L'Art d'utiliser ses fautes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Art d'utiliser ses fautes

Message  Monique le Lun 3 Aoû 2009 - 22:44

L'ART D'UTILISER SES FAUTES



L'Évangile raconte comment, un jour, sur le lac de Génésareth, Jésus apaisa la fureur des flots.

Le Christ, le Seigneur, calmant les tempêtes ! Il calme celles de la nature et, chose merveilleuse, celles de l'âme aussi.

Ces tempêtes intérieures, qui n'en a jamais connues ? Qui ne les a jamais entendu dépeindre ? A toutes les fois que nous transgressons un commandement de Dieu, un ouragan nous agite l'âme jusqu'à ce que le Seigneur y revienne, jusqu'à ce qu'il s'y retrouve chez lui après avoir calmé le tumulte, comme sur le lac de Génésareth.

Quelle petite chose que le cœur de l'homme! Mais qu'il est grand aussi, et qu'il est insondable! Si, avec le secours de la grâce, nous ignorons les violentes perturbations des fautes graves, nous sommes du moins presque constamment aux prises avec celles de nos petites folies quotidiennes.

Quel bonheur, quelle douceur de se sentir l'âme en paix! « Fax hominibus bonae voluntatis! » Ce qui trouble cette paix promise aux hommes de bonne volonté, ce sont nos péchés et nos multiples défauts dont le souvenir nous hante sans cesse l'esprit. Comment devons-nous nous comporter à leur égard pour qu'ils n'altèrent point notre sérénité?

Pour posséder la paix du cœur, soyons fermement résolues premièrement à ne rien refuser à Dieu de ce qu'il nous prescrit soit par ses commandements et ceux de l'Église, soit par notre règle; ensuite à aimer tous nos semblables selon la charité chrétienne.


A suivre...

Mgr Joseph GROSS
ÉVÊQUE DE LITOMÉRICE
Extrait: ''Plus près de Vous, Seigneur''
Éditions salvator MULHOUSE (Haut-Rhin)
Porte du Miroir 1952

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Art d'utiliser ses fautes

Message  Monique le Mar 4 Aoû 2009 - 20:39

L'ART D'UTILISER SES FAUTES



Il existe une contrefaçon de la vraie piété.

Il existe des personnes soi-disant et prétendues dévotes, qui ne le sont en réalité que jusqu'à un certain point, jusque là et pas davantage.

Dès qu'on touche à leur vanité, dès qu'on leur fait mal, elles commencent à se retirer.

Âmes veules, dont la piété frelatée ne sert qu'à fournir une excuse à la frivolité profane : « Ces soi-disant dévots ne valent pas mieux que nous ».

Que faut-il faire maintenant, si, malgré nos bonnes résolutions, nous retombons toujours ?


A suivre...

Mgr Joseph GROSS
ÉVÊQUE DE LITOMÉRICE
Extrait: ''Plus près de Vous, Seigneur''
Éditions salvator MULHOUSE (Haut-Rhin)
Porte du Miroir 1952

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Art d'utiliser ses fautes

Message  Monique le Mar 4 Aoû 2009 - 20:49

L'ART D'UTILISER SES FAUTES



1. Nos fautes nous révèlent notre abjection.

Le grand échec pour beaucoup est de tomber dans une fausse confusion, dans le relâchement et le découragement, sous prétexte qu'ils ne peuvent dominer leurs vices. Le découragement et l'abattement ne constituent-ils pas de nouvelles fautes, pires que les premières ?

Le découragement et l'abattement ne procèdent que de l'amour-propre, ce vice fondamental et irréductible contre lequel il nous faut obstinément lutter sans cesse et toujours. S'étonner de ses fautes, c'est ignorer le cœur de l'homme, véritable abîme de malice, de bassesse et d'ignominie.

Constatons-le nous-mêmes. C'est affreux. « Je ne connais pas la conscience d'une canaille, écrivait un jour Joseph de Maistre, je ne connais que celle d'un honnête homme. Eh bien, c'est abominable! » Qui s'étonne de ses fautes ignore le cœur humain, ou bien il est ce que j'appelle un caractère sans courage ni résistance. Chacun est naturellement tenté de se répéter : « Après avoir si souvent assisté à la sainte messe, après m'être si souvent confessé, après avoir tant prié, je me retrouve toujours avec les mêmes défauts! ».

C'est une erreur. Pensons au contraire : « Si, après tant de communions, j'en suis encore à ce point, que serait-ce autrement, sans toutes mes confessions passées et mes innombrables prières ! » En vérité, nous pouvons bien remercier Dieu de ce que nous ne sommes pas plus misérables encore.


A suivre...

Mgr Joseph GROSS
ÉVÊQUE DE LITOMÉRICE
Extrait: ''Plus près de Vous, Seigneur''
Éditions salvator MULHOUSE (Haut-Rhin)
Porte du Miroir 1952

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Art d'utiliser ses fautes

Message  Monique le Ven 7 Aoû 2009 - 2:02

L'ART D'UTILISER SES FAUTES



1. Nos fautes nous révèlent notre abjection.

Saint François écrit dans son Introduction à la vie dévote que ceux-là font une grande faute « qui, s'étant mis en colère, se courroucent de s'être courroucés, entrent en chagrin de s'être chagrinés, et ont dépit de s'être dépités ». La chose arrive.

Quelle est alors la véritable cause de notre mécontentement ? De l'orgueil seulement, et même un grand orgueil. Il nous est insupportable que Dieu soit toujours notre créancier, que nous lui soyons toujours lourdement redevables.

Par contre, il nous serait si agréable, bien nettoyées de tous nos vices et imperfections, de pouvoir nous mirer dans notre conscience comme de petites coquettes devant leur table de toilette. Comme nous serions fières de pouvoir nous dire le soir : « Pas une défaillance aujourd'hui de ce côté! ».

Certaines âmes s'effarouchent de se retrouver toujours les mêmes; d'autres en éprouvent une fausse confusion; d'autres, enfin, s'en dépitent de lassitude. « Rien à faire ! » conclut-on.

On exécute ses prières parce qu'il le faut, et tout le reste à l'avenant, machinalement, désespérément. Ce sont là les pires embûches du démon et beaucoup s'y laissent prendre. Si vous vous trouvez en pareilles dispositions, hâtez-vous d'en sortir. Pensez : « S'il m'arrive encore de trébucher, je me relèverai; jamais je ne perdrai courage! ». Il en va de l'âme comme du corps, exactement. On veut courir trop vite, on glisse, on tombe, ou bien on fait un faux pas par distraction.

Il en va de même dans la vie spirituelle. Non, nous n'arriverons jamais à nous débarrasser de toutes nos fautes jusqu'à la mort.


A suivre...

Mgr Joseph GROSS
ÉVÊQUE DE LITOMÉRICE
Extrait: ''Plus près de Vous, Seigneur''
Éditions salvator MULHOUSE (Haut-Rhin)
Porte du Miroir 1952

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Art d'utiliser ses fautes

Message  Monique le Mer 12 Aoû 2009 - 1:21

L'ART D'UTILISER SES FAUTES



2. Le souvenir contrit de nos fautes nous rend plus humbles.


Les plus parfaits ne sont pas les moins entachés d'imperfections mais les plus aimants, les plus courageux, les plus ardents.

Les plus hautes récompenses sont réservées aux plus intrépides dans le combat. Pourquoi donc nous inquiéter de l'avenir qui ne nous appartient pas ? Certaines de l'immense bonté, de l'infinie miséricorde de Dieu, jetons-nous humblement dans ses bras : « Seigneur, je veux aller à vous. Je veux vous appartenir et vous servir! ».

Rappelons-nous le mot de saint Paul : « Nous savons que tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu » (1).

Tout ? Même nos fautes par conséquent. Quelle idée nous vient naturellement à l'esprit en lisant dans la sainte Ecriture le récit lamentable des crimes de David ? Que sans eux David n'aurait écrit ni le Miserere, ni le psaume 118 avec ce verset : « Il m'a été bon que vous m'ayez humilié pour apprendre vos préceptes ». Et c'est très vrai. Pensez encore à la faute de saint Pierre : « Il pleura amèrement » (2).

Pourquoi Dieu permit-il que Pierre fît une chute si lamentable ? Qu'en pensez-vous ? Cette humiliation du premier des apôtres lui fut une excellente leçon. Appelé plus tard au pinacle du suprême commandement de l'univers, ne risquait-il pas ce pauvre pêcheur, cet ignorant, d'en avoir le cœur bouffi d'orgueil ? Le souvenir de sa chute l'en préserva.



(1) Rom., VIII, 28.
(2) Matth., XXVI, 75.


A suivre...

Mgr Joseph GROSS
ÉVÊQUE DE LITOMÉRICE
Extrait: ''Plus près de Vous, Seigneur''
Éditions salvator MULHOUSE (Haut-Rhin)
Porte du Miroir 1952

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Art d'utiliser ses fautes

Message  Monique le Mer 12 Aoû 2009 - 17:23

L'ART D'UTILISER SES FAUTES



2. Le souvenir contrit de nos fautes nous rend plus humbles.


Et lorsque, après avoir couru en y répandant sa semence la moitié de l'univers connu de son temps, saint Paul pouvait se vanter dans une de ses épîtres d'avoir plus travaillé que les autres, il s'empresse d'évoquer, pour écarter de son pauvre cœur humain le péril de la vaine gloire qu'il y sent poindre tout à coup, les jours anciens où il persécutait le Christ. Et lorsque, ravi au troisième ciel il y contempla ce que jamais langue humaine ne put exprimer, quel orgueil aurait encore pu lui envahir le cœur! Le Seigneur lui donna alors l'aiguillon de la chair pour l'humilier. Paul supplia le Seigneur de l'en délivrer. « Non, ma grâce te suffit », lui fut-il répondu (1).

Ces exemples ne nous font-ils pas comprendre que nul ne se doit décourager à cause de ses péchés ? Les grandes âmes elles-mêmes, dont les intentions sont aussi pures que l'or, qui ne refusent rien à Dieu et ne cherchent que lui seul, Dieu les laisse livrées à des défauts indéracinables. Pourquoi ? Dieu qui a créé le cœur de l'homme et qui en sait les besoins veut ainsi leur faire sentir quelle serait leur faiblesse sans sa grâce.

... lorsque Jésus frappe à la porte de notre cœur, répétons-lui : « Seigneur, ne vous éloignez pas de moi, je serais capable de vous trahir plus ignominieusement que Judas. Seigneur, sans vous, vous le savez, je suis certaine de succomber; aussi, restez avec moi! ».
C'est de l'humilité cela, et l'humilité est la vertu fondamentale sans laquelle il n'est rien à attendre du cœur humain. La chute ranime notre élan. L'orgueilleux reste sans ardeur; au contraire, celui qui est humble montre plus de vigilance et plus de ferveur au service de Dieu.



(1) II Cor., XII, 9.

A suivre...

Mgr Joseph GROSS
ÉVÊQUE DE LITOMÉRICE
Extrait: ''Plus près de Vous, Seigneur''
Éditions salvator MULHOUSE (Haut-Rhin)
Porte du Miroir 1952

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Art d'utiliser ses fautes

Message  Monique le Jeu 13 Aoû 2009 - 2:05

L'ART D'UTILISER SES FAUTES



3. Le souvenir contrit de nos fautes nous excite à la confiance et à la ferveur.


C'est encore le lieu de redire : « Chat échaudé craint l'eau froide ».

Le triste souvenir du passé nous fait craindre avant la chute et nous excite à la confiance grande vertu que nous ne pratiquons guère malheureusement.

On vous parle souvent de la foi et de la charité, mais peu de l'espérance. Quelle grande, quelle magnifique vertu pourtant, et si attirante pour le pécheur parce qu'elle le préserve du découragement.

Croyez-vous que Marie-Madeleine aurait tant aimé le Seigneur s'il ne l'avait accablé du fardeau de ses péchés ?

Revenons une fois de plus à l'exemple des enfants. Lorsqu'il vient de tomber le petit étourdi qui ne voulait pas écouter sa maman, il se blottit piteusement contre elle, il lui prend fortement la main et ne veut plus la quitter.

Quel avantage pour nous que notre règlement de communauté, notre horaire, notre devoir d'état! Bien souvent cette monotonie nous est pénible, comme à l'enfant la fermeté de la main maternelle dont il apprécie mal la protection.

Combien d'actes de vertu qui font la joie des anges seraient omis sans nos fautes ! Si vous croyez avoir causé quelque scandale, dites aussitôt : « j'ai commis une erreur, j'ai commis une faute; je vous en prie, pardonnez-moi ! »

La satisfaction que procure à Dieu cette humiliation volontaire l'emporte de beaucoup sur le déplaisir que lui a causé la faute dont elle est la conséquence. Un des avantages de la vie de communauté est précisément qu on y apprend à se connaître réciproquement comme ses propres poches. Si nous voulions explorer à fond notre conscience, nous devrions bien demander aux autres de nous y aider. Quelle bonne façon de nous humilier.


A suivre...

Mgr Joseph GROSS
ÉVÊQUE DE LITOMÉRICE
Extrait: ''Plus près de Vous, Seigneur''
Éditions salvator MULHOUSE (Haut-Rhin)
Porte du Miroir 1952

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Art d'utiliser ses fautes

Message  Monique le Ven 14 Aoû 2009 - 4:10

L'ART D'UTILISER SES FAUTES



3. Le souvenir contrit de nos fautes nous excite à la confiance et à la ferveur.


Dieu profitera de notre humilité, dans le silence de notre cœur, pour nous envoyer de nouvelles grâces. Laissez-le agir; il est le Maître.

Soyez seulement bien déterminées à ne pas pécher sciemment, volontairement. C'est tout ce que vous avez à faire, et si vous vous oubliez, acceptez comme méritée la déplaisante surprise d'une petite humiliation. Comme on se sent souvent méconnu, mal apprécié dans la vie de communauté, et combien ce sentiment nous serait pénible sans l'heureux souvenir de nos fautes!

Sachons donc nous dire alors : « J'ai bien mérité cela, sinon actuellement du moins dans le passé! » Il nous semble alors parfaitement dans l'ordre que cela nous soit arrivé, nous ne boudons pas, nous poursuivons tranquillement notre travail.

Nous n'en finirions pas si nous voulions énumérer tous les avantages qu'on peut tirer de ses fautes. Rien n'est plus dangereux, à mon avis, qu'une vie parfaitement limpide en apparence, sans accrocs ni anicroches.


A suivre...

Mgr Joseph GROSS
ÉVÊQUE DE LITOMÉRICE
Extrait: ''Plus près de Vous, Seigneur''
Éditions salvator MULHOUSE (Haut-Rhin)
Porte du Miroir 1952

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Art d'utiliser ses fautes

Message  Monique le Dim 16 Aoû 2009 - 2:27

L'ART D'UTILISER SES FAUTES



3. Le souvenir contrit de nos fautes nous excite à la confiance et à la ferveur.


Ceux qui n'ont jamais occasion de tomber deviennent souvent durs et insensibles, terriblement impitoyables dans leurs jugements sur autrui.

Le souvenir de nos propres misères nous rend plus compréhensifs : « Seigneur, se dit-on, de quoi serais-je capable en pareille circonstance ? ».

Nous nous effrayons parfois des dangers auxquels nous exposent nos obligations d'état, le soin des malades par exemple. Est-ce un motif suffisant pour nous en décharger ?

La vraie vertu suppose-t-elle la suppression de toutes difficultés ? Le mot latin virtus, force, courage, implique nécessairement une idée d'effort.

Vous n'avez donc, mes sœurs, qu'à bien vous en tenir à l'obéissance, d'autant plus fermement à la confiance en Dieu. Sa grâce seule vous suffit, et il vous la donne. Pourvu que vous agissiez avec toutes les précautions convenables, vous pouvez donc vous présenter à lui et lui dire « Seigneur, je me trouve ici selon votre volonté. Si vous ne m'aidez pas, défiez-vous de moi! »


A suivre...

Mgr Joseph GROSS
ÉVÊQUE DE LITOMÉRICE
Extrait: ''Plus près de Vous, Seigneur''
Éditions salvator MULHOUSE (Haut-Rhin)
Porte du Miroir 1952

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Art d'utiliser ses fautes

Message  Monique le Lun 17 Aoû 2009 - 19:34

L'ART D'UTILISER SES FAUTES



3. Le souvenir contrit de nos fautes nous excite à la confiance et à la ferveur.


Nos imperfections peuvent nous déplaire; elles ne doivent pas nous décourager, nous abattre. Elles nous sont, dans la main de la Providence, un excellent moyen pour gagner le ciel. Sans nos mille défauts, Dieu nous trouverait moins souples, moins malléables, moins traitables. « Seigneur, lui dirions-nous comme les fanfarons entrepreneurs de la tour de Babel, nous nous passerons bien de vous! »

Inlassablement décidées à nous améliorer, reprenons notre tâche chaque matin avec une nouvelle ardeur! Saint François de Sales fut un modèle de bonté, d'affabilité et de charité. Croyez-vous que c'était chez lui des vertus innées ? Que non ! Il était naturellement très irascible, et n'arriva à se dominer qu'à l'âge mûr.

Revenez dans vos entretiens avec le Sauveur sur ce que je viens de vous dire; examinez quels avantages vous tirez de vos défauts et parlez-lui ainsi : « En vérité, Seigneur, je suis contente d'être une petite chose si pauvre, si fragile qu'à tout instant j'en dois rougir devant vous. S'il est encore un atome de bien en moi, c'est votre œuvre. Par moi-même je n'ai rien et je sais seulement que je suis méchante, capricieuse, pleine d'amour-propre et d'égoïsme ».

Aux heures de tempêtes, recourez au Sauveur comme l'apôtre saint Pierre et avec le même cri : « Seigneur, sauvez-moi, sinon je suis perdue! ». Et Jésus vous répondra : « Fille de peu de foi ! Pourquoi ce découragement ? Crois-tu que je ne suis pas près de toi ? Je veux seulement que tu deviennes humble. Et toi, ne veux-tu pas reconnaître que tu es une servante inutile ? Je viendrai, le calme se fera dans ton cœur, et tu le posséderas ce bien précieux entre tous, la paix! »


FIN

Mgr Joseph GROSS
ÉVÊQUE DE LITOMÉRICE
Extrait: ''Plus près de Vous, Seigneur''
Éditions salvator MULHOUSE (Haut-Rhin)
Porte du Miroir 1952

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Art d'utiliser ses fautes

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:18


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum