da. 21 / 02 / 1976

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

da. 21 / 02 / 1976

Message  Sandrine le Mar 28 Juil 2009 - 17:27

Lettre de Paul VI au cardinal Villot à propos de Mgr Marcel Lefebvre



France Catholique-Ecclesia a publié, dans son numéro du 13 février 1976, un dossier sur « La Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X » reproduisant les derniers documents sur la question (1), en y ajoutant une interview de Mgr Marcel Lefebvre, fondateur de cette Fraternité et notamment du séminaire d'Ecône qui en dépend. Dans cette interview, recueillie le 15 janvier 1976 par Louis Salleron, Mgr Lefebvre affirmait notamment que le cardinal Villot faisait écran entre le Saint-Père et lui-même (2). C'est pour rectifier cette affirmation que Paul VI a adressé la lettre manuscrite ci-après au cardinal ViIlot (3):

A Monsieur le cardinal Jean Villot,
notre Secrétaire d'Etat,

Nous avons pris connaissance d'une interview demandée à Mgr Marcel Lefebvre par l'hebdomadaire France Catholique-Ecclesia (n° 1322 du 13 février 1976). Parmi les erreurs contenues dans cette interview, il en est une que nous voulons rectifier nous-même: vous seriez un écran placé entre le Pape et Mgr Lefebvre, un obstacle à la rencontre qu'il désire avoir avec nous. Cela n'est pas exact.
Nous estimons qu'avant d'être reçu en audience, Mgr Lefebvre doit revenir sur sa position inadmissible à l'égard du Concile oecuménique Vatican Il et des mesures que nous avons promulguées ou approuvées en matière liturgique ou disciplinaire (et, par conséquent, aussi doctrinale). Cette position, il ne cesse malheureusement de l'affirmer par sa parole et par ses actes. Un réel changement d'attitude est donc nécessaire pour que l'entretien souhaité puisse avoir lieu dans l'esprit de fraternité et d'unité ecclésiale que nous désirons tant depuis le début de cette pénible affaire et surtout depuis que nous avons personnellement, à deux reprises, écrit à Mgr Lefebvre.
Nous continuons à espérer qu'il nous donnera bientôt, dans les faits, la preuve concrète de sa fidélité à l'Eglise et au Saint-Siège dont il a reçu tant de marques d'estime et de confiance. Nous savons que vous partagez cet espoir; c'est pourquoi nous vous autorisons à rendre publique cette lettre, conforme à la bienveillance et à l'affection que nous éprouvons pour vous, notre collaborateur dans la charge apostolique.
Avec notre paternelle bénédiction.

PAULUS PP. VI.

Du Vatican, 21 février 1976.

(1) Cf. DC 1976, n° 1689, p. 32 et s.

(2) Voici la réponse de Mgr Lefebvre:
Non seulement il [le Pape] ne m'a pas convoqué, mais je n'ai jamais pu obtenir une audience de lui et j'en viens à me demander si ma demande d'audience lui a été présentée. Récemment, un évêque que j'estime beaucoup a vu le Saint-Père pour lui dire le désarroi que causerait dans son diocèse toute mesure à mon égard qui paraîtrait une condamnation de mon oeuvre et lui a demandé de me recevoir. Le Saint-Père l'a prié de s'en entretenir avec le cardinal Villot. Cet évêque s'est rendu aussitôt chez le cardinal qui lui a répondu: « Pas question, le Pape pourrait modifier son opinion et ce serait la confusion. » Vous voyez donc qu'il y a un écran placé entre le Souverain Pontife et moi.

(3) Texte original.
avatar
Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum