db. 23 / 06 / 1976

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

db. 23 / 06 / 1976

Message  Sandrine le Mar 28 Juil 2009 - 17:31


Première lettre de Mgr Mamie à Mgr Marcel Lefebvre


1701 Fribourg, le 23 juin 1976.

Son Excellence Monseigneur Marcel Lefebvre
1908 EC0NE

MONSEIGNEUR,

Que Dieu me fasse la grâce de vous parler, aujourd'hui, comme le fait le Père commun des fidèles.
Tout récemment, le 24 mai 1976, S. S. le Pape Paul VI, parlant aux cardinaux à l'occasion du Consistoire, a déclaré, en vous nommant: « C'est donc avec une profonde amertume, mais aussi avec une paternelle espérance, que nous nous adressons une fois de plus à ce confrère, à ses collaborateurs et à ceux qui se sont laissé entraîner par eux. [...] Nous les attendons le coeur grand ouvert, les bras prêts à les étreindre: puissent-ils retrouver, dans l'humilité et l'édification, pour la joie du Peuple de Dieu, la voie de l'unité et de l'amour! »
Vous savez que la gratitude de beaucoup de fidèles à votre égard serait immense s'ils apprenaient qu'effectivement vous retrouvez cette « voie de l'unité et de l'amour » en répondant enfin à ce nouvel appel du successeur de Pierre.
Hélas! pour le moment, c'est une mauvaise nouvelle qui nous atteint.
Je me réfère à la copie de la lettre du 12 juin 1976 de Mgr Giovanni Bunelli, substitut de la Secrétairerie d'Etat, à Mgr Ambrogio Marchioni, nonce apostolique en Suisse — copie transmise aux évêques suisses — et qui vous communique que:
« De mandato speciali Summi Pontificis, dans l'état actuel des choses et demeurant fermes les dispositions du canon 2373, 1, du Code de droit canonique, il (Mgr Lefebvre) doit rigoureusement s'abstenir de conférer les ordres à partir du moment où il aura reçu la présente injonction. »
Vous avez reçu cette communication le 17 juin dernier.
Si j'en crois aussi les informations qui me parviennent par les « faire-part » et les invitations qu'envoie actuellement à Genève, dans mon diocèse, M. Denis Roch, et par des demandes d'utilisation de lieux de culte qui m'ont été faites pour sa première messe, vous auriez donc décidé d'ordonner prêtre, le 29 juin prochain, cet élève de l'école que vous maintenez à Ecône après la suppression canonique du séminaire.
Comment auriez-vous pu recevoir des lettres dimissoriales d'un évêque en communion avec le Saint-Père? J'ignore à quel titre légitime ce candidat pourrait être ordonné. De plus, vous auriez accepté de prononcer l'homélie de sa première messe solennelle, le 4 juillet prochain à Genève.
Ces actes, faut-il vous le dire, qui seraient accomplis alors que vous demeurez — « quelles que soient vos intentions » — en état de désobéissance publique à l'égard du Souverain Pontife, constitueraient de nouvelles désobéissances graves au successeur de Pierre. Je vous en supplie, au nom de notre amour pour le Christ et pour son Eglise, de ne pas les accomplir.
Je dois aussi vous dire que si vous maintenez ces décisions, je serai obligé de vous interdire de prononcer cette homélie sur le territoire de mon diocèse, comme j'interdirai à celui que vous ordonneriez prêtre de célébrer la messe et d'assurer un ministère sacerdotal sur le territoire de ce même diocèse.
Je me réfère, d'une part, au texte du Motu proprio du Pape Paul VI « Pastorale munus », du 30 novembre 1963, concernant le premier des privilèges qui appartiennent aux évêques, à savoir: « 1. Prêcher la parole de Dieu dans le monde entier, sauf interdiction expresse de l'Ordinaire du lieu (3) » (Pastorale munus, II, 1), et, d'autre part, aux prescriptions de S. S. le Pape Paul VI, des Congrégation romaines et des évêques suisses concernant le rite de la messe.
J'attends dans la confiance votre réponse avant le 27 juin prochain. Si vous maintenez votre refus d'obéissance au Saint-Père, le Pape Paul VI, le scandale qui serait causé ainsi m'obligerait aussi à rendre publiques mon désaccord et mes interdictions.
Si vous désirez me rencontrer, vous savez que jamais je n'ai refusé de vous recevoir ou de vous écouter.
De grâce, Monseigneur et mon frère dans l'épiscopat, pensez d'abord au bien de l'Eglise et des fidèles; le chemin vous a été clairement tracé par le Saint-Père.
Je vous reste uni dans la prière.

† Pierre MAMIE,
évêque de Lausanne, Genève et Fribourg.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum