La foi devant la science moderne

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Lun 15 Fév 2010 - 23:41

DE L'ABUS QU'ON FAIT AUJOURD'HUI DU MOT SCIENCE.

Un homme qui passe pour avoir de l'esprit a osé affirmer que devant les découvertes de la science moderne la foi devenait tout à fait impossible ; qu'un homme raisonnable et quelque peu instruit ne pouvait plus croire ; que bon gré malgré il fallait en passer par là, dussent tous les prêtres s'indigner et crier au blasphème, dussent toutes les femmes gémir et pleurer toutes les larmes de leurs yeux. Un nouveau monde commence ; la religion de l'avenir apparaît : le règne du vrai DIEU, qui est l'homme, va succéder au règne de l'ancien DIEU, qui est le Christ, la foi va passer au rang des contes de fées ; c'est le progrès des lumières, la civilisation, etc., etc.

Ces assertions étranges, filles du rationalisme et de la franc-maçonnerie, ne reposent sur rien. La science n'a rien découvert qui soit le moins du monde contraire à la foi. Tous ces prétendus savants qui exaltent la science aux dépens de la Religion ne sont que des ballons gonflés, vides d'air respirable, en apparence forts et redoutables, en réalité faits de simple baudruche et totalement creux. Ils ont toujours à la bouche le mot science : s'ils attaquent l'existence de DIEU, c'est au nom de la science ; ce n'est pas eux, c'est la science qui repousse la divinité du Christ, qui rejette le miracle et le surnaturel ; c'est la science qui démontre que nous n'avons point d'âme, etc., etc.

Au siècle dernier, c'était la Nature qui faisait tout cela. La Nature était la divinité, la dame des encyclopédistes. Qu'est-ce que c'était que la nature ? où était-elle ? Joseph de Maistre cherchait quelqu'un qui voulut bien le présenter à cette dame-là. Mais on ne savait pas où la prendre. Quand on la rencontrait, ou bien elle ne disait pas ce qu'on voulait lui faire dire, ou bien elle disait précisément ce qu'on ne voulait pas qu'elle dit. L'embarras devint insoutenable, et les incrédules n'osèrent plus parjurer la nature.

A la place de la nature, les successeurs des encyclopédistes ont inventé la science. Mais dame Science n'étant pour eux que dame Nature vêtue à la moderne, la question importune du comte de Maistre se dresse toujours : Qu'est-elle ? d'où vient-elle ? montrez-nous ses papiers. Un monsieur ou quelques messieurs s'avancent, il est vrai, sur le bord de la rampe et affirment doctoralement qu'elle est là derrière eux dans la coulisse, prête à se montrer, que c'est elle qui de sa bouche infaillible leur a dit ceci et cela ; mais l'être mystérieux qu'ils annoncent toujours comme devant mettre fin à la vieille superstition chrétienne ne parait jamais. C'est que ce qu'ils osent appeler la science n'est pas la science. Si la science pouvait être discréditée, ils la discréditeraient.

Heureusement, elle est au-dessus de leurs falsifications et de leurs calomnies ; l'Église en est la fidèle gardienne, car en éclairant sa marche et en l'empêchant de s'égarer, elle la préserve du suicide, en même temps qu'elle l'empêche de lever la main sur sa soeur aînée, qui est la foi.

Qu'est-ce donc en réalité que la science ?


Par Mgr de Ségur 1867 numérisé par Bibliothèque du Christ-Roi

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  Sandrine le Lun 15 Fév 2010 - 23:47

Merci Gabrielle , très intéressant ! cheers

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Mar 16 Fév 2010 - 0:34

Wink

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Mer 17 Fév 2010 - 16:19

II - CE QUE C'EST QUE LA SCIENCE.

Sur cent incrédules qui se targuent de science, je suis sur qu'on n'en trouverait pas deux qui sussent bien nettement ce que c'est que la SCIENCE. Chose curieuse ! C'est nous chrétiens, esprits arriérés, obscurantistes, qui devons faire la leçon à ces prétendus maîtres. En général, quand on veut savoir ce qu'est l'art militaire, on recourt aux militaires ; quand on veut avoir des notions plus précises sur une spécialité quelconque, on s'adresse aux hommes spéciaux. Ici, ce n'est plus cela : les hommes spéciaux de ce qu'on appelle les sciences modernes ne peuvent pas nous dire ce que c'est que la science ; c'est une notion perdue pour eux. Leurs définitions sont en complète divergence, comme les fusées d'un bouquet d'artifice : cela s'en va de tous les côtés ; cela fait du tapage et cela brille ; mais ce n'est qu'un feu d'artifice, un éclat éphémère qui, loin de dissiper les ténèbres, les fait apparaître plus épaisses. La vraie science vient de DIEU, comme la vraie foi : ce sont les deux yeux de l'homme parfait, c'est-à-dire du chrétien ; et comme l'accord des deux yeux produit l'optique, ainsi l'union de la foi et de la raison donne à l'homme la vérité, la vue et la connaissance de ce qui est.

La science, dit saint Thomas, est la connaissance des choses par leurs causes (Scientia est cognitio rerum per causas, Sum. Theol.). Ce n'est pas simplement la connaissance des choses, c'est la connaissance des causes des choses ; c'est la philosophie de toutes les connaissances humaines. Voilà ce que c'est que la science en général.

Ainsi, l'astronomie n'est pas seulement la découverte des astres, la constatation de leur position respective, et de leurs mouvements ; elle est la connaissance des lois supérieures qui régissent le monde des astres, autant du moins que l'homme peut les pénétrer en cette vie. Il y a là en effet de profonds mystères, auxquels l'ordre surnaturel est loin d'être étranger. Plus un astronome approfondira ces lois, plus il sera savant. S'il ne les connaît pas ou s'il les connaît de travers, c'est un demi-savant, un savant de contrebande, un comédien de science. Ainsi encore, la médecine n'est pas seulement une longue série d'expériences, de faits constatés, ni la simple connaissance des remèdes qui guérissent le mieux telle ou telle maladie ; c'est en outre la connaissance très difficile et très mystérieuse de la santé et des maladies, de la cause intime des maladies. Un médecin qui ne remonte pas jusque-là peut être un empirique habile et très utile ; il n'est pas et il ne sera jamais un savant. Ainsi encore, l'histoire n'est pas la simple connaissance des faits, ni l'enregistrement chronologique de tout ce qui s'est passé sur la terre depuis le commencement du monde ; elle est de plus la pénétration des causes secrètes de tous les événements, de toutes les luttes qui tour à tour ont rait triompher le bien sur le mal, le mal sur le bien. La connaissance de ces causes (ou, pour mieux dire, de cette cause, car il n'y en a qu'une : la lutte de Satan et du monde contre le Christ et Son Église), constitue la science de l'histoire, de l'historien, du savant, du philosophe.


2

On pourrait en dire autant de toutes les autres sciences : la physique, la géologie, etc. Toutes les connaissances qui n'exigent que de la mémoire, de l'analyse, de la patience, de l'observation, ne sont point des sciences. Les hommes spéciaux qui s'en occupent, quel que soit leur savoir, ne sont jamais que des gens instruits : il manque à leurs études le caractère essentiel de la science : la connaissance philosophique des causes de tous les phénomènes qu'ils constatent.

Cette seule observation enlève sans rémission le bonnet de savant à une quantité d'hommes plus ou moins instruits, qui s'en font modestement honneur de nos jours. Ainsi, la chirurgie n'est pas et ne peut pas être une science ; c'est un art. Il en est de même de la plupart des applications pratiques : de la physique, de la chimie et même des mathématiques. Les travaux qui appellent continuellement des applications matérielles ne peuvent être rangés au nombre des sciences. Toute science est essentiellement philosophique, c'est-à-dire qu'elle réside, avant tout, dans l'intelligence, et qu'elle doit pouvoir s'y soutenir sans l'ombre d'une application pratique.

Qu'on veuille bien réfléchir sérieusement à cela, et l'on verra combien fausse et orgueilleuse est la prétention d'une foule d'hommes instruits de notre temps, à qui les abstractions mathématiques ont faussé le jugement et fait perdre la foi.

La fausse science enfle et aveugle, tandis que la vraie science élève et éclaire. L'étiquette de savant ne suffit pas : pour être savant, il faut être homme de science et non pas seulement homme de savoir. Nous recommandons aux méditations du lecteur l'admirable définition de la science donnée par saint Thomas.

Bien comprise, elle éclaire pleinement la question, va jusqu'au fond et montre la science sous son vrai jour. Rien de plus simple, rien de plus profond. La science est la connaissance des choses par leurs causes.

Par Mgr de Ségur 1867 numérisé par Bibliothèque du Christ-Roi

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  ROBERT. le Mer 17 Fév 2010 - 22:48

gabrielle a écrit:
II - CE QUE C'EST QUE LA SCIENCE.

La science, dit saint Thomas, est la connaissance des choses par leurs causes (Scientia est cognitio rerum per causas, Sum. Theol.). Ce n'est pas simplement la connaissance des choses, c'est la connaissance des causes des choses ; c'est la philosophie de toutes les connaissances humaines. Voilà ce que c'est que la science en général. (…)
(...) Nous recommandons aux méditations du lecteur l'admirable définition de la science donnée par saint Thomas.
Bien comprise, elle éclaire pleinement la question, va jusqu'au fond et montre la science sous son vrai jour. Rien de plus simple, rien de plus profond. La science est la connaissance des choses par leurs causes.
Par Mgr de Ségur 1867 numérisé par Bibliothèque du Christ-Roi

Toujours notre bon Saint Thomas… C’est pourquoi Notre-Seigneur lui dit à la fin de sa vie : " Tu as bien écrit de moi, Thomas. ( Thoma, bene scripsisti de me.)

Le vrai savant s’agenouille toujours devant la Majesté Infinie et la Toute-Puissance de Dieu et Lui dit : "Je sais que je ne sais rien."

.

ROBERT.

Nombre de messages : 896
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Jeu 18 Fév 2010 - 16:53

III - QUE LES DECOUVERTES DE LA SCIENCE MODERNE NE CONTREDISENT AUCUNEMENT LES VERITES DE LA FOI.

Il y a malheureusement peu de vrais savants, et c'est une ruse de l'ennemi de nos âmes que cette profusion de faux savants qui pullulent aujourd'hui de toutes parts, se moquant de l'Église et de la foi, et proclamant à tout propos des découvertes qui prouvent comme deux et deux font quatre qu'il n'y a pas de DIEU créateur; que la sainte Écriture, et par conséquent l'Eglise, se trompe grossièrement ; que les chrétiens n'ont pas le sens commun ; et autres assertions non moins impudentes.

Il est curieux, au milieu de toutes ces affirmations impies de la fausse science, d'approfondir un peu ces grandes découvertes.

A mesure qu'on s'en approche, on les voit disparaître, s'évanouir comme des monceaux de neige qui fondent au soleil. Elles disparaissent au double point de vue de la quantité et de la qualité ; elles se réduisent à treize ou quatorze articles, et ces treize ou quatorze articles se réduisent à rien. Le père du mensonge et ses fils aînés, les faux savants, nous font la guerre, comme on dit que la font les Chinois. Pour faire peur à leurs ennemis, ils dressent devant eux de grandes figures de dragons, des monstres terribles : tout cela n'est effrayant que de loin ; de près, c'est du bois et du carton. Approchons-nous de nos Chinois. Ils s'appellent au dix-neuvième siècle Saint-Simon, Broussais, Cousin, Fourier, Pierre Leroux, Enfantin, Considérant, Cabet, Guéroult, Bory Saint-Vincent, Lamark, Quinet, Michelet, Reynaud, Michel Chevalier, Comte, Proudhon, Taine, Littré, Renan, Vacherot, et quantité d'autres en France et à l'étranger.

Ils parlent tous de découvertes scientifiques incompatibles avec la foi. Tous, ils se trompent ; car de deux choses l'une: ou bien ces découvertes sont sérieuses, ou bien ce sont des hypothèses chimériques et sans preuve. Dans le premier cas, qui nous occupe ici, il est facile de leur montrer que la foi chrétienne n'est nullement en contradiction avec ce qu'ils ont découvert. Dans le second, nous ne prenons pas même la peine de leur répondre, et nous leur demandons fort raisonnablement la permission de ne pas croire sans preuves à leur infaillibilité. Franchement, est-ce trop demander ?

Les faux savants aiment beaucoup ce dernier système, qui n'exige que de l'audace et de l'imagination. Ils partent d'une supposition qui n'a de réalité que dans leurs cervelles fiévreuses ; de là ils tirent des conséquences à n'en plus finir: et quand on perd de vue l'inanité absolue de leur point de départ, on les prend pour des hommes sérieux, pour de profonds penseurs, pour des philosophes, pour des savants. Qu'on y regarde de près, et l'on verra ce péché originel, irrémissible, à la base de tous les systèmes de la science incrédule. Rousseau, Saint-Simon, Fourier, Cousin, Proudhon, Renan, n'ont pas d'autres ficelles que celles-là pour attraper le public, surtout le public des Écoles.

Laissons de côté les hypothèses pures et simples ; mais examinons sérieusement les découvertes scientifiques qui semblent avoir en elles-mêmes quelque valeur et qu'on voudrait opposer à l'enseignement catholique. Ne craignons rien : une vérité ne peut en contredire une autre, et les vérités de la science viennent toutes, directement on indirectement, rendre hommage à la vérité révélée.


Par Mgr de Ségur 1867 numérisé par Bibliothèque du Christ-Roi

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Ven 19 Fév 2010 - 18:37

IV - PREMIERE OBJECTION. AVEC LE SYSTEME DE LAPLACE, IL N'Y A PLUS BESOIN D'UN DIEU CREATEUR POUR EXPLIQUER LA FORMATION DE LA TERRE.

Le géomètre, astronome et physicien Laplace formula à la fin du dernier siècle une théorie ingénieuse de la formation de notre système planétaire. Il la présenta à Napoléon Ier, lui disant qu'avec cela on pouvait désormais se passer de DIEU.

Notre système solaire (c'est-à-dire la réunion du soleil et des planètes) a dû former dans l'origine, disait Laplace, une immense nébuleuse, et la condensation de la plus grande masse de cette nébuleuse a formé le soleil, qui a continué, comme faisait originairement la nébuleuse entière, à tourner sur lui-même. Tout n'était pas condensé, et les simples lois de la mécanique ont exigé la formation autour du soleil d'anneaux semblables à celui que l'astronomie constate encore autour de la planète Saturne. Ces anneaux venant à se condenser ont pris la forme sphérique et ont produit les planètes.

Le même phénomène appliqué aux planètes a produit leurs satellites, ce que semble confirmer un fait remarquable, à savoir que toutes les planètes tournent dans le même sens, à peu près dans le même plan, ainsi que leurs satellites, et de plus qu'elles tournent sur elles-mêmes dans le même sens. Tout cela semble être une conséquence mécanique nécessaire de l'hypothèse première. Voilà, en résumé, le système de Laplace, tel qu'on le trouve dans l'Exposition du système du monde.


Par Mgr de Ségur 1867 numérisé par Bibliothèque du Christ-Roi

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Sam 20 Fév 2010 - 15:01

Observons d'abord que ce système n'est et ne peut être qu'une hypothèse, c'est-à-dire une simple supposition touchant un fait essentiellement inconnu ; et qu'en bonne logique, une hypothèse, quelque ingénieuse, quelque plausible qu'elle puisse être, ne peut jamais servir de base à des conclusions absolues. Une hypothèse enfante tout au plus des probabilités. Ce n'est pas à dire que ce genre de recherches soit défendu, ni même inutile ; pas plus que l'étude physiologique des différentes phases que traverse l'embryon animal pour arriver peu à peu à son complet développement.

L'animal n'est point conçu primitivement tel que nous le voyons naître : il part d'un premier principe dans lequel aucun organe n'est encore visible, mais qui contient tout en germe ; et ce n'est qu'en passant par une mystérieuse série de transformations qu'il atteint la plénitude de son organisme. Cette lente formation, loin d'exclure l'acte et le mystère de la génération, le présuppose tout au contraire. Or il n'en est point autrement de l'acte et du mystère de la création pour le monde entier.

En second lieu, remarquons que le système de Laplace, dont l'école matérialiste a prétendu s'appuyer pour nier le mystère de la création et même l'existence de DIEU, ne prouve pas du tout ce que prétendent les impies. En effet, que suppose Laplace ? Qu'à l'origine notre système solaire (et non pas les autres étoiles, qui ont pu, chacune pour leur compte, être soumises à des lois analogues, mais dont il n'est pas question ici) se composait d'une grande nébuleuse primitive tournant sur elle-même. En quoi, je vous prie, cela exclut-il la création et les lois du Créateur ? La nébuleuse primitive, qui l'a faite ? S'est-elle faite toute seule ? Si une montre ne peut se faire toute seule, et s'il est contre le bon sens de supposer une horloge sans horloger, un livre sans imprimeur, un tableau sans peintre, à combien plus forte raison une création aussi puissante, aussi immense que cette nébuleuse, ne peut-elle pas se concevoir sans Créateur ?



Par Mgr de Ségur 1867 numérisé par Bibliothèque du Christ-Roi

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  ROBERT. le Dim 21 Fév 2010 - 1:09

La science enfle, mais la charité édifie.

(I Cor., VIII, 1 Glaire.)
La science, unie à la Charité, non seulement n’enfle pas, mais affermit (…)

(Saint Augustin, in Les Manichéens et les Catholiques, cap. VIII, lib. XV)

ROBERT.

Nombre de messages : 896
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Dim 21 Fév 2010 - 16:17

V- DEUXIEME OBJECTION AUX YEUX DE LA SCIENCE MODERNE, IL EST DEMONTRE QUE LA BIBLE SE TROMPE QUAND ELLE NOUS DIT QUE LA CREATION EST L'OEUVRE DE SIX JOURS.

La première découverte positive que les incrédules ont voulu opposer aux données de la foi, concerne l'oeuvre des six jours.

La Genèse nous rapporte que le Seigneur DIEU, tout-puissant et éternel, voulant créer le monde, l'a fait en six jours ; qu'au premier jour Il a créé la lumière ; au second, l'air et les eaux ; au troisième, la terre ferme avec le règne végétal ; au quatrième, le soleil, la lune et les étoiles ; au cinquième, les êtres animés dans l'eau et dans l'air ; au sixième enfin, tous les animaux de la terre, et comme couronnement, aux confins du sixième et du septième jours l'homme, le fils adoptif et l'image de DIEU au milieu de la création.

Les géologues sont venus nous dire : ce récit n'est pas vrai ; nous en avons la preuve matérielle. Par l'examen des différentes couches superposées qui forment la croûte de la terre, nous constatons qu'il a fallu des siècles et des siècles pour que la terre arrivât à son état actuel. Il est vrai, nous constatons, autant que la chose se peut faire, que le récit de l'Écriture est conforme à l'ordre de superposition que nous remarquons dans les débris fossiles qu'elles contiennent ; mais nous n'admettons point, nous ne pouvons scientifiquement admettre que ce soit là l'oeuvre de six jours


Par Mgr de Ségur 1867 numérisé par Bibliothèque du Christ-Roi

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  ROBERT. le Lun 22 Fév 2010 - 6:10

.

Votre troisième paragraphe est la copie conforme d'un argument entendu il n'y a pas si longtemps à propos d'un voyage archéologique...

ROBERT.

Nombre de messages : 896
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Lun 22 Fév 2010 - 16:03

Soit, vous répond l'Église, j'admets comme certaines vos observations ; elles n'ont rien de contraire à la foi proprement dite. L'Apôtre saint Pierre n'a-t-il pas dit en effet : "Sache-le bien ; pour, le Seigneur un jour c'est mille ans, et mille ans sont un jour ?" (II Ep., V, 8). La parole hébraïque, que la Genèse a traduite par le mot jour, peut parfaitement s'entendre d'une époque indéterminée, et les paroles soir et matin, dont elle use en ce passage, s'interprètent également dans le sens de commencement et de fin. Saint Augustin dit expressément que les jours de la Genèse peuvent être des périodes plus ou moins longues.

Donc, même en admettant sans restriction votre hypothèse et la certitude des données de votre science, mon enseignement demeure intact devant vos assertions.

Nous pourrions ajouter ici quelques observations fort sérieuses qui ébranleraient peut-être la certitude de l'hypothèse de ces incommensurables périodes ; celle-ci entre autres : on ne peut dire ce que furent, sous l'action incalculable du feu central de la terre, et le travail des éléments et la rapidité de la végétation, et la vigueur des plantes et des arbres, le développement, la rapidité et la puissance de la vie animale. En bonne logique, peut-on conclure de l'état actuel des choses à un autre état qui n'est plus et dont on n'a pas même l'idée ? Pourquoi, par exemple, sous une action mille fois, dix mille fois plus puissante, tel ou tel phénomène géologique qui exige, dans l'état actuel des choses, un siècle pour s'accomplir, n'aurait-il pas pu se parfaire en un jour, ou même en quelques heures ? Si le principe de la pousse d'un arbre était mille fois plus actif alors qu'il ne l'est aujourd'hui, pourquoi cet arbre qui n'atteint maintenant sa pleine croissance qu'en cinquante ans, n'y serait-il point parvenu primitivement en dix-huit ou vingt jours, c'est-à-dire en la millième partie des cinquante ans ? Même raisonnement pour la formation et la vie des animaux. Il n'y a là évidemment aucune impossibilité scientifique.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Mer 24 Fév 2010 - 16:43

Une seconde observation, tirée celle-là de l'ordre surnaturel, qui nous montre les esprits ou anges comme les forces motrices de la matière : tous les éléments qui formèrent I'oeuvre des six jours étaient, par suite de l'action et de la réaction des bons et des mauvais anges qui les régissaient, dans un état et dans une lutte gigantesque, qui modifiaient profondément leurs lois naturelles, les seules que puisse constater la science ; et ainsi, des formations, des efflorescences impossibles dans l'état naturel, devenaient fort possibles sous cette action extraordinaire. Je ne dis pas que les choses se soient passées ainsi ; je dis seulement que les choses ont pu ainsi se passer, et que dès lors les impossibilités, constatées par la géologie, ne sont plus que relatives.

Mais ces observations, tout intéressantes qu'elles peuvent être en elles-mêmes, sont inutiles pour répondre victorieusement à la fausse science qui cherche à nous confondre. La première réponse suffit amplement : quelle que soit la durée des jours du récit de la Genèse, la science géologique n'est pas ici en désaccord avec la foi.

J'ajouterai, quant à moi, que jusqu'à preuve absolue du contraire, je croirai et je dirai : que les jours de la Genèse sont des périodes beaucoup moins étendues que ne le réclament les observations d'une science qui fait abstraction du surnaturel et du miracle ; d'abord parce que cette opinion se rapproche davantage de la lettre même de la parole sainte, lettre dont il n'est permis de s'écarter que lorsque l'évidence nous en fait une loi ; et puis, parce que le Saint-Esprit, en nous racontant par la bouche du grand Moïse les mystères de la création, semble nous y montrer le miracle, non-seulement par l'action toute-puissante de DIEU faisant tout de rien, mais encore par la forme surnaturelle et la rapidité de cette grande oeuvre.

Quoi qu'il en soit, la foi n'est intéressée en rien dans la question que nous venons de résumer.


Par Mgr de Ségur 1867 numérisé par Bibliothèque du Christ-Roi

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Jeu 25 Fév 2010 - 17:45

VI - TROISIEME OBJECTION D'ANCIENS MONUMENTS DECOUVERTS EN ÉGYPTE ET DANS L'ORIENT RENVERSENT TOTALEMENT LA CHRONOLOGIE DE LA BIBLE EN ASSIGNANT AU MONDE HABITE UNE ANTIQUITE INFINIMENT PLUS GRANDE.

Ils ne renversent rien, parce qu'ils n'assignent rien. La demi-science a triomphé un moment en croyant avoir trouvé dans ces monuments la preuve authentique d'une antiquité fabuleuse du monde habité, absolument contredite par les Livres saints ; mais la vraie science est venue, et la lumière s'est bientôt faite.

Nous ne ferons ici qu'indiquer cette objection, parce que c'est une question pour ainsi dire vidée par la science.

L'Écriture sainte nous donne soigneusement le nombre des années qu'ont vécu les premiers Patriarches, depuis Adam jusqu'au déluge, et depuis le déluge jusqu'à Abraham et jusqu'à Moïse. Elle joint à ce comput plusieurs dates très nettes et très précises, entre autres la date du déluge et celle de plusieurs autres grands événements. D'après ces chiffres et ces dates, elle nous donne un peu plus de 4 000 ans avant l'ère chrétienne, pour la durée totale de l'existence de l'humanité depuis la création du premier homme. Je dis environ, car les années lunaires de l'antiquité ne sont pas tout à fait semblables aux années solaires dont on se sert universellement depuis plusieurs siècles.

Or, les archéologues ont cru découvrir, surtout en Égypte, dans l'Inde et dans la Chine, des monuments qui attesteraient, s'ils étaient authentiques, une antiquité infiniment supérieure à celle que l'Écriture assigne au monde habité. On parlait de 20 000 ans, de 30 000 et même de 40 000 avant l'ère chrétienne et depuis le déluge. A Denderah, dans la haute Égypte, on avait découvert un certain zodiaque qui devait remonter, d'après plusieurs indications, à plus de 20 000 ans. Volney et Dupuis, athées de profession, absurdes s'il en fut, avaient échafaudé, au dernier siècle, tout un système soi-disant historique contre la parole de l'Écriture, système qui réduisait en poussière la Bible, la foi et l'Église. Rien que cela.

Malheureusement, ce géant avait des pieds d'argile, et vers 1830, des savants sérieux examinèrent le terrible zodiaque, et il fut démontré, clair comme le jour, qu'il remontait tout au plus au temps des Ptolémées, c'est-à-dire deux siècles avant l'ère chrétienne et, plus probablement encore, au temps de l'empereur Aurélien, c'est-à-dire au troisième siècle de l'ère chrétienne. Maintenant personne n'ose plus parler du zodiaque de Denderah. Mais l'idée, ou plutôt l'impiété de Volney, de Dupuis et des encyclopédistes se retrouve encore par ci, par là, revêtant diverses formes et s'abritant dans l'obscurité propice des "langues sémitiques". Les Langues sémitiques apprennent donc à ces profonds savants que la Perse, l'Inde, la Chine se glorifient de dynasties royales, s'enchaînant les unes aux autres, et remontant sinon à 40 000 ans, du moins à une antiquité beaucoup plus considérable que ne l'enseigne la Bible. Donc la Bible est fausse.

Malheureusement encore pour la cause des impies, rien de tout cela n'est prouvé. Les savants sérieux lèvent les épaules devants les affirmations de Voltaire et de ses compères, de Michelet, de Quinet, de Renan. Ceux des documents sémitiques et égyptiens qui allèguent ces centaines de dynasties interminables ne sont revêtus d'aucun caractère d'authenticité; un examen attentif y découvre souvent le sceau d'une grossière imposture, et il n'y en a pas un seul que l'on puisse raisonnablement faire remonter au delà du neuvième ou dixième siècle avant l'ère chrétienne. Il est prouvé que les Vèdas, livres sacrés des Hindous, attribués à Brahma, datent du quatrième siècle environ avant JÉSUS-CHRIST; que le Zend-Avesta, livre sacré des Persans, attribué à Zoroastre, date à peine du sixième ; que les Kings, livres sacrés des Chinois, rédigés par Confucius, datent à peu près de l'an 500 avant Notre-Seigneur ; enfin que les hiéroglyphes égyptiens, où l'on croyait trouver un argument contre la foi chrétienne, ne contiennent rien qui vaille la peine d'être discuté : la fausse science y a pris des noms de rois pour des dynasties, et, bien que les Pharaons d'Égypte soient en effet bien antérieurs à toutes les dynasties européennes et même aux dynasties asiatiques, aucun monument ne leur assigne et ne peut leur assigner une antiquité qui contredise les données des Livres saints.

Que reste-t-il de tout ce tapage et de cette accumulation de siècles imaginaires ? Rien qu'une honteuse déception pour les ignorants qui attaquaient la foi en usurpant les dehors de la science, et une démonstration nouvelle de l'immuable solidité de la vérité révélée. Combien les livres saints, si certainement authentiques, brillent et resplendissent au milieu de ces traditions insignifiantes des peuples égarés loin du vrai DIEU ! Qui pense aujourd'hui à nier, au nom de la science, l'authenticité des livres de Moïse, de David, des Prophètes ? Plus on examine de près la vérité, et plus elle éclate ; plus on examine de près l'erreur, plus elle s'évanouit. Donc la prétendue antiquité du monde habité, que l'on a voulu opposer aux enseignements de l'Église, est une chimère et laisse intact l'édifice de la foi.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Sam 27 Fév 2010 - 16:03

VII - QUATRIEME OBJECTION. LE PHENOMENE DE LA GENERATION SPONTANEE, CONSTATE PAR LA SCIENCE MODERNE, EXPLIQUE PARFAITEMENT L'EXISTENCE DE L'HOMME, SANS QU'IL SOIT BESOIN DE REMONTER AU CREATEUR.

Chacun sait que dans l'eau croupie et surtout dans le vinaigre, naissent, sans qu'on sache d'où ils viennent, une quantité d'animalcules, savamment nommés infusoires. Ces petites bêtes naissent toutes seules, ont dit certains observateurs; donc l'existence de tous les animaux et même de l'homme peut s'expliquer par une puissance occulte de la matière, par une certaine force génératrice de la terre, de l'eau, de l'air, etc. Donc la création des êtres organisés, surtout la création de l'homme, n'est pas un acte libre de la volonté de DIEU, mais bien un développement fatal de la matière, laquelle contient en elle-même la puissance génératrice. Cette théorie ne nie pas directement l'existence de DIEU ; mais elle attaque ouvertement I'oeuvre des six jours, le récit de l'Écriture, et par conséquent la révélation chrétienne tout entière.


Elle pèche par la base, et suppose incontestable le fait de cette génération spontanée des animalcules. Or, ce fait est non-seulement contestable et contesté, mais des expériences récentes faites par plusieurs chimistes, entre autres par les illustres professeurs Chevreuil et Pasteur, ont absolument démoli le système.

Ces expériences ont démontré que les animalcules nés dans le vinaigre ou dans l'eau croupie ne sont pas plus le résultat d'une génération spontanée que le premier de nos poulets ou de nos canards. Ces petites bêtes naissent de germes imperceptibles, d'espèces d'oeufs en suspension dans l'air et se développant dans les milieux qui leur sont favorables.

La preuve de ce fait est des plus simples : la chimie organique a acquis la certitude (pour le coup, c'est une vraie certitude) que la vie animale est absolument impossible dans une atmosphère dont la température dépasse 80°. Sous deux cloches de verre, on a exposé deux bassins contenant du vinaigre : la première cloche renfermait de l'air ordinaire ; la seconde, privée d'air par le piston d'une machine pneumatique, avait été ensuite remplie par de l'air qui avait passé à travers un tube embrasé. Sous la première cloche, les animalcules apparurent, et le prétendu phénomène de la génération spontanée eut lieu, comme d'habitude ; sous la seconde, pas la moindre petite bête ne vint troubler la limpidité du vinaigre. En passant par l'atmosphère ardente, les germes avaient été brûlés, et l'albumine qui constitue en grande partie toute substance animale s'était desséchée totalement. La même expérience, répétée nombre de fois, donna invariablement le même résultat, soit sur l'eau croupie, soit sur le vinaigre, soit sur le lait, ou tout autre liquide contenant en dissolution des matières animales.


Enfin, pour compléter la certitude de l'expérience, on employa le froid comme on avait employé la chaleur, l'expérience ayant également donné la certitude qu'une certaine intensité de froid étant donnée, la vie animale n'est pas plus possible qu'à une certaine intensité de chaleur. Le résultat fut le même : les petits germes se congelèrent et moururent d'un côté, tandis que de l'autre ils produisirent leur effet naturel, et donnèrent des infusoires. Donc il n'y a pas de génération spontanée ; donc les animaux et l'homme n'ont pu naître tout seuls de la terre, comme le disaient triomphalement les doctes chercheurs de nos petites bêtes, fort innocentes de leurs systèmes impies. Donc, rien ne prouve scientifiquement que la création des poissons, des oiseaux, des animaux et ensuite de l'homme, ne se soit point passée comme le rapporte l'Écriture et n'ait pas été un acte libre de la volonté du Créateur.

Bon gré mal gré il faut toujours remonter à une première poule faisant un oeuf ou à un premier oeuf faisant une poule ; or, il faut une puissance infinie pour faire la moindre poule et même le moindre oeuf. C'est cruel à constater ; mais c'est comme cela. Cette puissance infinie s'appelle le bon DIEU, et la Genèse raconte comment de rien Elle a créé tout ce qui existe, et comment Elle a formé divers ordres de créatures, échelonnées depuis la dernière jusqu'à la première, qui est l'homme.


Par Mgr de Ségur 1867 numérisé par Bibliothèque du Christ-Roi

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Lun 1 Mar 2010 - 15:38

VIII - CINQUIEME OBJECTION. L'HOMME N'EST QU'UN SINGE PERFECTIONNE.

On a eu l'air de le dire sérieusement, et certains étudiants en médecine mal vivants donnent leur parole d'honneur que c'est vrai. "Il est évident, disent-ils, après les encyclopédistes et à la suite d'un certain Lamark, d'un certain Palchal Grousset, d'un certain Darwin, il est évident que les êtres vont en se perfectionnant physiquement ; ils imitent en cela la foi morale, qui est le progrès humanitaire continu. Le polype est devenu huître ; l'huître est devenue pieuvre ; la pieuvre est de venue anguille de mer ; l'anguille est devenue poisson ; le poisson, phoque ; le phoque, castor ; le castor, sarigue ; le sarigue est devenu le singe de deuxième classe ; le singe de deuxième classe est devenu l'orang-outang ; enfin, à force de temps, d'efforts de la nature, à force de progrès et de vertus, l'orang-outan perdit sa queue, est devenu nègre ; le nègre, Chinois ; le Chinois, homme tout de bon, homme blanc, parlant français et lisant le Siècle".

Oui, cela a été dit, et qui mieux est, cela a été cru et acclamé. J'ai vu quelques hommes qui affirmaient sans sourciller cette généalogie, et qui se proclamaient purement et simplement des bêtes (ce qu'ils étaient beaucoup plus qu'ils ne le pensaient).

Des voyageurs anglais allèrent jusqu'à dire qu'il existait encore en Abyssinie des hommes à queue (a beau mentir qui vient de là), appelés Niams-Niams, tenant le milieu entre le simple nègre et le simple singe. Cette découverte était importante.

Le savant M. Mariette, de l'Institut, alla au fond de cette question étrange, et découvrit que ces nègres à queue étaient tout bonnement des nègres revêtus de la peau de bêtes qu'ils avaient tuées et dont la queue pendait par derrière.

Et ainsi la vraie science a fait une fois de plus la queue à la fausse. Les naturalistes sérieux constatent, au point de vue purement physique, entre le singe le plus humain et l'homme le plus bête, non des nuances, mais des différences essentielles ; entre autres cette fameuse queue que nos libres penseurs voudraient bien retrouver ; puis la forme des mains, sans compter la tête et certains autres détails qu'il serait puéril d'énumérer.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Mar 2 Mar 2010 - 16:11

Non, la science n'a rien découvert contre la grandeur divine de l'intelligence et de la vocation de l'homme. Elle s'accorde avec le bon sens, avec la conscience et avec la foi, pour découvrir dans l'homme ce qui ne se trouve que chez lui : je veux dire une âme, pur esprit, capable de connaître DIEU, d'aimer DIEU, de servir DIEU, de Le posséder ici-bas par la grâce, là-haut dans la gloire, de vivre de Sa vie sainte et éternelle. A cause de cela, il y a plus de différence entre le moins instruit des Cafres ou des Hottentots et le singe ou le chien le plus intelligent, le plus développé, qu'entre ce dernier et l'huître, et la plante, et même le minéral. Qu'est-ce après tout que cette vie organique de l'animal, qui finit avec lui, parce que dans le dessein du Créateur elle n'a pas d'autre objet que des appétits, des instincts et tout un ensemble de fonctions qui se bornent à la terre ? Quant à l'homme, roi du monde, il est fait pour l'éternité, et son but dans la vie, c'est la vérité, le bien, l'amour, la sainteté.

Encore un mot sur cette prétendue perfectibilité des animaux. C'est une affreuse plaisanterie, démentis par l'expérience, par l'évidence. Chaque animal, chaque poisson, chaque oiseau, chaque serpent, chaque moucheron nait dans un état dont il ne sort pas, parce qu'il n'en peut pas sortir : état physique, constitution organique ; état instinctif, constitution passionnelle, comme ils disent (non pas les animaux, mais leurs apôtres), tout chez l'animal reste invariable, et chaque génération se meut nécessairement dans la même orbite que la génération précédente. Les rossignols d'aujourd'hui chantent comme les rossignols du temps d'Abraham et de Mathusalem ; les chiens aboient après les voleurs, au dix neuvième siècle après l'ère chrétienne, comme mille, deux mille et trois mille ans avant ; les castors bâtissent leurs maisons avec la même perfection depuis le déluge et même auparavant ; il en est de même des fourmis, des abeilles, des araignées, des chats, des chevaux, des chameaux. Les pères et mères de ces honorables bêtes ne leur ont rien appris ; et elles-mêmes, malgré les encouragements de leurs savants amis, n'apprendront rien à leur progéniture. Jusqu'à la fin du monde, les petits oiseaux feront leur nid avec la même perfection ; les chiens s'attacheront à l'homme avec la même fidélité ; les chats, à la souris avec le même amour ; et les ânes, au râtelier avec la même perspicacité.

Je serais curieux de savoir jusqu'à quel point l'homme peut arriver à croire qu'il n'est qu'un singe. J'espère que tous ceux qui le disent ressemblent à ce professeur du muséum de Turin, M. de Filippi, qui avait enseigné publiquement le plus hideux matérialisme et avait même consacré plusieurs séances de ses cours à démontrer que l'homme descendait du singe en droite ligne. Il vient de mourir en chrétien repentant, détestant ses folles impiétés et recevant avec bonheur, à deux reprises, en viatique, le Corps adorable de Notre-Seigneur JÉSUS-CHRIST. Devant la mort, Le masque tombe, l'homme reste

Et... le singe s'évanouit.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Mer 3 Mar 2010 - 17:27

IX - SIXIEME OBJECTION. LA PHYSIOLOGIE A DECOUVERT QUE LA PENSEE N'EST QU'UNE SECRETION DU CERVEAU.

Ils le disent aussi ; on désirerait presque qu'ils le crussent, comme punition. Un certain M. Taine, qui s'improvise physiologiste, pose cette théorie, et avec lui plusieurs professeurs de l'École de médecine, accompagnés d'une foule de carabins et de mauvais sujets.

C'est l'enveloppe du cerveau, disent-ils, c'est la pie-mère, qui sécrète plus ou moins de phosphore, selon qu'elle est plus ou moins ébranlée par tel ou tel lobe du cerveau, lequel est influencé (sic) à son tour par les fils électriques qu'on appelle les nerfs. Chaque sensation est une secousse portée par les dits nerfs aux dits lobes, et par les dits lobes à la dite pie-mère ; le phosphore se dégage plus ou moins activement dans toutes les directions : en avant, c'est une pensée majestueuse, philosophique, scientifique, métaphysique, ontologique, c'est la pensivité qui jaillit ; par en haut, c'est la piété, la merveillosité ; à gauche, c'est l'envie de tromper, de voler et de se battre, l'acquisivité et la combativité ; par derrière, c'est la bonté, la tendresse, le dévouement, le besoin d'aimer, l'amativité. Mon DIEU, quel admirable phosphore !

Bien assurément ces ignorants de chrétiens s'y brûleront les doigts ! Voyons un peu. Personne ne nie que les nerfs ne portent très mystérieusement les sensations extérieures jusqu'à certains lobes du cerveau, et que la pie-mère ne contienne ou ne sécrète du phosphore ; mais à qui persuadera-t-on que les hautes conceptions du génie, les splendeurs de l'éloquence, la profondeur des conceptions philosophiques, le dévouement de la charité et de la tendresse, sont du phosphore ? Charlemagne, saint Louis, Bayard, Condé, Napoléon étaient de grands capitaines : le phosphore ! Saint Augustin, saint Ambroise, saint Bernard, saint Vincent Ferrier, Bossuet, le P. Lacordaire, étaient de grands orateurs : le phosphore, le phosphore ! Raphaël était un grand peintre ; Pérugin, Titien, Nicolas Poussin, Rubens, van Dyk, Horace Vernet, Ingres, Flandrin : c'était le phosphore, tout simplement le phosphore ! Origène, saint Thomas d'Aquin, saint Bonaventure, Albert le Grand, Suarez, Pascal, Leibniz, de Maistre, étaient de profonds penseurs : le phosphore ! Saint Vincent de Paul était charitable ; saint François de Sales, doux et innocent ; saint Charles Borromée, énergique et austère ; saint Ignace, prudent, saint Louis de Gonzague et saint Stanislas Kotzska étaient chastes c'était tout bonnement du phosphore !

Également, Mandrin et Cartouche, Cromwell et Robespierre, Marat et Lacenaire étaient fort indélicats ; Messaline, la Brinvilliers, la Dubarry étaient d'affreuses coquines ; Juarez, Mazzini, Garibaldi, sont de francs scélérats : le phosphore, l'éternel phosphore ! Le phosphore explique tout c'est la clef de l'histoire.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Sam 6 Mar 2010 - 15:41

Je crains que, pour les braves gens qui lui font jouer un si grand rôle, ce phosphore ne soit tout simplement la clef de Charenton : leur phosphore, déjà en révolution évidente, finira par s'épancher si abondamment, qu'ils en seront tout noyés et qu'ils perdront la tête à force d'avoir, non de l'esprit, mais du phosphore. La preuve de cela est bien claire : les fous ne disent-ils pas toujours qu'ils ont la tête en feu ?

C'est le sens commun, le simple gros bon sens universel qui seul peut répondre à ces prodigieuses inepties.

La science n'a rien à faire ici, le raisonnement non plus : il ne peut descendre jusqu'à des bas-fonds pareils ; et devant l'homme qui oublie sa dignité à ce point, on n'a qu'à lever les épaules et à se détourner avec dégoût. L'homme, le baptisé, qui ose dire à un public civilisé et chrétien que "le vice et la vertu sont simplement des produits, comme le sucre et le vitriol", devrait être condamné comme un malfaiteur public, renfermé comme un fou, attaché au milieu de vrais fous, certes moins fous que lui. Ces infâmes doctrines n'ont pour unique soutien, pour unique aliment et pour unique résultat que les passions abjectes.

Elles ont pour père l'orgueil et pour mère l'impureté, pour filles les révolutions. Elles viennent de l'enfer, elles y retournent en emportant avec elles les grossières créatures qui ne rougissent pas de les prêcher ou de les accepter.

Combien les médecins honnêtes, et surtout les médecins chrétiens, doivent rougir de compter dans leurs rangs des hommes qui galvaudent de la sorte leur savoir et quelquefois même leurs talents, et qui veulent rendre l'anatomie, la chirurgie et la médecine responsables de leurs criminelles aberrations !

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Mar 9 Mar 2010 - 17:56

X - SEPTIEME OBJECTION POUR LA SCIENCE MODERNE IL N'Y A PLUS DE VICES, NI DE VERTUS, MAIS SIMPLEMENT DES BOSSES ET DES TEMPERAMENTS.

Certains rêveurs, assez observateurs, du reste, et ne manquant ni de savoir ni de finesse, imaginèrent, il y a environ un demi-siècle, un autre système non moins ingénieux : c'est le système des bosses. On l'habilla en grec, suivant l'usage de la docte Faculté, qui depuis longtemps tache de suppléer par l'inintelligibilité de la formule à l'inanité du fond : on appela donc ce système la phrénologie, c'est-à-dire la science du cerveau. L'inventeur fut le docteur Gall, fort brave homme d'ailleurs, et qui disait un jour les larmes aux yeux à un grand seigneur russe auquel il avait beaucoup d'obligations : "Ah ! mon cher comte, vous ne sauriez croire combien je vous aime ! Aussi, si vous mourez avant moi, j'aurai votre crâne dans ma collection, dussé-je aller moi-même le chercher en Russie !"

Le cerveau et le crâne, disent donc les phrénologues, ont des bosses : les ultramontains ne peuvent le nier ; la science l'affirme. Ces bosses, c'est un monde nouveau, c'est une révolution dans la morale. On avait cru jusqu'ici, ô ignorance du Moyen Âge ! que c'était l'âme qui donnait à l'homme ses facultés bonnes ou mauvaises, son intelligence, sa mémoire, les qualités de son esprit et de son coeur, son caractère, ses penchants, ses vertus, ses vices ; on avait cru qu'on était libre de diriger sa vie comme on le voulait, d'être religieux ou de ne point l'être, d'être doux, d'être colère, d'être bon ou d'être méchant, de travailler ou d'être paresseux, d'être chaste ou d'être impudique : chimère que tout cela ! ce sont les bosses qui décident de tout !

Tout à l'heure c'était le phosphore ; maintenant ce sont les bosses. Vous avez de l'esprit ? c'est que vous avez la bosse de l'esprit ; elle est placée au-dessus du nez. Vous êtes un saint ? regardez au-dessus de votre tête la bosse de la religiosité. Vous avez beaucoup de mémoire ? regardez (si vous le pouvez) au fond de vos yeux, et vous y trouverez la bosse de la mémoire. Vous êtes un fripon, un fourbe ? tâtez derrière l'oreille, vous avez la bosse de l'approprivité. Vous avez bon coeur, vous aimez vos enfants, vous êtes dévoué et miséricordieux ? tâtez par derrière (à la tête ), vous sentirez la tendre bosse de l'amour. Ainsi de suite, pour toutes les facultés, tous les penchants, toutes les passions. J'ai chez moi un crâne, classifié par Gall lui-même, avec plus de quarante petites étiquettes se rapportant toutes à des spécialités de bosses. C'est incomparable !

Il résulte de là que l'homme n'est pas libre ; que nous n'avons que des instincts qui nous entraînent fatalement comme les animaux ; que les mauvais penchants nous viennent, comme les bons, de la nature, c'est-à-dire de DIEU, et pour arriver à la conséquence logique, quoique non immédiate, que nous n'avons point d'âme spirituelle, raisonnable et libre ; que la loi de DIEU, et même toute loi, est une absurdité ; que s'il y a un DIEU, il n'existe guère.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Jeu 11 Mar 2010 - 20:06

Tout cela est une grossière confusion de l'instrument et de l'ouvrier. Que diriez-vous, je vous prie, si je prétendais que c'est votre plume qui écrit, et non pas vous ? Le fait me semblerait cependant facile à établir scientifiquement. Voyez plutôt. N'est-il pas évident que lorsque vous tenez votre plume et que vous la trempez dans l'encre, vous pouvez écrire aussitôt ? que vous écrirez bien avec une bonne plume, mal avec une mauvaise ? N'est-il pas également évident que si je viens à vous arracher votre plume, vous ne pouvez plus écrire du tout ? Que si je viens à vous retirer l'encre, vous êtes également dans l'impuissance d'écrire ? et même, chose remarquable ! si je coupe seulement un des deux becs de votre plume, vous pourrez à peine tracer quelques lignes informes ? De ce double fait, je conclus scientifiquement : donc, ce n'est pas vous qui écrivez, c'est votre plume ; oui, votre plume dans de certaines conditions ; enlevez-les-lui, elle ne peut plus écrire, ou bien elle écrit d'une manière tout à fait incomplète. Jusqu'ici, vous vous imaginiez que c'était vous qui écriviez; illusion ! Au nom de la science moderne, je viens vous apporter la lumière.

Le cerveau, c'est la plume ; l'âme, c'est l'écrivain, c'est l'intelligence, c'est la volonté libre. Enlevez la tête à un homme, enlevez-lui la plume il cesse immédiatement de penser ; l'écrivain ne peut plus écrire. Lésez telle ou telle partie de l'organe de sa pensée, qui est le cerveau, et aussitôt, l'instrument n'étant plus dans son état normal, l'âme ne peut plus opérer régulièrement. Elle ressemble alors à un musicien qui n'aurait plus pour exprimer ses compositions mélodieuses qu'un instrument détraqué, résonnant faux ou ne résonnant pas du tout. Ce désordre prouve-t-il, dites-moi, que le musicien n'existe pas ou bien qu'il ne sait pas la musique ?

Tel est le raisonnement matérialiste et grossièrement absurde de certains phrénologues qui, armés de leurs bosses, attaquent sinon l'existence, du moins la spiritualité et la liberté de l'âme. Le plus humble chrétien en sait plus long qu'eux.

Il sait que DIEU nous a créés à l'image de Son Fils unique, Notre-Seigneur JÉSUS-CHRIST, et que pour cette raison Il a donné à chacun de nous une âme et un corps ; une âme spirituelle, intelligente et libre qui a pour double mission sur la terre d'adorer, d'aimer, de louer et de servir son DIEU, et d'animer le corps qui lui est uni. Il sait que le corps n'a par lui-même aucune vie, aucune puissance, aucune qualité, aucune propriété, et que tout ce qu'il a lui vient de l'âme qui l'anime, le meut et le fait vivre. Il sait que l'âme pense par le cerveau, voit par les yeux, parle par la bouche, entend par les oreilles, aime par le coeur, respire par les poumons, digère par l'estomac, sent par les nerfs ; l'âme et le corps, c'est l'ouvrier et l'instrument nécessaire de son travail ; c'est le peintre et son crayon ou son pinceau ; c'est le trompette et sa trompette. C'est l'âme qui pense, qui veut, qui aime, qui agit ; mais DIEU l'ayant ainsi réglé, elle ne fait tout cela que par les organes de son corps.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Ven 12 Mar 2010 - 17:38

Ce qu'il y a de vrai dans le système des bosses, c'est que la perfection ou l'imperfection du cerveau, organe principal de la vie, donne plus ou moins de puissance naturelle aux hommes, pour concevoir, pour travailler, pour faire le bien et pour faire le mal ; mais ces dispositions ne font qu'incliner la liberté humaine, sans la forcer ; la grâce de DIEU est donnée à chacun en proportion de ses besoins, et ainsi, tous, sans exception, nous pouvons et nous devons faire le bien, éviter le mal ; ceux qui auront eu davantage à combattre seront récompensés davantage. Les pauvres gens qui ont de mauvaises bosses ne sont donc pas, en définitive, plus maltraités que ceux qui en ont de bonnes, et la justice infinie de DIEU rendra à chacun selon ses œuvres.

Ne l'oublions jamais, seules, les substances spirituelles sont actives et principes de mouvement : la matière, quelle qu'elle soit, est inerte de sa nature, absolument passive, et sa vocation est d'être régie, mue, animée, vivifiée par l'esprit.

Ce que nous disons ici des bosses peut se dire également des tempéraments et des influences climatériques. Un tempérament sanguin et bilieux prédispose à la colère, mais il ne fait qu'y prédisposer : il n'est pas la vraie cause de la colère. Un tempérament lymphatique prédispose à la mollesse, à la paresse, à la négligence, aux sensualités, mais il ne fait qu'y prédisposer. Un tempérament ardent et passionné porte à la luxure ; mais ce n'est qu'une impulsion, à laquelle la volonté peut toujours et doit toujours résister. Les vices et les vertus ne sont pas des défauts naturels et des qualités naturelles, que l'on apporte en naissant et qui viennent du tempérament ; non : ce sont des états spirituels, des habitudes de l'âme contractées librement, et par conséquent coupables ou méritoires. Saint François de Sales, si doux, si merveilleusement pacifique, était par tempérament porté à la violence. Saint François d'Assise, si humble, si pénitent, si pauvre, était par tempérament porté aux plaisirs et aux joies mondaines. Saint Bernard, saint Augustin, saint Jérôme, saint Ignace, saint Dominique et tant d'autres qui brillèrent comme des lis par leur angélique chasteté, passèrent leur vie à triompher de leurs penchants et à dominer par la force de l'âme un tempérament incliné aux plus violentes passions.

Les influences climatériques ne sont pas davantage une excuse pour l'intempérance, la paresse, la volupté, la vengeance : elles peuvent développer en nous de bons ou de mauvais instincts ; mais ce ne sont jamais que des instincts, des dispositions que nous devons énergiquement combattre avec la grâce de notre divin Sauveur.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Sam 13 Mar 2010 - 17:29

XI - HUITIEME OBJECTION QUOI QU'EN DISE LA GENESE, LE DELUGE N'A PAS ETE UNIVERSEL.

Commençons par distinguer : si par un déluge non universel on entend un déluge qui a détruit toute la race humaine existant alors sur la terre, sauf Noé et les habitants de l'arche, il n'y a rien là qui soit contraire à la foi. Si, au contraire, on entend un déluge qui aurait laissé subsister un seul homme en dehors de l'arche, ce serait tout autre chose.

L'Écriture nous dit que ce châtiment épouvantable s'étendit à toute la terre, "in universa terra" ; que ce fut là, non un phénomène naturel, mais un acte libre de la volonté et de la justice de DIEU punissant les pécheurs ; que les eaux du déluge furent des eaux surnaturelles, non quant à leur essence, mais quant à leur quantité et à leur chute, et tout système qui donnerait au déluge un autre caractère serait certainement contraire à l'enseignement de l'Eglise.

Le fait du déluge est acquis à la science, non moins qu'à la révélation ; on en a mille preuves matérielles : des terrains tout particuliers déposés par les eaux, que l'on trouve partout et que les géologues désignent sous le nom même de diluvium, terrains du déluge ; des palmiers fossiles et d'autres débris végétaux ou animaux des zones équatoriales, trouvés dans nos terrains et jusque dans les glaces des pôles ; des coquillages, soit d'eau douce, soit d'eau salée, incrustés en grand nombre dans les flancs des montagnes et sur des plateaux fort élevés ; des poissons également fossiles trouvés sur le sommet des plus hautes montagnes ; des ossements fossiles d'ours, de cerfs, de loups, de chevaux, etc., trouvés pêle-mêle dans les cavernes à de grandes hauteurs ; poursuivis par les eaux, ces animaux éperdus auront cherché ensemble contre les eaux toujours montantes un impuissant asile. On a découvert récemment dans les environs d'Abbeville, au milieu du diluvium, des débris fossiles d'ossements humains : on a reconnu plusieurs squelettes. Tous ces antiques débris sont, aux yeux de la science non moins qu'aux yeux de la foi, des témoins irrécusables du grand fait du déluge.

Dans les découvertes géologiques relatives au déluge, il n'y a donc rien qui infirme de près ou de loin les enseignements de l'Écriture sainte ni de l'Église : au contraire.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Lun 15 Mar 2010 - 17:31

XII - NEUVIEME OBJECTION. LE SOLEIL NE TOURNE PAS AUTOUR DE LA TERRE ; CELA DETRUIT PAR LA BASE LE MIRACLE DE JOSUE ET TOUT LE SYSTEME CHRETIEN.

L'Écriture parle aux hommes le langage des hommes. Elle dit qu'à la voix de Josué, "le soleil s'arrêta", comme nous disons nous-mêmes à chaque instant que "le soleil se lève et qu'il se couche". Les illusions des sens, répétées chaque jour, finissent par entrer dans les idées et dans la langue. Un astronome qui voudrait parler autrement serait souverainement ridicule ; et bien que l'Esprit-Saint ait eu toutes sortes de droits d'exprimer toutes sortes de vérités en toutes sortes de langages, Il a voulu parler aux hommes comme parlent les hommes, et Il a dit : "le soleil s'arrêta". Cette difficulté, soulevée par l'école de Voltaire, est aujourd'hui tombée à plat, comme tant d'autres. Nous n'en parlerions même pas ici, si elle ne se rattachait à la fameuse question de Galilée, niaisement ravivée dans ces derniers temps par l'impiété d'un poète franc-maçon et révolutionnaire. Les savants de l'Opinion nationale et du Siècle, suivant les doctes traces de leurs savants confrères de la Revue des Deux Mondes, du Journal des Débats et de l'Almanach de Matthieu Laensberg, attachent une grande importance à la découverte scientifique du système, non de Galilée, mais de Copernic. Ils croient que c'est là un argument sans réplique contre la religion chrétienne, contre le mystère de l'Incarnation. "Comment en effet supposer, disent-ils, que le Fils de DIEU ait choisi pour s'incarner une petite planète non centrale, qui gravite comme une humble servante autour du soleil, en compagnie de six ou sept autres ? A la bonne heure, dans l'ancien système ! dans le système chrétien, où la terre était regardée comme le centre de tout ; mais nous avons changé tout cela, et la foi s'est en allée avec son système".

Consolons ces excellentes gens, et disons-leur bien vite qu'ils se trompent du tout au tout ; qu'il n'y a pas de système planétaire chrétien ; que le système de Copernic et de Galilée n'est pas plus contraire à la foi que le système de Ptolémée et que les autres systèmes admis autrefois par les savants de l'Égypte, de l'Asie et de la Grèce, et qu'ainsi ils peuvent admettre tant qu'ils voudront l'hypothèse scientifique de Copernic, sans cesser d'être orthodoxes.

"Mais la raison de convenance indiquée tout à l'heure ?" Cette raison de convenance n'est nullement péremptoire. Elle est contrebalancée par une autre raison de convenance non moins plausible, à savoir que le soleil, étant sans contredit, dans le symbolisme de l'Écriture et de la Tradition catholique, l'image céleste, la représentation visible de la très-sainte humanité du Christ, Roi des cieux, et cette humanité adorable étant pour toutes les créatures la source de vie, le centre de grâce et le sacrement de la divinité, il est tout simple que la terre, qui porte tous les serviteurs du Christ, gravite autour du soleil, et non que le soleil gravite autour de la terre. Une raison de convenance du même genre se rencontre dans le rapport de la lune et de la terre : d'après le symbolisme chrétien, la lune est l'image de l'Église. Comme la lune, qui reçoit toute sa lumière du soleil et qui ne nous éclaire qu'en le reflétant, l'Église reçoit toute sa vérité, toute sa puissance divine et toute sa beauté de son céleste Roi, Notre-Seigneur JÉSUS-CHRIST ; elle ne nous éclaire, elle ne nous vivifie, elle ne nous commande qu'au nom de JESUS-CHRIST et par la puissance que JÉSUS-CHRIST lui communique ; l'Église n'est pour nous ici-bas que la manifestation et le reflet de JÉSUS-CHRIST. Or, l'Église est pour le monde ; le Pape, son Chef visible, est le serviteur des serviteurs de DIEU ; il en est de même de tous les Évêques et de tous les prêtres. Il est donc tout naturel que la lune, destinée à symboliser l'Église, tourne autour de la terre. Je sais que ces raisons de convenance ne sont pas absolues, mais elles sont plus que suffisantes pour répondre à une raison contraire de convenance.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  gabrielle le Mar 16 Mar 2010 - 23:07

Ajoutons en terminant deux observations : la première, que la certitude physique semble acquise aujourd'hui à l'hypothèse, ou plutôt au système planétaire de Copernic ; des observations multipliées paraissent l'avoir définitivement établi, et les lois de la mécanique ne permettent plus guère un doute raisonné à cet égard. Ce n'est pas que Ptolémée et les anciens savants d'Égypte, de Perse, de Chaldée et de Grèce fussent des hommes sans valeur scientifique ; mais le talent, le génie même ne suffisent pas quand il s'agit de constater les faits de ce genre. Il faut de plus des lunettes, il faut des instruments de précision. Sans cela, point d'exactes mesures, et partant, point de données numériques. Or, les lunettes ne datent que du temps de Copernic et de Galilée ; et les admirables instruments dont se servent aujourd'hui nos astronomes sont le fruit de ce progrès industriel qui, depuis un siècle surtout, surexcite à un si haut degré tous les esprits.

Il faut le reconnaître néanmoins, il y a des degrés dans la certitude physique, comme il y a des degrés dans la splendeur de la lumière ; or il me semble évident que pour étudier le monde des astres, même avec les meilleurs télescopes, nous ne sommes pas dans des conditions aussi favorables que pour étudier la monde matériel qui nous entoure. Il me semble qu'il y a une nuance, une nuance marquée, entre l'assurance que nous pouvons avoir de la vérité des observations astronomiques modernes, et la vérité des faits que nous touchons de nos mains et que nous constatons immédiatement à l'aide de nos sens.

Je me méfie instinctivement, non du système de Copernic, qui, je le répète, est tout à fait indifférent aux dogmes de la foi, mais de ce penchant, si général aujourd'hui, à conférer l'infaillibilité à toutes sortes de découvertes scientifiques, et à les prendre pour des bases absolues, pour des points de départ auxquels l'enseignement de l'Église doit s'accommoder de gré ou de force. Il y a au fond de cette tendance une sorte de matérialisme grossier, mille fois indigne d'intelligences éclairées par le soleil du christianisme et par lui élevées à des hauteurs que la raison humaine ne saurait atteindre par ses seules forces. Devant les prétentions souvent hasardées de la science, nous ne sommes pas assez fiers de la vérité absolue de notre foi.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La foi devant la science moderne

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:18


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum