Pie XII et le national-socialisme

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:20

Bonjour,

Le "rôle de Pie XII pendant la seconde guerre mondiale" a fait couler beaucoup d'encre et tout un chacun, "historien" improvisé, s'est efforcé d'interpréter l'action du pape durant cette période au gré de ses fantasmes et de ses conceptions idéologiques...oubliant, au passage, de s'en référer aux propos tenus par l'intéressé !

C'est pourquoi j'ai estimé de mon devoir de mettre à la disposition des lecteurs de ce forum un document qui aident à comprendre "le dossier Pie XII": il s'agit d'une allocution - citée dans son intégralité - prononcée par Pie XII devant le Collège des cardinaux le 2 juin 1945. Prononcée près d'un mois après la fin du conflit, elle aide à comprendre comment le Vicaire de Jésus Christ s'est positionné face à un régime qui a imprimé sa marque sur l'Allemagne et sur l'Europe durant ces longues années de conflit.

Ne jugeons pas Pie XII, Dieu est seul juge !

Bonne lecture.


Dernière édition par Guillaume le Dim 2 Aoû 2009 - 21:29, édité 1 fois
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:25

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:

En Europe la guerre est finie : mais quels stigmates elle y a imprimés ! Le divin Maître avait dit : « Tous ceux qui mettront injustement la main à l'épée périront par l'épée » (cf. Matth. Mt 26,52). Or, que voyez-vous ?

Vous voyez ce que laissent derrière elles une conception et une action de l'Etat qui ne tiennent aucun compte des sentiments les plus sacrés de l'humanité, qui foulent aux pieds les principes inviolables de la foi chrétienne. Le monde entier contemple aujourd'hui, stupéfait, l'écroulement qui en est la conséquence.

Cet écroulement, Nous l'avions vu venir de loin, et bien peu, croyons-Nous, ont suivi avec une plus grande tension d'esprit l'évolution et le rythme précipité de cette chute inévitable. Plus de douze années, qui comptent parmi les meilleures de Notre âge mûr, Nous avons vécu, par devoir de la charge qui Nous était confiée, au milieu du peuple allemand. Durant cette période, avec la liberté que permettaient les conditions politiques et sociales d'alors, Nous Nous sommes employé à consolider la situation de l'Eglise catholique en Allemagne. Nous eûmes ainsi l'occasion de connaître les grandes qualités de ce peuple et Nous Nous trouvâmes en relations personnelles avec ses meilleurs représentants. C'est pourquoi Nous avons confiance qu'il pourra s'élever une fois encore à une nouvelle dignité et à une nouvelle vie, quand il aura repoussé de lui le spectre satanique exhibé par le national-socialisme et quand les coupables (comme Nous avons déjà eu l'occasion de l'exposer d'autres fois) auront expié les crimes qu'ils ont commis.

Tant qu'il restait encore une lueur d'espoir que ce mouvement pût prendre une tournure différente et moins pernicieuse, soit par la résipiscence de ses membres plus modérés, soit par une opposition efficace de la partie non consentante du peuple allemand, l'Eglise a fait tout ce qui était en son pouvoir pour opposer une digue puissante à l'envahissement de ces doctrines aussi délétères que violentes.
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Carolus.Magnus.Imperator. le Ven 31 Juil 2009 - 19:25

Sacré Gui-Gui !

Allez le "Dumb", reste en Slovaquie !

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 23/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:30

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:
Au printemps de 1933, le gouvernement allemand pressa le Saint-Siège de conclure un concordat avec le Reich, idée qui rencontra aussi l'assentiment de l'épiscopat et de la plus grande partie tout au moins des catholiques allemands. En effet, ni les concordats déjà conclus avec quelques Etats particuliers de l'Allemagne (Länder) ni la Constitution de Weimar ne leur semblaient assurer et garantir suffisamment le respect de leurs convictions, de leur foi, de leurs droits et de leur liberté d'action. Dans de telles conditions, ces garanties ne pouvaient être obtenues qu'au moyen d'un accord, dans la forme solennelle d'un Concordat avec le gouvernement central du Reich. Il faut ajouter qu'après la proposition faite par celui-ci la responsabilité de toutes les conséquences douloureuses seraient retombées, en cas de refus, sur le Saint-Siège.

Ce n'est pas que, de son côté, l'Eglise se laissât leurrer par d'excessives espérances ou que, en concluant le Concordat, elle entendît approuver de quelque manière que ce soit, la doctrine et les tendances du national-socialisme, comme déclaration et explication en furent alors expressément données (Cf. Osservatore Romano du 2 juillet 1933. Voir dans La Documentation catholique, t. XXX, 1933, col. 506, la traduction de ce document dans l'étude consacrée au Concordat du 20. 7. 1933 entre le Saint-Siège et le Reich allemand (n° spécial 672)). Toutefois il faut reconnaître que le Concordat, dans les années suivantes, procura quelque avantage ou du moins empêcha des maux plus grands. En effet, malgré toutes les violations dont il fut bientôt l'objet, il laissait aux catholiques une base juridique de défense, un camp où se retrancher pour continuer à affronter, tant qu'il leur serait possible, le flot toujours croissant de la persécution religieuse.

avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:32

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:

En fait, la lutte contre l'Eglise allait toujours s'aggravant : c'était la destruction des organisations catholiques ; c'était la suppression progressive des écoles catholiques, publiques et privées, si florissantes ; c'était la séparation forcée de la jeunesse d'avec la famille et l'Eglise ; c'était l'oppression exercée sur la conscience des citoyens, particulièrement des employés de l'Etat ; c'était le dénigrement systématique, au moyen d'une propagande habilement et rigoureusement organisée, de l'Eglise, de son clergé, de ses fidèles, de ses institutions, de sa doctrine, de son histoire ; c'était la fermeture, la dissolution, la confiscation de maisons religieuses et d'autres institutions ecclésiastiques ; c'était l'anéantissement de la presse et de l'édition catholiques.

Pous résister à ces attaques, des millions de vaillants catholiques, hommes et femmes, se serraient autour de leurs évêques, dont la voix courageuse et sévère ne manqua jamais de se faire entendre jusqu'en ces dernières années de guerre ; autour de leurs prêtres, pour les aider à adapter sans cesse leur apostolat aux nécessités et aux circonstances nouvelles ; jusqu'à la fin, avec patience et fermeté, ils opposèrent au front de l'impiété et de l'orgueil le front de la foi, de la prière, de la conduite et de l'éducation franchement catholiques.
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:33

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:
Pendant ce temps, le Saint-Siège, sans hésiter, multipliait auprès des gouvernants allemands ses instances et ses protestations, les rappelant avec énergie et précision au respect et à l'accomplissement des devoirs dérivant du droit naturel lui-même et confirmés par le Concordat. Dans ces années critiques, Notre grand prédécesseur Pie XI, joignant à la vigilance attentive du Pasteur la patiente longanimité du Père, remplit avec une force intrépide sa mission de Pontife suprême.

Lorsque néanmoins, après avoir vainement essayé toutes les voies de la persuasion, il se vit de toute évidence aux prises avec les violations délibérées d'un pacte officiel et d'une persécution religieuse, dissimulée ou manifeste, mais toujours durement menée, le dimanche de la Passion 1937, dans son encyclique Mit brennender Sorge (Cf. La Documentation catholique, t. XXXVII, 1937, col. 901.), il dévoila au regard du monde ce que le national-socialisme était en réalité : l'apostasie orgueilleuse de Jésus-Christ, la négation de sa doctrine et de son oeuvre rédemptrice, le culte de la force, l'idolâtrie de la race et du sang, l'oppression de la liberté et de la dignité humaine.
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:35

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:

Comme un coup de trompette qui donne l'alarme, le document pontifical, vigoureux — trop vigoureux, comme le pensait déjà plus d'un — fit sursauter les esprits et les coeurs.

Beaucoup — même hors des frontières de l'Allemagne — qui, jusqu'alors, avaient fermé les yeux sur l'incompatibilité de la conception nationale-socialiste et de la doctrine chrétienne, durent reconnaître et confesser leur erreur.

Beaucoup, mais pas tous ! D'autres, dans les rangs mêmes des fidèles, étaient par trop aveuglés par leurs préjugés ou séduits par l'espoir d'avantages politiques. L'évidence des faits signalés par Notre prédécesseur ne réussit pas à les convaincre, encore moins à les décider à changer de conduite. Est-ce une simple coïncidence ? Certaines régions, qui furent ensuite les plus durement frappées par le système national-socialiste, furent précisément celles où l'encyclique Mit brennender Sorge avait été le moins ou même n'avait été aucunement entendue.

Aurait-il été possible alors de freiner une fois pour toutes, par des mesures politiques opportunes et adaptées, le déchaînement de la violence brutale et de mettre le peuple allemand en état de se dégager des tentacules qui l'étreignaient ? Aurait-il été possible d'épargner de cette manière à l'Europe et au monde l'invasion de cette immense marée de sang ? Personne n'oserait se prononcer avec certitude. En tout cas, pourtant, personne ne pourrait reprocher à l'Eglise de n'avoir pas dénoncé et indiqué à temps le vrai caractère du mouvement national-socialiste et le danger auquel il exposait la civilisation chrétienne.
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:37

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:
« Quiconque érige la race, ou le peuple, ou l'Etat, ou une de ses formes déterminées, les dépositaires du pouvoir ou d'autres éléments fondamentaux de la société humaine... en règle suprême de tout, même des valeurs religieuses, et les divinise par un culte id'olâtrique, celui-là pervertit et fausse l'ordre des choses créé et voulu par Dieu. » (A. A. S., 29, 1937, pp. 149 et 1715)
Cette phrase de l'encyclique résume bien l'opposition radicale qui existe entre l'Etat national-socialiste et l'Eglise catholique. Au point où en étaient venues les choses, l'Eglise ne pouvait plus, sans manquer à sa mission, renoncer à prendre position devant le monde entier. Par cet acte, pourtant, elle devenait, une fois de plus, un « signe de contradiction » (Lc 11,34), devant lequel les esprits s'affrontèrent et prirent position en deux groupes opposés.

Les catholiques allemands, on peut le dire, furent d'accord pour reconnaître que l'encyclique Mit brennender Sorge avait apporté lumière, direction, consolation, réconfort à tous ceux qui prenaient au sérieux et pratiquaient de manière conséquente la religion du Christ.
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:38

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:

La réaction, pourtant, ne pouvait faire défaut de la part de ceux qui avaient été frappés ; et, de fait, l'année 1937 fut précisément, pour l'Eglise catholique en Allemagne, une année d'indicibles amertumes et de tempêtes terribles.

Les grands événements politiques qui marquèrent les deux années suivantes et ensuite la guerre n'atténuèrent aucunement l'hostilité du national-socialisme contre l'Eglise, hostilité qui se manifesta jusqu'en ces derniers mois, quand ses adhérents se flattaient encore de pouvoir, la victoire militaire une fois remportée, en finir pour toujours avec l'Eglise. Des témoignages autorisés et incontestables Nous tenaient informé de ces desseins ; ceux-ci, du reste, se dévoilaient d'eux-mêmes par les mesures réitérées et toujours plus hostiles prises contre l'Eglise catholique en Autriche, en Alsace-Lorraine et surtout dans les régions de la Pologne qui, déjà pendant la guerre, avaient été incorporées à l'ancien Reich ; tout y fut frappé, anéanti ; tout, c'est-à-dire tout ce qui pouvait être atteint par la violence extérieure .
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:40

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:

Continuant l'oeuvre de Notre prédécesseur, Nous n'avons pas cessé, Nous-même, durant la guerre, spécialement dans Nos messages, d'opposer les exigences et les règles indéfectibles de l'humanité et de la foi chrétienne aux applications dévastatrices et inexorables de la doctrine nationale-socialiste, qui en arrivaient à employer les méthodes scientifiques les plus raffinées pour torturer ou supprimer des personnes souvent innocentes. C'était là, pour Nous, le moyen le plus opportun et, pourrions-Nous dire, le seul efficace de proclamer devant le monde les principes immuables de la 'loi morale et d'affermir, parmi tant 'd'erreurs et de violences, les esprits et les coeurs des catholiques allemands dans l'idéal supérieur de la vérité et de la justice. Cette sollicitude ne resta pas sans effet. Nous savons, en effet, que Nos messages, surtout celui de Noël 1942, malgré toutes les défenses et tous les obstacles, furent pris comme sujets dans les conférences diocésaines du clergé en Allemagne et ensuite exposés et expliqués au peuple catholique.

Mais si les dirigeants de l'Allemagne avaient résolu de détruire aussi l'Eglise catholique dans l'ancien Reich, la Providence en avait disposé autrement. Les tribulations infligées à l'Eglise par le national-socialisme se sont terminées avec la fin soudaine et tragique du persécuteur !
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:40

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:

Des prisons, des camps de concentration, des bagnes affluent maintenant, avec les détenus politiques, les phalanges de ceux, tant clercs que laïques, dont l'unique crime fut la fidélité au Christ et à la foi de leurs pères ou l'accomplissement courageux des devoirs sacerdotaux. Pour eux tous, Nous avons ardemment prié et Nous Nous sommes appliqué par tous les moyens, chaque fois que ce fut possible, à leur faire parvenir Nos paroles de réconfort et les bénédictions de Notre coeur paternel.

En effet, plus se lèvent les voiles qui cachaient jusqu'à maintenant la douloureuse passion de l'Eglise sous le régime national-socialiste, plus apparaissent la fermeté, souvent inébranlable jusqu'à la mort, d'innombrables catholiques et la part glorieuse que le clergé a eue dans ce noble combat. Bien que nous ne possédions pas encore de statistiques complètes, Nous ne pouvons pas pourtant Nous abstenir de mentionner ici, à titre d'exemple, quelques-unes au moins des nombreuses nouvelles qui Nous parviennent de prêtres et de laïques internés au camp de Dachau, qui furent dignes d'endurer des affronts pour le nom de Jésus (Ac 5,41).

En première place, pour le nombre et pour la dureté des traitements subis, se trouvent les prêtres polonais. Entre 1940 et 1945, 2800 ecclésiastiques et religieux de ce pays furent emprisonnés dans ce camp, parmi lesquels l'évêque auxiliaire de Plock, qui y mourut du typhus. En avril dernier, il en restait seulement 816 ; tous les autres étaient morts, à l'exception de deux ou trois transférés dans un autre camp. Durant l'été de 1942, on y signala rassemblés 480 ministres du culte de langue allemande dont 45 protestants et tous les autres prêtres catholiques. Malgré l'afflux continuel de nouveaux internés, spécialement de quelques diocèses de Bavière, de Rhénanie et de Westphalie, leur nombre, en raison de la forte mortalité, ne dépassait pas, au début de cette année, 350. Et on ne peut passer sous silence ceux qui appartenaient aux territoires occupés : Hollande, Belgique, France (parmi eux l'évêque de Clermont), Luxembourg, Slovénie, Italie. Beaucoup de ces prêtres et de ces laïques ont eu à supporter d'indicibles tourments à cause de leur foi et de leur vocation. En une occasion, la haine des impies contre l'Eglise en vint au point de parodier sur un prêtre interné avec des fils de fer barbelés la flagellation et le couronnement d'épines du Rédempteur.
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:43

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:
Les victimes généreuses qui, durant douze ans, depuis 1933, en Allemagne, ont fait au Christ et à son Eglise le sacrifice de leurs biens, de leur liberté, de leur vie, élèvent vers Dieu leurs mains en une oblation expiatoire. Puisse le juste Juge l'agréer en réparation de tant de crimes commis contre l'humanité, non moins qu'au détriment du présent et de l'avenir de leur propre peuple, spécialement de l'infortunée jeunesse, et abaisser finalement le bras de son ange exterminateur.

Avec une insistance toujours croissante, le national-socialisme a prétendu dénoncer l'Eglise comme ennemie du peuple allemand. L'injustice manifeste de l'accusation aurait frappé au plus vif les sentiments des catholiques allemands et les Nôtres si elle était sortie d'autres lèvres ; mais sur celles de tels accusateurs, loin d'être une charge, elle est le témoignage le plus éclatant et le plus flatteur de l'opposition ferme et constante, soutenue par l'Eglise contre des doctrines et des méthodes si pernicieuses pour le bien de la vraie civilisation et du peuple allemand lui-même. A celui-ci Nous souhaitons que, délivré de l'erreur qui l'a précipité dans l'abîme, il puisse retrouver son salut aux sources pures de la vraie paix et du vrai bonheur, aux sources de la vérité, de l'humilité, de la charité, qui ont jailli avec l'Eglise du Coeur du Christ.
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:43

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:

Dure leçon que celle de ces dernières années ! Qu'au moins elle soit comprise et qu'elle profite aux autres nations ! « Instruisez-vous, vous qui jugez la terre ! (Ps 2,10). C'est le voeu le plus ardent de quiconque aime sincèrement l'humanité. Victime d'une exploitation impie, d'un cynique mépris de la vie et des droits de l'homme, celle-ci n'a qu'un désir, elle n'aspire qu'à une seule chose : mener une vie tranquille et pacifique dans la dignité et l'honnête labeur.

C'est pourquoi elle désire ardemment qu'on mette un terme à l'effronterie avec laquelle la famille et le foyer domestique ont été maltraités et profanés durant les années de guerre ; effronterie qui crie vers le ciel, qui s'est transformée en un des plus graves dangers non seulement pour la religion et la morale, mais aussi pour toute vie bien ordonnée de la communauté humaine ; faute qui, surtout, a créé les multitudes de déracinés, de déçus, de désolés sans espoir qui vont grossir les masses de la révolution et du désordre, à la solde d'une tyrannie non moins despotique que celle qu'on a voulu abattre.
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:44

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:

Les nations, les petites et les moyennes en particulier, réclament qu'il leur soit permis de prendre en main leurs propres destins. Elles peuvent être conduites à contracter, de leur plein gré et dans l'intérêt du progrès commun, des obligations qui modifient leurs droits souverains. Mais après avoir supporté leur part, leur large part de sacrifices pour détruire le système de la violence brutale, elles sont en droit de ne pas accepter que leur soit imposé un nouveau système politique ou culturel, que la grande majorité de leurs populations repousse résolument.

Elles pensent, et avec raison, que le devoir principal des organisateurs de la paix est de mettre fin au jeu criminel de la guerre et de protéger les droits vitaux et les devoirs réciproques entre les grands et les petits, entre les puissants et les faibles.

Au fond de leur conscience, les peuples sentent que leurs dirigeants se discréditeraient si, au délire fou d'une hégémonie de la force, ils ne faisaient pas succéder la victoire du droit. La pensée d'une nouvelle organisation de la paix a jailli — personne ne pourrait en douter — du vouloir le plus droit et le plus loyal. Toute l'humanité suit, anxieuse, le progrès d'une aussi noble entreprise. Quelle amère déception ce serait si elle venait à échouer, si tant d'années de souffrances et de privations étaient rendues vaines pour laisser triompher de nouveau cet esprit d'oppression, dont le monde espérait se voir finalement libéré pour toujours ! Pauvre monde, auquel pourrait s'appliquer alors la parole de Jésus : que sa nouvelle situation est devenue pire que celle dont il était sorti avec tant de peine ! (cf. Luc, Lc 11,24-26).

Les conditions politiques et sociales mettent sur Nos lèvres ces paroles d'avertissement. Nous avons malheureusement dû déplorer, en plus d'un pays, des meurtres de prêtres, des déportations de civils, des massacres de citoyens exécutés sans procès ou par vengeance privée. Non moins tristes sont les nouvelles qui Nous sont parvenues de la Slovénie et de la Croatie.

Mais Nous ne voulons pas perdre courage. Les discours prononcés par des hommes autorisés et responsables au cours de ces dernières semaines laissent comprendre qu'ils ont en vue la victoire du droit, non seulement comme but politique, mais encore plus comme devoir moral.
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:46

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:

C'est pourquoi Nous adressons de grand coeur à Nos fils et à Nos filles du monde entier un chaleureux appel à la prière. Qu'il parvienne à l'oreille de tous ceux qui reconnaissent en Dieu le Père très aimant de tous les hommes créés à son image et ressemblance, de tous ceux qui savent que dans la poitrine du Christ bat un Coeur divin riche en miséricorde, source profonde et inépuisable de tout bien et de tout amour, de toute paix et de toute réconciliation.

De la trêve des armes à la paix vraie et sincère, comme Nous le disions il n'y a pas longtemps, le chemin sera ardu et long, trop long pour les aspirations anxieuses d'une humanité affamée d'ordre et de calme. Mais il est inévitable qu'il en soit ainsi. Et peut-être aussi préférable. Il faut d'abord laisser s'apaiser l'ouragan des passions surexcitées : Motos praestat componere fluctus, « mieux vaut que s'apaise l'agitation des flots » (Virgile, Enéide, 1, 1357). Il est nécessaire que la haine, la défiance, les excitations d'un nationalisme extrême cèdent la place à l'élaboration de sages conseils, à l'éclosion de desseins pacifiques, à la sérénité dans les échanges de vues et à la mutuelle compréhension fraternelle.
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Guillaume le Ven 31 Juil 2009 - 19:48

allocution de Pie XII devant les cardinaux, 2 juin 1945 a écrit:

Daigne le Saint-Esprit, lumière des intelligences, doux Maître des coeurs, exaucer les prières de son Eglise et guider dans leur travail difficile ceux qui, selon leur haute mission, s'efforcent sincèrement, malgré les obstacles et les contradictions, d'arriver au terme si universellement, si ardemment désiré : la paix, la vraie paix, digne de ce nom. Une paix qui se fonde et trouve sa fermeté dans la sincérité et dans la loyauté, dans la justice et dans la réalité ; une paix d'effort loyal et résolu pour vaincre ou prévenir les conditions économiques et sociales qui pourraient, à l'avenir comme par le passé, conduire facilement à de nouveaux conflits armés ; une paix qui puisse être approuvée par tous les esprits droits de tous les peuples et de toutes les nations ; une paix que les générations futures puissent considérer avec reconnaissance comme le fruit heureux d'un temps malheureux ; une paix qui marque dans les siècles un tournant décisif dans l'affirmation de la dignité humaine et de l'ordre dans la liberté ; une paix qui soit comme la grande Charte qui a fermé l'ère sombre de la violence ; une paix qui, sous la conduite miséricordieuse de Dieu, nous fasse passer à travers la prospérité temporelle, de manière à ne pas perdre le bonheur éternel (Cf. Oraison du IIIe dimanche après la Pentecôte).

Mais avant d'atteindre cette paix, il est vrai que des millions d'hommes, dans leur foyer ou à la guerre, dans la prison ou dans l'exil, doivent encore goûter l'amertume du calice. Comme il Nous tarde de voir la fin de leurs souffrances et de leurs angoisses, la réalisation de leurs désirs ! Pour eux aussi, pour toute l'humanité qui souffre avec eux et en eux, que monte vers le Tout-Puissant Notre prière humble et ardente.

En attendant, ce Nous est un immense réconfort, Vénérables Frères, de penser que vous prenez part à Nos soucis, à Nos prières, à Nos espoirs, et que dans le monde entier, évêques, prêtres, fidèles joignent leurs supplications aux Nôtres dans la grande voix de l'Eglise universelle. En témoignage de Notre profonde gratitude et comme gage des miséricordes infinies et des faveurs divines, à vous-mêmes, à eux, à tous ceux qui Nous sont unis dans le désir et dans la recherche de la paix, Nous accordons du fond du coeur Notre Bénédiction apostolique.

FIN
avatar
Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Carolus.Magnus.Imperator. le Ven 31 Juil 2009 - 19:49

Merci Guillaume, maintenant pouvez-vous répondre à ceci :

Carolus.Magnus.Imperator. a écrit:Gui-Gui, encore une fois est-il possible de dire une hérésie sans être hérétique ?

Si je dis que le Pontife Romain lorsqu'il parle ex cathedra n'est pas infaillible, je dis bien une hérésie malgré mes dispositions intérieures ? Vous seriez le premier à me dire qu'il s'agit d'une hérésie et que celui qui y adhère formellement est hérétique...

Vous ramenez encore une fois le sujet sur la question de la pertinacité en matière d'hérésie affirmant implicitement qu'il y a hérésie matérielle dans les cas qui nous occupent.

Vous amalgamez (volontairement afin de ne pas avoir à répondre correctement sur le fond ?) -1- le terme hérésie, c'est-à-dire l'erreur en tant que telle, et -2- le terme hérétique appliqué à l'individu, c'est-à-dire dans sa conséquence de l'adhésion formelle à cette erreur. Vous passez donc directement au -2- tout en concluant par la négative afin de pas avoir à répondre s'il s'agit effectivement du -1- (ce que je vous demande)...

Encore une fois, feriez-vous la réponse ci-dessous :

Guillaume sur Te Deum a écrit:La dispute sémantique autour du terme "Eglise", ce n'est pas du pharisianisme, c'est une question de foi!Or ce que la foi catholique nous enseigne (9ème article du Credo), c'est qu'il n'y a pas d'autre Eglise que celle de Jésus Christ.

Feriez-vous donc la réponse sus-mentionnée à Léon XIII et Pie XII comme vous l'avez fait aux membres de Te Deum ?


Léon XIII, Actes de Léon XIII, t.V, p.257, 261 a écrit:

LETTRES APOSTOLIQUES PAR LESQUELLES L'ARCHICONFRÉRIE DE PRIÈRES ET DE BONNES OEUVRES POUR LE RETOUR DES ÉGLISES DISSIDENTES À L'UNITÉ CATHOLIQUE SOUS LE PATRONAGE DE NOTRE-DAME DE L'ASSOMPTION EST ÉRIGÉE DANS L'ÉGLISE DE L'ANASTASIE A CONSTANTINOPLE.

[...]

Nous érigeons et Nous constituons à perpétuité la susdite association de prières et de bonnes oeuvres pour le retour des Eglises dissidentes à l'unité catholique sous le titre de Notre-Dame de l'Assomption...



Pie XII, Documents pontificaux de Sa Sainteté Pie XII, t. 1952, p.27 a écrit:

L'Eglise catholique .... Personne ne peut donc prétendre qu'elle est au service d'une puissance particulière; de même qu'on ne peut exiger d'elle que, brisant l'unité dont son Divin Fondateur lui-même a voulu la marquer, elle laisse se constituer dans chaque nation des églises séparées, qui pour leur malheur, soient détachées du Siège Apostolique où Pierre, vicaire de Jésus-christ, vit dans ses successeurs jusqu'à la fin des siècles.

Ces extraits contiennent-ils matériellement parlant une hérésie implicite ou explicite ? Cela s'oppose-t-il au catéchisme du Concile de Trente ?

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 23/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  gabrielle le Ven 31 Juil 2009 - 21:11

Ne jugeons pas Pie XII, Dieu est seul juge !



Et si entre temps et par la suite, en raison d'un ensemble de circonstances adverses, les relations devinrent de part et d'autre plus difficiles et, par conséquent, plus difficile aussi l'union des esprits — bien que jusqu'en 1448 on n'ait aucun document public qui déclare votre Eglise séparée du Siège Apostolique —, cela ne doit toutefois point, d'une manière générale, être imputé au peuple slave ni certainement à Nos Prédécesseurs, qui entourèrent toujours ces populations d'un amour paternel et, quand cela leur fut possible, prirent soin de les soutenir et de les aider de toutes manières.

3 Registrum Gregorii VII, I .2, n. .74. 236- In monum Germ Histor: Epis Select.,
Documents Pontificaux
De Sa Sainteté Pie XII
1952
réunis par
Abbé R. Kothen
Editions Saint-Augustin
Saint Maurice ( Suisse)
Imprimatur1955
n° 79
pages 292,293 et ss


Vous disiez quoi déjà Question

Abus de langage, hérésie matérielle, théologiquement erronée, Une question de Foi...,

Guillaume sur Te Deum a écrit:
La dispute sémantique autour du terme "Eglise", ce n'est pas du pharisianisme, c'est une question de foi!Or ce que la foi catholique nous enseigne (9ème article du Credo), c'est qu'il n'y a pas d'autre Eglise que celle de Jésus Christ.


Ayoye! pour un gars qui juge pas, c'est pas fort votre affaire Twisted Evil
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Carolus.Magnus.Imperator. le Ven 31 Juil 2009 - 22:50

Voici ce qu'on peut lire sur le LFC dans le même fil :

Jean-Paul Bontemps sur le LFC a écrit:Bravo, Guillaume, pour cette excellente production !
Voilà enfin quelque chose qui présente un intérêt certain.
A part ce que Pluchon nous a fourni sur le "Père Emmanuel : le drame de la fin des temps", je commençais à m'ennuyer dur sur le forum...

Serai peut-être à Angers le 15 août.
Je crois que vous devriez passé


UdP

Chose étrange !

Voilà peu notre ami Gui-Gui demanda à être rayé de la liste des membres de Te Deum prétextant en autre la tolérance (voire du libéralisme) dont vous * faites preuve vis-à-vis des crypto-lefebvristes ou crypto-guérardiens de ce forum.

Or, il est assez stupéfiant de voir à présent un guérardien notoire se sentir assez chummy-chummy avec notre Gui-Gui (lequel apparemment n'aime pas trop la tolérance envers les crypto-guérardiens) pour l'inviter laxistement à lui rendre visite bientôt quand il sera aux alentours d'Anger !

D'autant plus que notre Gui-Gui jouait tout récemment le petit chien rapporteur avec ce même individu en lui tuyautant quelques infos personnelles sur quelques-uns de ses contradicteurs...


* Administrateurs du forum Te Deum.

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 23/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Louis le Sam 1 Aoû 2009 - 0:22

Pour l'honneur de la Papauté, cher Guillaume (c'est le bon endroit pour le mentionner)

si vous avez le temps, j'aimerais que vous répondiez à la question en vert au bas ( le vert, comme on dit ici est la couleur de l'espérance )


Guillaume a écrit:Pour lever toute ambiguïté, j'ai édité mon message.
Bonjour, Guillaume, pour éviter toute ambiguïté, il faudrait que vous répondiez à la question suivante, pris dans votre message suivant avant que vous l'éditiez :

Guillaume a écrit:

Carolus.Magnus.Imperator. a écrit:
Il est évident maintenant que le fait d'utiliser le terme "église" de la même manière que tous ces auteurs (y compris Léon XIII et Pie XII) l'ont fait pour désigner quelques sectes acatholiques n'est pas une négation d'un article du Credo, voire une hérésie...


Il ne s'agit pas d'une hérésie, mais d'un abus de langage.

La négation d'un article du Credo, ce serait de nier qu'il n'y a qu'une seule Eglise (par exemple parler de "deux Eglises", de "plusieurs Eglises").

L'hérésie, ce serait d'être pertinace dans cette négation.



Saint Alphonse de Liguori a écrit:
Nul n'est hérétique tant qu'il est prêt à soumettre son jugement à celui de l'Eglise, ou ne sait pas que la vraie Eglise du Christ tient le contraire, même s'il soutient sa sentence mordicus, en raison d'une ignorance coupable et crasse.
N'est pas hérétique non plus, celui qui serait disposé, au moins habituellement, à quitter son erreur s'il la savait contraire à la Foi, si toutefois il n'a jamais eu de pertinacité actuelle (...)

mais la retenir après que le contraire a été suffisamment proposé, ou quand on sait que le contraire est tenu par l'Eglise universelle.. c'est errer pertinacement...


canon 1325§2 a écrit:
Toute personne qui après avoir reçu le baptême et tout en conservant le nom de chrétien, nie opiniâtrement quelqu'une des vérités de la foi divine et catholique qui doivent être crues, ou en doute, est hérétique

Les caractères en rouge sont de moi.

Maintenant, voici la question à laquelle je vous demande de répondre très simplement (par un mot de 3 lettres en français):

Q. : Voulez-vous dire que les Papes Léon XIII et Pie XII ont fait de l'abus de langage ?

Merci de votre indulgence.


Louis
avatar
Louis

Nombre de messages : 276
Date d'inscription : 19/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  gabrielle le Sam 1 Aoû 2009 - 2:37

Carolus.Magnus.Imperator. a écrit:Voici ce qu'on peut lire sur le LFC dans le même fil :

Jean-Paul Bontemps sur le LFC a écrit:Bravo, Guillaume, pour cette excellente production !
Voilà enfin quelque chose qui présente un intérêt certain.
A part ce que Pluchon nous a fourni sur le "Père Emmanuel : le drame de la fin des temps", je commençais à m'ennuyer dur sur le forum...

Serai peut-être à Angers le 15 août.
Je crois que vous devriez passé


UdP

Chose étrange !

Voilà peu notre ami Gui-Gui demanda à être rayé de la liste des membres de Te Deum prétextant en autre la tolérance (voire du libéralisme) dont vous * faites preuve vis-à-vis des crypto-lefebvristes ou crypto-guérardiens de ce forum.

Or, il est assez stupéfiant de voir à présent un guérardien notoire se sentir assez chummy-chummy avec notre Gui-Gui (lequel apparemment n'aime pas trop la tolérance envers les crypto-guérardiens) pour l'inviter laxistement à lui rendre visite bientôt quand il sera aux alentours d'Anger !

D'autant plus que notre Gui-Gui jouait tout récemment le petit chien rapporteur avec ce même individu en lui tuyautant quelques infos personnelles sur quelques-uns de ses contradicteurs...


* Administrateurs du forum Te Deum.

Guillaume a dit : je veux bien non seulement retirer, mais rétracter les termes incriminés: "libéralisme" "crypto-lefebvristes", "crypto-guérardiens".

Mais ne veut plus signer comme à son habituel lorsqu'il écrivait à la direction de TD: UDP Suspect
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Carolus.Magnus.Imperator. le Sam 1 Aoû 2009 - 2:43

gabrielle a écrit:
Mais ne veut plus signer comme à son habituel lorsqu'il écrivait à la direction de TD: UDP Suspect

Faut bien qu'il soit irréprochable le jour de sa visite chez chummy...

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 23/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Sandrine le Sam 1 Aoû 2009 - 10:56

gabrielle a écrit:

Guillaume a dit : je veux bien non seulement retirer, mais rétracter les termes incriminés: "libéralisme" "crypto-lefebvristes", "crypto-guérardiens".

Mais ne veut plus signer comme à son habituel lorsqu'il écrivait à la direction de TD: UDP Suspect

Guillaume, cela reviendrait-il à dire que vous considérez les membres de TD comme non-catholiques ? Shocked

Vous faites un dossier sur Pie XII sur DJ autant que sur le LFC et vous refusez TD. Considéreriez-vous le LFC sur le même pied d'égalité que DJ et TD moins catholique que le LFC ?

Vous êtes copain avec JP B ...

En clair cher Guillaume, pour qui "roulez-vous" exactement Question Je pense qu'un minimum d'honnêteté est de mise et est essentiel car sachez que les membres de TD sont ici chez eux et que nous sommes una cum TD !

Donc, votre refus d'UDP avec TD équivaut à un refus d'UDP avec nous. Vous êtes en contradiction avec vous-même. Il va vous falloir faire un choix.

Mais peut-être seriez-vous mieux sur le fofo du Dernier des Mohicans Twisted Evil

Pourquoi ne répondez-vous pas à la question très simple réitérée plusieurs fois ?

Vous seriez bien aimable, cher Guillaume, de bien vouloir répondre à mes interrogations ci-dessus . Je vous en remercie par avance.
avatar
Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Diane le Sam 1 Aoû 2009 - 18:06

Sandrine a écrit:

En clair cher Guillaume, pour qui "roulez-vous" exactement Question Je pense qu'un minimum d'honnêteté est de mise et est essentiel car sachez que les membres de TD sont ici chez eux et que nous sommes una cum TD ! .

En plein dans le mille chère Sandrine pour qui Guillaume "roule-t-il " à l'heure actuelle Question
avatar
Diane

Nombre de messages : 2463
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Sandrine le Sam 1 Aoû 2009 - 18:11

Diane a écrit:
Sandrine a écrit:

En clair cher Guillaume, pour qui "roulez-vous" exactement Question Je pense qu'un minimum d'honnêteté est de mise et est essentiel car sachez que les membres de TD sont ici chez eux et que nous sommes una cum TD ! .

En plein dans le mille chère Sandrine pour qui Guillaume "roule-t-il " à l'heure actuelle Question

Vu les derniers évènements, rien de bon en tout cas ! No
avatar
Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pie XII et le national-socialisme

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum