaillibilité qui passe la nature humaine, c'est qu'on n'a enregistré que celles qui se sont accomplies ; mais comme j'ai démontré précédemment que Jeanne a prédit maintes choses qui ne se sont point réalisées, il s'ensuit que le merveilleux de son instinct prophétique se trouve corrigé par la diversité de ses effets. »

Malgré son rationalisme, Quicheral avoue que la Vénérable a fait des prédictions d'un caractère d'infaillibilité qui passe la nature humaine. C'est un aveu à retenir; et l'on ne voit pas comment l'acte de ne pas enregistrer celles qui ne se seraient pas accomplies enlève aux autres leur caractère surhumain. Si l'on n'a enregistré que celles qui se sont accomplies, comment l'éditeur du double procès sait-il que la voyante en a fait d'autres? Les greffiers du procès auront donc fait la sélection, et auraient omis les prophéties qui ne devaient pas s'accomplir ?


lls auraient dû être prophètes, eux aussi, tout comme Quicherat, pourvoir, quatre siècles en arrière, ce que les documents ne nous ont pas transmis !

Parmi les prédictions non réalisées, Quicherat cite la non reddition de Paris, où Jeanne avait promis d'introduire le roi. Elle s'en éloigna bien malgré elle. « Elle céda à la force, dit-il, dans une lutte où le public ni elle-même n'étaient pas d'avis que la force pût l'emporter. »

Non seulement la Pucelle avait promis de prendre Paris, mais d'expulser entièrement l'envahisseur, bien plus, de délivrer le duc d'Orléans, prisonnier à Londres. Elle avoue bien nettement cette dernière promesse dans la séance du 12 mars (V, 252). L'expulsion des Anglais de toute France est annoncée dans la lettre de sommation qu'elle leur adressa, jusque dans les réponses faites au promoteur. C'est dans de nombreux documents que nous lisons qu'elle avait promis de mettre le roi dans Paris.

Quicheral constate justement que c'est malgré elle qu'elle s'éloigna des murs de la capitale. Elle céda à la force. Mais Jeanne n'avait jamais promis d'exécuter seule les merveilles qu'elle promettait. Elle demandait un concours matériel et moral dont Gerson trace les grandes lignes (1. 24). Elle disait au roi qu'ellele conduirait à Reims, sil voulait si volueris; elle demandait des hommes d'armes: ils batailleront, disait-elle, et Dieu donnera la victoire. Gerson et Jacques Gelu, dans leurs traités composés après la délivrance d'Orléans, prévoyaient parfaitement que par ses infidélités le parti français avait le triste privilège, la force, d'arrêter les faveurs divines. Ils insistent pour qu'il n'en soit pas ainsi. Jacques Gelu veut que l'on suive la direction de Jeanne (1, 51), comme celle de l'ange envoyé par Dieu.

Or, celle direction a trouvé, même dès le commencement, des résistances dans les capitaines royaux, humiliés d'être conduits à ta victoire par une petite paysanne ; elle en a trouvé à la cour de la part du tout-puissant favori, La Trémoille, le roi de fait à cette époque ; Jeanne en a triomphé jusqu'à Reims. A partir du sacre, surtout des funestes trêves du 28 août, tout est dirigé à l'encontre de ses conseils. C'est de son parti qu'est venu l'échec contre Paris; l'armée a été ramenée vers la Loire et dissoute malgré elle; elle a été, durant des mois, condamnée à une oisiveté qui était sa grande douleur; il est très vraisemblableu'elle a été trahie à Compiègne. Dans cet état de choses, ses prédiclions ne pouvaient ni ne devaient se réaliser. Jeanne le savait si bien que, au rapport de Thomassin (111, 26GJ, elle disait que si elle devait mourir avant que fût accompli ce pourquoi Dieu l'avait envoyée,... nonobstant sa mort, tout ce pourquoi elle était venue s'accomplirait. Ignorant les conseils d'en haut, durant tout son procès, elle parle comme disposée à poursuivre une mission qu'elle savait n'être pas accomplie entièrement.

Les prophéties de la Pucelle ne sont pas moins étonnantes que ses exploits guerriers. Elles doivent fixer l'attention de tous ceux qui veulent reproduire son histoire et sa figure dans toute leur intégrité.


J.-B. J. Ayroles.
Revue des Questions historiques, vol. LXXIX, 1er janvier 1906.

Fin
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeanne la Pucelle, prophétisée et prophétesse

Message  ROBERT. le Ven 5 Fév 2010 - 21:29

.

Merci Gabrielle pour cette narration juste et impartiale sur la Pucelle d'Orléans.. Wink
.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 896
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum