Être femme en temps de persécution...

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  Diane le Lun 3 Aoû 2009 - 19:02

Sandrine a écrit:
Diane a écrit:
Non chère Sandrine il n'y a vraiment rien de catholique dans un tel comportement, ceux qui agissent ainsi ce sont tous des hypocrites et des lâches. Evil or Very Mad C’est vraiment scandaleux que ces mêmes hommes disent servir la Gloire de Dieu!

Le genre d'homme qui aurait critiqué, voire pire, une sainte Catherine de Sienne en son temps ou une Sainte Jeanne d'arc ! Shocked

Voyez-vous chère Sandrine, c'est quand même encourageant pour nous, parce que Sainte Catherine de Sienne et Sainte Jeanne d'Arc de leur temps ont été critiqués!

Serions-nous déjà des Saintes Question Very Happy

Ont disait même de Notre Seigneur Jésus Christ qu'il était un ivrogne ! Shocked
avatar
Diane

Nombre de messages : 2463
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  Diane le Lun 3 Aoû 2009 - 19:04

Catherine a écrit:
Diane a écrit:Oui chère amie que ce terrible châtiment serve à notre sanctification!

Prions les uns pour les autres!

Courage, mes soeurs et mes frères,
Marchons donc tous de concert!
Malheur à qui se perd,
Entr'aidons-nous par nos prières!

Saint Louis-Marie de Montfort.


Nous prendrons cette petite maxime comme devise, chère amie! flower


Udp
avatar
Diane

Nombre de messages : 2463
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Mar 4 Aoû 2009 - 2:13

Si vis pacem a écrit:
[url=http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=36743&mforum=lelibreforumcat#36743]Gabrielle[/url] a écrit:"Si vis", je ne rentrerai pas dans votre jeu.
        Considérez-vous réellement cela comme un jeu ?
[url=http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=36743&mforum=lelibreforumcat#36743]Gabrielle[/url] a écrit:Le texte par vous cité , selon lequel la prudence est refusé à la femme, est faux..
        Je vous remercie pour votre solide argumentation. Puis-je cependant vous rappeler que la méthode Coué est sans effet sur l'ordre établi par Dieu ?
[url=http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=36743&mforum=lelibreforumcat#36743]Gabrielle[/url] a écrit:
ce qui veut dire en clair que la prudence, selon l'ordre établi par Dieu, n'est pas dans la nature de la femme en tant que qualité dominante
Cela est votre explication... ou votre couverture?
        Tout simplement la réalité.

        Outre que c'est le sens obvie, il est difficilement concevable qu'un grec vivant un demi millénaire avant la venue de Notre-Seigneur ait pu envisager la prudence comme Vertu cardinale et non comme qualité naturelle.

Enfin ... lorsque vous aurez fini votre crise féministe vous pourrez peut-être répondre raisonnablement aux questions laissées en suspens.

Saint Jean Chrysostome - super Matthaeum a écrit:
La femme est par nature imprévoyante et flexible : imprévoyante parce qu'elle ne considère pas avec sagesse et avec réflexion tout ce qu'elle voit ou entend; flexible, parce qu'elle passe aisément soit du bien au mal, soit du mal au bien.

http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=36761&mforum=lelibreforumcat#36761
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Mar 4 Aoû 2009 - 2:16

gabrielle a écrit:
Puis-je cependant vous rappeler que la méthode Coué est sans effet sur l'ordre établi par Dieu ?

Puis-je vous rappeller que les dires d'un païen sont sans effet sur les vertus que Dieu donne à ses enfants.

il est difficilement concevable qu'un grec vivant un demi millénaire avant la venue de Notre-Seigneur ait pu envisager la prudence comme Vertu cardinale et non comme qualité naturelle.

Je vous le concède aisément. Mais vous, en êtes vous encore au paganisme. Envisagez-vous encore la Prudence dans le même optique que votre païen? N'est-ce pas ce genre d'auteurs que Mgr Gaume ne voulait pas dans les séminaires?

Bon, je vois que vous éprouvez certaines difficultés à saisir le sens de ce débat.

Ce n'est pas grave, après tout vous n'êtes qu'un homme!

Quelle est celle des qualités des Hommes que les Femmes ne possèdent pas ? Une seule, dit Anacréon, leur est refusée : c'est la prudence

Ceci est faux. Contraire aux Catéchisme, que je vous avais cité hier... et que je recite aujourd'hui.

Vu votre faiblesse d'esprit, je vais vous en citer un peu plus long.

Quelles sont les vertus cardinales?

Les verus cardinales sont la Prudence, la Justice, la Force et la Tempérance.

Pourquoi la Prudence, la Justice, la Force et la Tempérance sont-elles appelés vertus cardinales ?

La Pruence, la Justice, la Force et la Tempérance sont appelées vertus cardinales, parce qu'elles sont le pivot ( latin cardo) et le fondement des vertus morales.

Qu'est-ce que la Prudence?

La Prudence est la vertu qui dirige toute action vers son but légitime et cherche , par suite, tous les moyens convenables pour que l'action soit bien faite de toutes façons et, par là, agréable au Seigneur.

Dire qu'à la femme est refusée cette vertu, équivaut à dire que la femme ne peut faire des actions agréables au Seigneur.

Pauvre Si vis, si à la femme Dieu ne donne pas la prudence, comment faites-vous pour confier vos enfants à votre épouse ? Enfin... cela vous regarde.


«Considérés à un autre point de vue, ces quatre vertus principales, ne sont autre chose, remarque saint Augustin, qu'un souverain amour de Dieu qui change de nom par rapport seulement aux diverses formes qu'il prend...

La prudence, à discerner ce qu'il faut faire, ce qu'il faut éviter.
Le principe et l'aliment de ces verus, c'est l'amour. L'amour en est la perfection, l'unique voie qui conduit à la vie étrnelle (1)»

Il y a encore d'autres vertus morales, ce sont : l'Humilité, la Libéralité. la Chasteté, la Mansuétude ou la Douceur, la Tempérance, l'Amour du prochain et le Zèle pour la gloire de Dieu, et l'accomplissement de nos devoirs d'état.

Pratiquer ces vertus par des motifs purement naturels, c'est les pratiquer, comme font les payens, et on ne peut en attendre aucune récompense pour l'autre vie.

Mais les pratiquer par un motif surnaturel, et pour plaire à Dieu ; c'est le faire en chrétien, et Dieu en sera lui-même la récompense.


1.« Si donc la tempérance nous interdit l'usage de certains plaisirs, et si elle nous prescrit les règles nécessaires pour bien user des autres; si la force nous fait surmonter toutes les difficultés qui s'attachent à la pratique de la vertu; si la vertu nous attache à notre souverain bien, et si la prudence nous fait choisir les vrais moyens pour arriver a cette fin; il s'en suis que ces vertus n'agissent que par l'amour; qu'elles ne sont, pour ainsi
dire que des amours travestis;; qu'en cette vie, elles ne consistent qu'à aimer ce qui doit être aimé; que le choisir, c'est prudence ; s'y attacher malgré toutes les difficultés qui se présentent, c'est force; que de n'eu être détourné ni par les plaisirs ni par l'orgueil, c'est tempérance et justice.» (Joli, Domini, tom IV, page 50, 51.)

Modèle de Prudence

Ce fut par les lumières d'une vraie prudence que Rebecca. femme d'Isaac, lui persuada d'éloigner de sa maison Jacob, son fils, parce que son frère Esau, irrité contre lui à cause qu'il avait reçu de son père la bénédiction qui lui appartenait naturellement, selon l'ordre de la naissance, et à laquelle il avait néanmoins renoncé en vendant son droit d'aînesse, cherchait l'occasion de se venger et de se défaire de lui. « Hàtez-vous, mon fils, lui dit cette sage mère, de vous retirer chez mon frère Laban; vous passerez quelque temps auprès de lui, jusqu'à ce que la fureur de votre frère s'apaise. » Suivant les salutaires conseils de sa mère, Jacob partit pour la Mésopotamie
./ Catéchisme Catholique d'après Saint Thomas d'Aquin, disposé suivant le plan du Catéchisme du Concile de Trente.., par M. l'Abbé Bluteau, avec approbation de Mgr l'archevêque de Tours, deuxième édition, T. IV 1860. pages 492,493,494

Enfin ... lorsque vous aurez fini votre crise féministe vous pourrez peut-être répondre raisonnablement aux questions laissées en suspens.

Enfin... lorsque vous aurez fini votre crise de paganisme vous pourrez peut-être comprendre l'horreur de la citation de votre païen

http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=36767&mforum=lelibreforumcat#36767


Dernière édition par gabrielle le Mar 4 Aoû 2009 - 3:00, édité 1 fois
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  Eric le Mar 4 Aoû 2009 - 2:38

Un peu à la bourre ... Embarassed
Merci Catherine pour ce magnifique texte de Saint François de Sales !

Cela change grandement des saloperies coraniques/sataniques que je relisais dernièrement, type :

(sourate IV, 38): Vous [les hommes] réprimanderez celles dont vous avez à craindre l'inobéissance; vous les relèguerez dans des lits à part, vous les battrez; mais aussitôt qu'elles vous obéissent, ne leur cherchez point querelle. Dieu est élevé et grand.

OUF !!!
Dieu soit loué, NOUS SOMMES CATHOLIQUES !!!
avatar
Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  Eric le Mar 4 Aoû 2009 - 2:48

Chère Gabrielle attention ... !!!
Le bibliothécaire en chef du G.A.Z va bientôt nous sortir un truc genre :
UNE FEMME PRUDENTE ??? ... IMPOSSIBLE !!! ... VOYONS !!! ...

... PRUDENCE EST MÈRE DE TOUTES LES VERTUS !!!

ALORS ... VOUS VOYEZ BIEN !!! ... clown
avatar
Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Mar 4 Aoû 2009 - 2:56

Very Happy

Je ne doute pas que le bibliothécaire en chef nous sorte une salade du genre Twisted Evil

Lui qui croule sous sa bibliothèque , ne trouve rien d'autre qu'un paîen à citer.... Shocked

Bah!

Prudence est Mère de toutes les Vertus... Very Happy

Aveuglement est Père de quoi ? Faudrait demander à nos deux administrateurs de Mica... après tout, ils doivent connaitrent leur Père...

OK

Comme dirait Sandrine... je sors

Arrow Arrow Arrow
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  Sandrine le Mar 4 Aoû 2009 - 10:50

gabrielle a écrit:

Lui qui croule sous sa bibliothèque , ne trouve rien d'autre qu'un paîen à citer.... Shocked


Soit c'est de la provoc et là il se range un cran en-dessous de notre vieille copine Dudu Very Happy

Soit il est sérieux et là affraid c'est dramatique !

Dans les deux cas, c'est pathétique ... No
avatar
Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Mar 4 Aoû 2009 - 16:19

Bien d'accord avec vous Sandrine. Sad
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  ROBERT. le Mar 4 Aoû 2009 - 16:23

.

Belle analyse Sandrine...
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 896
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  Diane le Mar 4 Aoû 2009 - 16:28

gabrielle a écrit:Bien d'accord avec vous Sandrine. Sad


Idem
avatar
Diane

Nombre de messages : 2463
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  ROBERT. le Mar 4 Aoû 2009 - 16:31

.

Vous n'avez pas seulement fait une belle analyse Sandrine mais je suis également d'accord avec vous... Very Happy
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 896
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  Louis le Mar 4 Aoû 2009 - 18:29

.
gabrielle a écrit:Bien d'accord avec vous Sandrine. Sad
Moi aussi, Sandrine.

Le mot qui, à mon avis, résume bien toute cette magouille qui se passe sur le fil


et sur tous les autres débats du même style qui pourraient se produire sur le lfc ou le mica… machin chose ou autre de même acabit et qui nous sert de lumière rouge, a été écrit par deux des principaux administrateurs de DJ et de TD, à propos de la « fameuse » polémique sur le mot église et ce sont …. 2 femmes !!!... Laughing Laughing


Sandrine
(…) Tout le monde sait ici que VM Zins utilise une technique de dialectique particulière qui consiste à faire croire qu’il a raison même s’il a tort. (…)

Gabrielle
(…) Et sur ce point, je ne lui concède rien, il se trompe et use de dialectique pour faire passer son erreur. (...)

Je n'ai pas une grosse connaissance de ce mot: la seule je l'ai apprise il y a très longtemps quand à l'école on a fait un très bref survol en philo.

de Descartes affraid ;

sunny S. Tomas d'Aquin sunny ;

affraid Hegel ; Marx ; Kant, E. Mounier, Heidegger, Fauerbach. affraid

...et c'est la dialectique marxiste : thèse-antithèse-synthèse pour faire avancer son matérialisme affraid athée re- affraid ... condamné par le Pape Pie XI !

Une fois, j'ai eu une controverse avec les communistes qui devaient venir faire une conférence à l'École : rien de moins que le secrétaire du Parti Communiste Canadien lui-même !!! ... A 11 : 30 du soir, la veille de cette conférence, je reçois un téléphone et mon interlocuteur me demande si je suis Louis et à ma réponse affirmative, il me dit : « Surveilles-toi, mon ... (1) » et raccroche ....


Méthode de voyou, disiez-vous ? ...




« La dialectique éristique est l'art de la controverse. » Cet art repose sur la distinction entre la vérité objective d'une proposition et l'apparence de vérité que cette proposition peut prendre aux yeux des disputeurs et des auditeurs. La finalité de cet art est de fournir des moyens pour parvenir à cette dernière apparence, afin de convaincre les auditeurs que l'on a raison, même si l'on a objectivement tort.

Si les hommes étaient honnêtes, il n'y aurait pas de dialectique
____________________________

(1) ce n'était pas un blasphème.


Dernière édition par Louis le Jeu 6 Aoû 2009 - 17:01, édité 3 fois (Raison : arrangement de balises et ajout de lien et d'une note.)
avatar
Louis

Nombre de messages : 276
Date d'inscription : 19/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Mer 5 Aoû 2009 - 1:06

Si vis pacem a écrit:
[url=http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=36767&mforum=lelibreforumcat#36767]Gabrielle[/url] a écrit:
Dire qu'à la femme est refusée cette vertu, équivaut à dire que la femme ne peut faire des actions agréables au Seigneur.

Pauvre Si vis, si à la femme Dieu ne donne pas la prudence, comment faites-vous pour confier vos enfants à votre épouse ? Enfin... cela vous regarde.
        que vient faire ici cette reflexion lorsque le sujet traité concerne la femme en dehors du cadre domestique ?
        [url=http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=36695&mforum=lelibreforumcat#36695]Gabrielle[/url] a écrit:
        Guillaume a écrit:
        Bonjour,

        Est-il légitime que des femmes occupent des postes à responsabilité, en dehors du cadre domestique?

        Le catéchisme du concile de Trente dit que les femmes „aimeront aussi à rester chez elles, à moins que la nécessité ne les oblige à sortir, et même alors, elles devront avoir l’autorisation de leurs maris.“ Ceci s’appliquant aux femmes mariées, qu’en est-il de celles qui ne sont liées ni à un mari ni à une communauté religieuse? Quels sont leurs devoirs et quelle est leur vocation?

        Merci par avance et bonne fin de semaine,

        Guillaume


Veuillez donc, je vous prie vous en tenir à ce cadre strict et ne pas confondre (volontairement ?) prudence personnelle et prudence de gouvernement comme vous confondez déjà prudence naturelle et prudence surnaturelle.

Saint Jean Chrysostome - In Matthaeum a écrit:La femme ne peut pas opiner au sénat, mais elle a le droit d'émettre son avis au foyer domestique.

Bon, vous n'êtes pas d'humeur ce soir... :XA

Je m'en tiens à votre réponse.

Ce n'est pas de ma faute si vous n'avez dans votre bibliothèque, très bien remplie, rien trouvez d'autre qu'un paîen, qui semble devenir pour vous un boulet.

Pour la confusion, c'est vous qui l'avez introduite.

Je ne confonds rien


Quelle est celle des qualités des Hommes que les Femmes ne possèdent pas ? Une seule, dit Anacréon, leur est refusée : c'est la prudence

Je ne vois guère matière a distinction.
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Jeu 6 Aoû 2009 - 1:32

Si vis pacem a écrit:
[url=http://www.phpbbserver.com/phpbb/viewtopic.php?p=36809&mforum=lelibreforumcat#36809]Gabrielle[/url] a écrit:Ce n'est pas de ma faute si vous n'avez rien trouvez d'autre qu'un païen, qui semble devenir pour vous un boulet.
      [url=http://www.phpbbserver.com/phpbb/viewtopic.php?p=36695&mforum=lelibreforumcat#36695]Si vis pacem[/url] a écrit:
      Je vous conseille la lecture de cette mercuriale.

[url=http://www.phpbbserver.com/phpbb/viewtopic.php?p=36809&mforum=lelibreforumcat#36809]Gabrielle[/url] a écrit:Je ne vois guère matière a distinction.
      [url=http://www.phpbbserver.com/phpbb/viewtopic.php?p=36695&mforum=lelibreforumcat#36695]Guillaume[/url] a écrit:
      Est-il légitime que des femmes occupent des postes à responsabilité, en dehors du cadre domestique?

Bonjour,

Est-il légitime que des femmes occupent des postes à responsabilité, en dehors du cadre domestique?

Le catéchisme du concile de Trente dit que les femmes „aimeront aussi à rester chez elles, à moins que la nécessité ne les oblige à sortir, et même alors, elles devront avoir l’autorisation de leurs maris.“ Ceci s’appliquant aux femmes mariées, qu’en est-il de celles qui ne sont liées ni à un mari ni à une communauté religieuse? Quels sont leurs devoirs et quelle est leur vocation?

Merci par avance et bonne fin de semaine,

Guillaume

Je ne vois nul part dans cette question la moindre allusion à la "femme magistrat"

Votre document

COUR D'APPEL DE LIÈGE

LA FEMME
MAGISTRAT?

Mercuriale de M. le Procureur Général ff. L. DELWAIDE à l'audience solennelle de rentrée du 16 septembre 1946 et dont la Cour a ordonné ---------- l'impression. -----

Enfin, si les femmes réussissent dans l'art dentaire, et même dans la médecine, elles s'abstiennent volontairement de toucher à la grande chirurgie, sentant bien que cet art à responsabilités énormes les dépasse. Or, il y a certaines analogies entre la chirurgie et la justice. Dans les deux cas, il faut savoir avec sang-froid, et parfois sur l'heure, prendre des décisions dont dépend toute l'existence d'un sujet. page (11)

Mon chirurgien se nomme Mademoiselle Martin. Elle est chirurgienne oncologiste, et pratique , entre autre, des lombectomies (ablation du poumon ou d'un des ces lobes, une des opérations les plus dangereuses à pratiquer, même plus dangereuses qu'un pontage cardiaque) , en fait, elle est haute comme trois pommes et très frêles, elle pratique son art ici, Toronto, USA et donne des cours à la Clinique Mayo.!!!!!!!!!

M. Delwaide aurait aimé la connaître!

Je finirai la lecture de votre document et reviendrai.

En attendant, vous n'avez toujours pas résolu l'énigme du païen...

Quelle est celle des qualités des Hommes que les Femmes ne possèdent pas ? Une seule, dit Anacréon, leur est refusée : c'est la prudence
Sleep Sleep Sleep
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Ven 7 Aoû 2009 - 2:37

Si vis pacem a écrit:
Gabrielle a écrit:vous n'avez toujours pas résolu l'énigme du païen...
      [url=http://www.phpbbserver.com/phpbb/viewtopic.php?p=36741&mforum=lelibreforumcat#36741]Si vis pacem[/url] a écrit:
      [url=http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=36708&mforum=lelibreforumcat#36708]Gabrielle[/url] a écrit:Votre texte dit carrément qu'à la femme est REFUSÉE LA PRUDENCE.
            ... ce qui veut dire en clair que la prudence, selon l'ordre établi par Dieu, n'est pas dans la nature de la femme en tant que qualité dominante.


      Cela semble vous gêner grandement !



Si vis a parlé, la cause est finie! Votre paîen, c'est pas ça qui dit. Seriez-vous en désaccord avec vos proprs références?

Gabrielle a écrit:
Mon chirurgien se nomme Mademoiselle Martin. Elle est chirurgienne oncologiste, et pratique , entre autre, des lombectomies (ablation du poumon ou d'un des ces lobes, une des opérations les plus dangereuses à pratiquer, même plus dangereuses qu'un pontage cardiaque) , en fait, elle est haute comme trois pommes et très frêles, elle pratique son art ici, Toronto, USA et donne des cours à la Clinique Mayo.!!!!!!!!!
        Pourquoi pas ... Bien des voies s'ouvrent aux femmes depuis quelques lustres !

        Enfin ... vous pouvez effectivement militer pour cette vue révolutionnaire de la société (vos interventions récentes nous montrent d'ailleurs vos capacités incontestables en cette matière) ce faisant, votre mentalité moderne se heurtera toujours à quinze siècles de pratiques chrétiennes.


Votre lien, renvoi à ceci
29.06.02 - Autriche : L'ordination des femmes nous questionne.

:Piafou :Piafou Ridicule quand nous tiens.

Saint Paul - I Cor. XI, 3 a écrit:L'homme est le chef de la femme.

Ça c'est parole d'Évangile

Saint Antonin - [i]De matrimonio[/i] a écrit:
Le défaut des femmes, c'est de ne vouloir pas être dirigées, mais d'agir avec emportement et de suivre tous leurs caprices avec impétuosité, sans aucune modération.


Ce texte ne serait-il pas pour les femmes mariées?

Votre texte des mercuriale. shock

11 ne faut, en effet, à aucun prix, qu'il porte atteinte à la foi touchante des humbles dans l'infaillibilité des juges 13

Quel concile a promulgué ce dogme ?


Messieurs, le problème que nous examinons est avant tout un problème de physiologie et de psychologie.

De ce point de vue, il comporterait de très longs développements. C'est au tréfonds une question de glandes.

Très tôt dans la période embryonnaire, certaines cellules se différencient, et le sexe apparaît. Dès ce moment, tout le reste du sujet se développe avec les caractères sexuels correspondants, qui s'étendent à toutes les parties du corps, au cerveau et aux facultés mentales ; en sorte que les âmes sont mâles ou femelles.

faut-il pleurer, faut-il en rire...

Pour la femme, le processus est analogue, mais le mariage et la maternité constituent une nouvelle étape de son évolution, et vers quarante-cinq ans, la vie sexuelle se retire, lui laissant le sentiment intime d'une diminution de son être, et souvent un sentiment de modestie qu'elle n'avait pas antérieurement. La femme, à ce moment, engraisse et devient matrone. 13

Et vive la vertu et l'optique spirituel des choses.

Références de Delwaide
Michelet... ? Est lui? http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Michelet? L'huguenot?

Pierre Mendousse pshycologue...

Gina Lombroso... ?

Forel professeur de psychiatrie à Zurich, dans son livre « La question sexuelle»

Fénélon dont un de ses biographes disait:
Plus cocquet que toutes les femmes
hmm_

A part ça, tout va très bien Madame la Marquise...

Et les ongles passés au rouge, inventés par les femmes américaines de sang mêlé,pour cacher que leurs ongles n'ont pas la lunule caractéristique de la race blanche pure.

Vraiment bon à rien, comme argument. ëtes-vous raciste?

La répression est conditionnée par la claire vision de l'intérêt général, qui a le pas sur l'intérêt du délinquant, j'estime qu'au répressif la femme serait très dangereuse : d'une part, voyant le concret qui intéresse son cœur, et perdant de vue la collectivité et les nécessités sociales ; et d'autre part, exagérant la sévérité dans les affaires de mœurs qui atteignent la femme dans son instinct de défense contre les suites de tout acte sexuel.

Ben quoi! le violeur est sans doute la victime !

Mais il faut retenir en outre contre la nomination de femmes célibataires, que la femme qui n'est ni épouse, ni mère, garde de l'âme de l'adolescente, des marques persistantes, à l'exclusion des marques qui, au mariage, devraient remplacer ces dominantes affectives et mentales de l'adolescence féminine. En sorte que, on se trouve en présence d'un être incomplètement évolué.

Voilà une des plus belles éloges des religieuses ....des vieges... Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus était un "être incomplètement évolué"

Louis XIV disait déjà, quand les femmes n'étaient pas encore docteurs en Droit : « Je mettrais plutôt l'Europe d'accord, que deux femmes. »

A regarder la majorité masculine, qui se chamaille sur ce forum, Louis XIV aurait fait le saut..

De même, à la ménopause, sans aller jusqu'à l'entière irresponsabilité, une grande partie des femmes subit, dans une certaine mesure, des troubles psychiques.

Quel âge à votre épouse?

Un catholique pose une questions à des catholiques... et ce sont les réponses éclairantes et spirituelles qu'il reçoit.

Sans oublier votre paîen...

Quelle est celle des qualités des Hommes que les Femmes ne possèdent pas ? Une seule, dit Anacréon, leur est refusée : c'est la prudence

Sleep Sleep Sleep Sleep

http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=36937&mforum=lelibreforumcat#36937
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Sam 8 Aoû 2009 - 23:28

gabrielle a écrit:
Guillaume a écrit:
Mgr Gaume, Chapitre X – L’enseignement public (suite), La femme et l’homme. « Histoire société domestique – 1844 – », réf. page 622 a écrit:Chez les enfants, comme chez les femmes, les axiomes ne bougent plus, parce qu’ils se fixent en eux par impression et non par raisonnement.

Cette soumission, d'ailleurs, ne nie pas, n'abolit pas la liberté qui revient de plein droit à la femme, tant en raison de ses prérogatives comme personne humaine, qu'en raison de ses fonctions si nobles d'épouse, de mère et de compagne ; elle ne lui commande pas de se plier à tous les désirs de son mari, quels qu'ils soient : d'autant moins à ceux qui pourraient être peu conformes à la raison ou bien à la dignité de l'épouse ; elle n'enseigne pas que la femme doive être assimilée aux personnes que dans le langage du droit on appelle des mineurs et auxquelles, à cause de leur jugement insuffisamment formé ou de leur impéritie dans les choses humaines, on refuse d'ordinaire le libre exercice de leurs droits

Au surplus, la soumission de la femme à son mari peut varier de degré, elle peut varier dans ses modalités, suivant les conditions diverses des personnes, des lieux et des temps ; bien plus, si le mari manque à son devoir, il appartient à la femme de le suppléer dans la direction de la famille
.



Pape Pie XI dans l'Encyclique Casti Connubii du 31 décembre 1930 AAS XXII (1930) 539-592. In Sources de la vie spirituelle, documents T I. P. Cantin – H. TH. Conus, , nihil obstat 12 mai 1951, Imprimi potest 12 mais 1951, imprimatur 13 mai 1951 page 998. No 1665 et 1666 ( Ce livre me fut recommandé par M. l'Abbé Zins.. la traduction devrait être bonne! )

http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=37015&mforum=lelibreforumcat#37015
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Sam 8 Aoû 2009 - 23:29

Si vis pacem a écrit:
Gabrielle a écrit:la cause est finie!
        Heureux que vous l'ayez constaté.

        Cela ne vous empêche cependant pas de continuer querelle.
Doit-on alors vous appliquer cette sentence :
Proverbes XIX, 13 a écrit:
La femme querelleuse est comme un toit d'où l'eau dégoutte toujours.
On est amené à le penser en lisant vos dernières réflexions à la Prévert.

Celles-ci, en effet, loin d'être structurées et de refléter la pensée générale de l'auteur ne font que s'appuyer sur des bribes hors contexte tentant ainsi de faire admettre comme catholique une vision révolutionnaire en complète opposition avec quinze siècles de pratiques chrétiennes.

Et dans cette tentative vous n'épargnez pas même la doctrine catholique :
Gabrielle a écrit:

Mais il faut retenir en outre contre la nomination de femmes célibataires, que la femme qui n'est ni épouse, ni mère, garde de l'âme de l'adolescente, des marques persistantes, à l'exclusion des marques qui, au mariage, devraient remplacer ces dominantes affectives et mentales de l'adolescence féminine. En sorte que, on se trouve en présence d'un être incomplètement évolué.
Voilà une des plus belles éloges des religieuses ....des vieges... Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus était un "être incomplètement évolué"
        Faut-il que vous soyez aveuglée par la mauvaise foi ou la passion pour proférer une telle absurdité !

        Puis-je vous rappeler que les religieuses ont pour Époux Notre-Seigneur Jésus-Christ et sont spirituellement mères des âmes qu'elles gagnent ou gardent au Christ par leurs prières, leurs sacrifices et leurs services ?


Jusqu'où descendrez-vous ?

http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=36973&mforum=lelibreforumcat#36973
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  ROBERT. le Sam 8 Aoû 2009 - 23:43

.

L'argumentaire de SVP se réduit comme peau de chagrin.

.
avatar
ROBERT.

Nombre de messages : 896
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Dim 9 Aoû 2009 - 0:48

Si vis pacem a écrit:
Gabrielle a écrit:la cause est finie!
        Heureux que vous l'ayez constaté.

Tut! Tut! Vous ne me citez pas correctement.

gabrielle a écrit:Si vis a parlé, la cause est finie! Votre paîen, c'est pas ça qui dit. Seriez-vous en désaccord avec vos propres références?

A moins que lorsque vous parlez nous devions dire : Si vis pacem Ier a parlé, la cause est finie.

Si vis pacem a écrit:Cela ne vous empêche cependant pas de continuer querelle. Doit-on alors vous appliquer cette sentence :
Proverbes XIX, 13 a écrit:
La femme querelleuse est comme un toit d'où l'eau dégoutte toujours.

Me reprochez-vous mon savoir-vivre, vous m'écrivez je vous réponds.


Pour le proverbe cité, il en manque un bout:
La douleur d'un père est un FILS insensé.

Que n'avez-vous pas cité un proverbe à l'abbé Zins , lorsque ce dernier disait:

Il est vrai que ces assez récemment "excitées" me font perdre du temps à répondre à leurs arguties, après avoir gardé patiemment un long silence qu'elles ont pris soit pour de l'incapacité à répondre, soit pour de la faiblesse. …..

Mais comme le dit le Saint-Esprit : « Il est un temps pour se taire, un temps pour parler.»

Ne réponds pas à un fou (excitées) selon sa folie, de peur que tu ne lui deviennes semblable. Proverbe XXVI…4

O réputation quand tu nous tiens!!!!

On est amené à le penser en lisant vos dernières réflexions à la Prévert.

Celles-ci, en effet, loin d'être structurées et de refléter la pensée générale de l'auteur ne font que s'appuyer sur des bribes hors contexte tentant ainsi de faire admettre comme catholique une vision révolutionnaire en complète opposition avec quinze siècles de pratiques chrétiennes.


Ben quoi! Je suis révolutionnaire maintenant! Si c'est le cas, vous avez manqué de PRUDENCE en me laissant travailler sur votre forum, vous auriez du faire une enquête sur ma vie privée avant, vous savez le style: noms de mes parents, frères et sœurs, numéros de téléphones, adresses, lieux où j'ai fait mes études… enfin, vous savez comment faire…

Et dans cette tentative vous n'épargnez pas même la doctrine catholique :


Mais il faut retenir en outre contre la nomination de femmes célibataires, que la femme qui n'est ni épouse, ni mère, garde de l'âme de l'adolescente, des marques persistantes, à l'exclusion des marques qui, au mariage, devraient remplacer ces dominantes affectives et mentales de l'adolescence féminine. En sorte que, on se trouve en présence d'un être incomplètement évolué.

Ça c'est votre Procureur général qui le dit…

gabrielle a écrit:Voilà une des plus belles éloges des religieuses ....des vierges... Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus était un "être incomplètement évolué"

        Faut-il que vous soyez aveuglée par la mauvaise foi ou la passion pour proférer une telle absurdité !


Je ne faisais qu'un petit commentaire, sans masquer la pensée de votre auteur....sous le voile de la piété....

L'absurdité, c'est votre base de réponse, votre doctrine donnée sur votre forum, votre procureur et votre païen qui l'ont dit, moi je ne fais que la commenter légèrement…

Puis-je vous rappeler que les religieuses ont pour Époux Notre-Seigneur Jésus-Christ et sont spirituellement mères des âmes qu'elles gagnent ou gardent au Christ par leurs prières, leurs sacrifices et leurs services ?

Pourquoi sentez-vous le besoin d'expliquer les dires de vos références, de leurs ajouter une notion spirituelle, si ce n'est qu'elles en sont complètement dépourvues et ont un relent de paganisme qui fait abstraction complètement de la vertu et de la grâce.

Quatre-vingt-unième leçon

LA VOCATION

9 1 6

Qu'est-ce que la Vocation ?
La vocation est l'appel de Dieu qui nous invite à
entrer dans un état de vie.

9 1 7
Quelle est la plus importante de toutes les vocations?
La vocation sacerdotale.

9 1 8
Quelles sont les autres vocations ?
La vocation à la vie religieuse, la vocation au
célibat dans le monde et la vocation au mariage.

Quatre-vingt-unième leçon

Tiré du Petit Catéchisme catholique , Québec 1951

Votre procureur parle donc de cette VOCATION que l'Église respecte et considère comme un appel de Dieu. Il est vrai qu'avec la mentalité Freudienne ou huguennote il est asse dificile de concevoir cela.

19 novembre 1919 Lieu de fondation Assise (Italie)
Fondateur Armida Barelli, présidente de l'action catholique féminine italienne et Padre Agostino Gemelli ofm

Membres Femmes vivant nos engagements en plein monde en restant insérées dans notre milieu de vie habituel. Il existe également une branche pour les hommes et pour les prêtres
C'est une sorte de Tiers-Ordres..À la différence des ordres monastiques, qui vivent en société cléricale, la laïcité est un trait marquant de ces instituts, parce qu'ils sont majoritairement composés de laïcs

(10 août 1949)

Les « Missionnaires de la Royauté du Christ » sont les membres d'un Institut séculier établi à Milan, fondé et dirigé par le R. P. Fr. Gemelli, O. F. M., recteur de l'Université. Leur activité gravite autour de l'Université ; de plus, ils collaborent au mouvement liturgique et exercent diverses formes d'apostolat :

Le bilan d'une histoire de trente ans, voilà ce que vous êtes venues Nous apporter aujourd'hui, chères filles ; trente ans de vicissitudes, de travaux, de sanctification. Sur cette histoire et sur vous-mêmes qui la représentez, Notre esprit et Notre coeur s'arrêtent un instant avec complaisance puisqu'elle constitue une de ces belles chroniques de famille, émaillée de souvenirs et d'incidents qui se remémorent avec fierté et amour. Elle donne, malgré ses vicissitudes, ou plutôt à cause d'elles, une leçon, une grande 'eçon d'une portée permanente et universelle.

Outre l'exemple, déjà aussi consolant d'une intense vie spirituelle et apostolique, votre histoire offre celui de trente années de filiale soumission aux exhortations et aux volontés de l'Eglise et de ses représentants, de fidèle persévérance dans la direction du but envisagé par vous ; soumission et persévérance récompensées l'une et l'autre par un triomphe plus splendide que celui que vous eussiez pu espérer, dans la réalisation, jour après jour, des plus saints désirs et des plus généreuses aspirations….

Et voici que votre vertu et votre générosité ont été reconnues par l'Eglise d'une manière qui a dépassé votre attente en vous insérant juridiquement dans sa vie et en vous laissant vivre dans le monde sans être du monde.

N'est-ce pas précisément le voeu que Jésus exprimait pour ses Apôtres, dans sa prière suprême ? Vous êtes consacrées à Dieu, recrutées pour le service du Christ ; le pacte est scellé. Dieu le sait ; l'Eglise le sait, vous aussi le savez. Le monde ne le sait pas ; mais il sent les effets bienfaisants qui irradient de la substance chrétienne de votre être et de votre apostolat. Vous êtes nombreuses et votre vocation est d'être le sel et le parfum de la terre, le levain dans la pâte (cf. Matth. XIII, 33), la lumière du monde…

Vous êtes enfin le ferment pour tout ce complexe de personnes et de choses, au milieu duquel vous remplissez votre office quotidien.

Et, ici, chères filles, s'ouvrent à votre regard d'amples visions de travaux et d'épreuves. Quelle infatigable activité vous manifestez déjà dans l'ambiance de l'école et de l'éducation, dans le monde des employés, des professions libérales et des offices publics, dans le champ de la santé et de la charité ! C'est peut-être peu de choses que de se trouver dans tel laboratoire, telle administration, derrière telle caisse, dans telle chaire d'enseignement celle qui inspire respect et confiance, qui assainit et parfois aussi élève l'entourage, celle auprès de laquelle les timides et les pusillanimes arrivent à prendre courage et à oser se défendre et lutter, celle qui compense par sa vertu et son amour les offenses que autour d'elle reçoit presque à chaque instant la majesté et la bonté de Dieu…

Allez donc, chères filles, comme des essaims d'abeilles industrieuses dispersées à la nouvelle récolte de doux trésors ; le champ qui s'ouvre devant vous pour la diffusion du Règne du Christ est indéfiniment large et varié ; et vous, unies dans une même foi, espérance et amour, et dans un même zèle, vous êtes assurées des plus abondantes grâces du Ciel, en gage desquelles Nous vous accordons avec effusion de coeur, Notre paternelle Bénédiction apostolique.
Documents Pontificaux de Pie XII 1949, page 312-317 éd Labergerie Paris.

Si vis pacem a écrit:
Pie XII - [i]Aux lectrices de l'[/i]Alba. 17 mai 1942 a écrit:

Bien qu'elle ait acquis un air plus dégagé, plus de force et de grandeur d'âme, la femme, la jeune fille, ne renie pas pour autant sa propre nature; elle restera toujours sensible, impressionnable, souvent sans douter ni se défier d'elle-même; parfois elle se laissera d'autant plus conduire par les mouvements impulsifs de son esprit et de son cœur qu'elle aurait plus de raisons d'user de précautions et de réserves. Dans sa constitution elle garde cette générosité instinctive qui l'incline et la pousse au don d'elle-même, qui la pousserait, si elle n'y veillait avec attention, aux enthousiasmes irréfléchis, aux élans passionnels, aux imprudences fatales.

Complétons un peu ce texte...car votre citation ne donne pas la pensée du Pape Pie XII

Dans ce monde où elle passe et où elle vit, malheur si elle oublie que chez les autres non plus la nature humaine ne change pas, qu'elle n'a nullement perdu les stigmates et les blessures de sa chute première au paradis terrestre. Les rejetons d'une si mauvaise racine n'ont jamais cessé de dominer dans le coeur des hommes : l'orgueil et la superbe, la sensualité hardie, la convoitise toujours avide, la concupiscence brûlante ; le scandale voulu, calculé des séducteurs, des corrupteurs et des corrompus ; le scandale involontaire, mais non moins dangereux, des passionnés, des fragiles, des nonchalants, des étourdis, qui ne pèsent pas les conséquences d'une parole, d'un regard, d'une démarche, et de leur arc, comme les enfants ou les gamins de la rue, décochent un trait qui donnera peut-être la mort, ou pour le moins blessera un coeur pour toute la vie. Et cependant, il est inévitable, il est souvent obligatoire de fouler ce chemin, d'avancer au milieu de ces ronces, de vivre dans un tel monde et de traiter avec lui.


Comportement de la jeune fille dans le monde actuel.

Avec le nouvel aspect de la vie, nouveau devient aussi le comportement de la jeunesse féminine. Le contact permanent et continuel avec le monde, et avec le monde tel qu'il est, mêlé comme il est, arrive à donner à cette jeunesse quelque chose de plus libre, de plus décidé, de plus viril, dirait-on. La conscience de ses devoirs et de ses responsabilités lui confère en même temps plus d'assurance et de hardiesse.

Cette nouvelle physionomie de la vie est-elle un mal ? Elle n'est pas un mal en elle-même ; mais d'ordinaire, elle n'est pas exempte de dangers. De même le nouveau comportement de la jeune fille n'est pas, en lui-même, un mal. Cette espèce de désinvolture, conséquence des conditions actuelles de la vie, lorsqu'elle est bien réglée et comprise, est, à sa façon, une force ; maintenue en de justes limites et bien dirigée, elle peut devenir une arme : arme de défense en face des dangers personnels ; arme de conquête en face des périls des autres ; elle peut devenir une attitude sage, réservée, courtoise, qui, semblable à la vertu, n'humilie pas et n'offense pas, mais concilie l'estime, l'admiration, l'affection.

L'état de choses actuel est ce qu'il est, vous ne pouvez le changer ; serait-il même désagréable, il serait vain de se perdre en lamentations stériles. S'il a ses dangers, il faut les regarder en face pour s'en défendre et pour les surmonte….

Le monde n'est pas essentiellement changé : Dieu le gouverne et le dirige, il ne peut se soustraire à son autorité ni à celle du Christ au pouvoir de qui sont le ciel et la terre. Aujourd'hui, beaucoup de barrières qui existaient autrefois entre le bien et le mal sont tombées ; vous ne pouvez plus, chères filles, attendre d'elles votre défense. La barrière qui reste n'est pas hors de vous, mais en vous. Saint Vincent de Paul disait gracieusement aux premières Filles de la Charité : « Vous n'avez pas et ne pouvez avoir le genre de vie des anciennes religieuses : vous aurez pour cloître les rues de la ville ; pour clôture l'obéissance ; pour grille, la crainte de Dieu ; pour voile, la sainte modestie…

Qualités et vertus nécessaires à la jeune fille chrétienne d'aujourd'hui

Ces paroles du saint ne s'appliquent-elles pas, d'une certaine façon, à vous également, jeunes filles et femmes chrétiennes ? Vous devrez parcourir les rues de la ville ; vous devrez vous défendre par vous-mêmes au moyen de la barrière et de l'arme qu'est votre vertu ; votre décision, votre franchise et votre attitude pourront aussi vous aider à vous défendre. Dans la rue, dans les réunions, dans les magasins, dans les ateliers, dans les bureaux, dans les universités, dans les bibliothèques, une parole cinglante, si besoin est, vous débarrassera d'un insolent ; un rire franc découragera un amoureux importun ; dans un geste aimable votre main jettera au feu ou dans la boue le dessin, le périodique, le livre venu de la boue d'où il n'aurait jamais dû sortir…(note de gabrielle: Est-ce que Pie XII connaissait vos livres?)

Prudence et humilité. Combien l'humilité est nécessaire pour être prudents ! Combien elle aide à trouver, à demander le secours divin et le secours humain, à reconnaître aussi le besoin qu'on en a

avec l'aide de Dieu

Non, chères filles, ne tardez pas à invoquer le secours divin et le secours humain. Dans n'importe quelle épreuve, calamité, douleur, rien au monde n'est véritablement puissant comme la religion et la foi, comme la prière qui sauve du désastre. Tout autant que l'homme, la femme a besoin de croire en Dieu

Rome a parlé, la cause est finie.

Et votre païen et votre mercuriale sont bons pour les poubelles….

Quelle est celle des qualités des Hommes que les Femmes ne possèdent pas ? Une seule, dit Anacréon, leur est refusée : c'est la prudence

Jusqu'où descendrez-vous ?

C'est exactement la question que je me posais à votre endroit....

http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=37022&mforum=lelibreforumcat#37022
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Dim 9 Aoû 2009 - 14:44

Guillaume a écrit:
gabrielle a écrit:
Guillaume a écrit:
Mgr Gaume, Chapitre X – L’enseignement public (suite), La femme et l’homme. « Histoire société domestique – 1844 – », réf. page 622 a écrit:Chez les enfants, comme chez les femmes, les axiomes ne bougent plus, parce qu’ils se fixent en eux par impression et non par raisonnement.

Cette soumission, d'ailleurs, ne nie pas, n'abolit pas la liberté qui revient de plein droit à la femme, tant en raison de ses prérogatives comme personne humaine, qu'en raison de ses fonctions si nobles d'épouse, de mère et de compagne ; elle ne lui commande pas de se plier à tous les désirs de son mari, quels qu'ils soient : d'autant moins à ceux qui pourraient être peu conformes à la raison ou bien à la dignité de l'épouse ; elle n'enseigne pas que la femme doive être assimilée aux personnes que dans le langage du droit on appelle des mineurs et auxquelles, à cause de leur jugement insuffisamment formé ou de leur impéritie dans les choses humaines, on refuse d'ordinaire le libre exercice de leurs droits

Au surplus, la soumission de la femme à son mari peut varier de degré, elle peut varier dans ses modalités, suivant les conditions diverses des personnes, des lieux et des temps ; bien plus, si le mari manque à son devoir, il appartient à la femme de le suppléer dans la direction de la famille
.



Pape Pie XI dans l'Encyclique Casti Connubii du 31 décembre 1930 AAS XXII (1930) 539-592. In Sources de la vie spirituelle, documents T I. P. Cantin – H. TH. Conus, , nihil obstat 12 mai 1951, Imprimi potest 12 mais 1951, imprimatur 13 mai 1951 page 998. No 1665 et 1666 ( Ce livre me fut recommandé par M. l'Abbé Zins.. la traduction devrait être bonne! )


Il n'y a aucune contradiction entre l'encyclique de Pie XI et le texte de Mgr Gaume.

Mgr Gaume n'a jamais enseigné "que la femme doive être assimilée aux personnes que dans le langage du droit on appelle des mineurs".

Comme je l'ai dit il y a 8 jours ici, Mgr Gaume pointe une des faiblesses naturelles de la femme qui est sa tendance à se règler sur l'intuition, le sentiment plus que sur des raisonnements logiques.

En cela, il confirme ce que d'autres auteurs catholiques (déjà cités) ont dit avant lui:

Saint Jean Chrysostome - super Matthaeum a écrit:
La femme est par nature imprévoyante et flexible : imprévoyante parce qu'elle ne considère pas avec sagesse et avec réflexion tout ce qu'elle voit ou entend; flexible, parce qu'elle passe aisément soit du bien au mal, soit du mal au bien.

Saint Antonin - [i]De matrimonio[/i] a écrit:
Le défaut des femmes, c'est de ne vouloir pas être dirigées, mais d'agir avec emportement et de suivre tous leurs caprices avec impétuosité, sans aucune modération.

http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=37032&mforum=lelibreforumcat#37032
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Lun 10 Aoû 2009 - 1:21

igor a écrit:
Guillaume a écrit:
gabrielle a écrit:
Guillaume a écrit:
Mgr Gaume, Chapitre X – L’enseignement public (suite), La femme et l’homme. « Histoire société domestique – 1844 – », réf. page 622 a écrit:Chez les enfants, comme chez les femmes, les axiomes ne bougent plus, parce qu’ils se fixent en eux par impression et non par raisonnement.

Cette soumission, d'ailleurs, ne nie pas, n'abolit pas la liberté qui revient de plein droit à la femme, tant en raison de ses prérogatives comme personne humaine, qu'en raison de ses fonctions si nobles d'épouse, de mère et de compagne ; elle ne lui commande pas de se plier à tous les désirs de son mari, quels qu'ils soient : d'autant moins à ceux qui pourraient être peu conformes à la raison ou bien à la dignité de l'épouse ; elle n'enseigne pas que la femme doive être assimilée aux personnes que dans le langage du droit on appelle des mineurs et auxquelles, à cause de leur jugement insuffisamment formé ou de leur impéritie dans les choses humaines, on refuse d'ordinaire le libre exercice de leurs droits

Au surplus, la soumission de la femme à son mari peut varier de degré, elle peut varier dans ses modalités, suivant les conditions diverses des personnes, des lieux et des temps ; bien plus, si le mari manque à son devoir, il appartient à la femme de le suppléer dans la direction de la famille
.



Pape Pie XI dans l'Encyclique Casti Connubii du 31 décembre 1930 AAS XXII (1930) 539-592. In Sources de la vie spirituelle, documents T I. P. Cantin – H. TH. Conus, , nihil obstat 12 mai 1951, Imprimi potest 12 mais 1951, imprimatur 13 mai 1951 page 998. No 1665 et 1666 ( Ce livre me fut recommandé par M. l'Abbé Zins.. la traduction devrait être bonne! )


Il n'y a aucune contradiction entre l'encyclique de Pie XI et le texte de Mgr Gaume.

(...)

(Le rouge dans la citation de Guillaume est de moi.)

Cher Guillaume, voici ce que j’ai trouvé :

" Écoutons, sur ce point capital, un homme éminent dont les parents chrétiens nous sauront gré de rapporter les paroles : « Qu’on est loin, dit M. Saint-Bonnet, (….) Chez les enfants, comme chez les femmes, les axiomes ne bougent plus, parce qu’ils se fixent en eux par impression et non par raisonnement. … » "

___________________________________

HISTOIRE DE LA SOCIÉTÉ DOMESTIQUE CHEZ LES PEUPLES ANCIENS ET MODERNES
OU INFLUENCE DU CHRISTIANISME SUR LA FAMILLE

Par l’abbé J. GAUME, pages XXIV-XXV, tome I, Paris 1854.

Cela voudrait dire que le texte attribué à Mgr. Gaume serait un texte de M. Saint-Bonnet, et entre le Pape Pie XI et M. Saint-Bonnet, je choisis le pape Pie XI.

http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=37043&mforum=lelibreforumcat#37043
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Lun 10 Aoû 2009 - 1:25

Si vis pacem a écrit:
[url=http://www.phpbbserver.com/phpbb/viewtopic.php?p=37022&mforum=lelibreforumcat#37022]Gabrielle[/url] a écrit:
[url=http://www.phpbbserver.com/phpbb/viewtopic.php?p=36973&mforum=lelibreforumcat#36973]Si vis pacem[/url] a écrit:On est amené à le penser en lisant vos dernières réflexions à la Prévert.

Celles-ci, en effet, loin d'être structurées et de refléter la pensée générale de l'auteur ne font que s'appuyer sur des bribes hors contexte tentant ainsi de faire admettre comme catholique une vision révolutionnaire en complète opposition avec quinze siècles de pratiques chrétiennes.
Ben quoi! Je suis révolutionnaire maintenant!
      Ousset (citant Crétineau-Joly) - [i]Pour qu'il règne[/i]. 1959. p.148 a écrit:
      C'est la corruption en grand que nous avons entreprise, la corruption du peuple par le clergé et du clergé par nous, la corruption qui doit nous conduire à mettre un jour l'Eglise au tombeau. J'entendais dernièrement un de nos amis rire d'une manière philosophique de nos projets et nous dire: « Pour abattre le catholicisme, il faut commencer par supprimer la femme». Le mot est vrai dans un sens, mais puisque nous ne pouvons supprimer la femme, corrompons-la avec l'Eglise.
      Ousset - [i]Pour qu'il règne[/i]. 1959. pp. 149-150 a écrit:
      Le premier auteur de la loi qui a créé les lycées de filles, Camille Sée, a déclaré que l'oeuvre de déchristianisation de la France n'obtiendrait son plein succès que lorsque toutes les femmes auraient reçu l'éducation laïque. « Tant que l'éducation des femmes, a-t-il dit dans son rapport à la Chambre, en 1880, finira avec l'instruction primaire, il sera presque impossible de vaincre les préjugés, la superstition, la routine » (entendons: les traditions catholiques, le dogme, la morale)...

      En janvier 1906, le renégat Charbonnel eut un entretien avec le ministre de l'Instruction Publique, le F.M. Bienvenu Martin. « La Raison » en rendit compte: « Je voyage beaucoup, dit le ministre, pour une cause que j'ai profondément à coeur, l'éducation des jeunes filles. Je suis allé inaugurer nombre de lycées et de collèges à leur usage. nous arracherons la femme au couvent et à l'Eglise. l'homme fait la loi, la femme fait les moeurs. En entendant ces paroles, dit M. Charbonnel, je ne me sentis pas de joie ».

      Or, ici, l'initiative avait été prise par les loges.

      Le 6 septembre 1900, le Convent du Grand Orient de France renvoya à l'étude des loges la recherche des moyens les plus efficaces pour établir l'influence des idées maçonniques sur les femmes, tenter de les arracher à l'influence des prêtres et créer telles institutions aptes à atteindre ce but.

      En exécution de ce voeu et d'autres semblables, le conseil de l'Ordre adressa à toutes les loges une circulaire (n° 13), datée du 15 décembre 1902, leur disant: « La puissance du cléricalisme a été développée et consolidée grâce à la femme et c'est même grâce à elle que cette puissance malfaisante se maintient et s'exerce. Il faut donc opposer, à la femme nourrie d'idées fausses et de superstitions ridicules, la femme forte, la femme maçonnique » (1)



      (1) - (Cité par Mgr Delassus, La Conjuration anti-Chrétienne, p. 399. - Cf.: « Pour tuer l'Eglise, il n'y a qu'à prendre l'enfant et à corrompre la femme » (Heine).- « Celui qui tient la femme tient tout, d'abord parce qu'il tient l'enfant, ensuite parce qu'il tient le mari » (Jules Ferry).- « Les communistes désirent que la femme se libère le plus tôt possible de son foyer, qu'ele ne subisse la maternité que d'une façon consciente et raisonnée ». (P. Semard, L'humanité du 8-11-1924).- Au Congrès maçonnico-féministe de 1900, on put entendre: « Il nous faut la coéducation des sexes. Nous voulons l'union libre dans l'amour jeune et sain. Le mariage pourra être supprimé sans inconvénient. Liberté absolue de l'avortement..., etc. » - « Il faut détruire (dans la femme) le sentiment instinctif et égoïste de l'amour maternel... La femme n'est qu'une chienne, une femelle, si elle aime des enfants » (Congrès communiste du 16-11-1922). - Voir aussi La femme et l'enfant dans la Franc-maçonnerie, par M. de la Rive (1895)[/size]

      Dans son Discours aux ouvrières catholiques d'Italie dont vous citiez un extrait, Pie XII ne fait que constater l'avancement de la vision révolutionnaire ébauchée ci-dessus :

      Pie XII - [i]Discours aux ouvrières catholiques d'Italie[/i]. 15 août 1945 ([i]Documentation Catholique[/i]. Tome LXII, n° 948, 30 septembre 1945 a écrit:

      La femme est le cœur de la famille. Le soin de la maison dont elle est la reine constitue le centre et le terrain de son activité principale. Mais dans cet ordre des choses, l'industrie, avec ses prodigieux développements, a amené une transformation sans précédents dans l'histoire de la civilisation humaine. Elle s'est approprié - vous le savez bien - une partie considérable des travaux domestiques qui, naturellement, revenaient à la femme et, vice versa, elle a obligé les femmes à sortir en très grand nombre, en foules, du foyer domestique pour aller travailler dans les ateliers, dans les bureaux. Beaucoup déplorent un tel changement ; mais c'est un fait accompli auquel il est présentement impossible de renoncer.

      D'autres fois déjà, nous avons indiqué les profondes répercussions qu'un tel changement a produit dans le peuple italien, car ici, plus peut-être que dans d'autres pays, la traditionnelle limitation de l'activité féminine au cercle de la famille était un élément fondamental de la santé et de la moralité de la nation, de sorte que ce changement a pu prendre l'aspect d'une véritable révolution sociale.

      De même en est-il aussi de son Discours à l'association de l'action catholique féminine italienne

      Pie XII - [i]Discours à l'association de l'action catholique féminine italienne[/i]. 24 juillet 1949 a écrit:
      Oui, le monde a marché, mais Nous n'entendons pas parler seulement des grands évènements ... Nous avons surtout en vue l'évolution accomplie en cette période de temps dans les conditions de notre vie ; évolution qu'il conviendrait d'appeler complet bouleversement.

      Lorsque naquit votre Union, ce changement avait peut-être déjà commencé de s'accomplir en certaines points. Maintenant, il est terminé. La femme italienne et, en premier lieu, la jeune fille, est sortie de la réserve et de l'effacement de la vie domestique, et elle s'est approprié largement les places, les fonctions, les responsabilités et les droits qui étaient auparavant exclusivement réservés à l'homme. La femme italienne — et c'est son honneur — n'a pas fait d'un coeur léger cette entrée dans la vie publique. Devenue majeure, indépendante et pourvue des mêmes droits que lui, elle est aujourd'hui l'égale de homme dans l'économie et dans le travail, dans la science et dans l'art, dans les professions libérales, dans les emplois publics et dans la participation aux affaires politiques et administratives de l'Etat et du commerce.

      Ce changement entraine ce que Pie XII, dans son Allocution aux lectrices de la revue féminine italienne « ALBA », n'hésite pas à qualifier de "virilisation" de la femme (« Pour abattre le catholicisme, il faut commencer par supprimer la femme ») :
      Pie XII - [url=http://www.clerus.org/bibliaclerusonline/fr/bxm.htm][i]Allocution aux lectrices de la revue féminine italienne[/i][/url] « ALBA ». 17 mai 1942 a écrit:
      Avec le nouvel aspect de la vie, nouveau devient aussi le comportement de la jeunesse féminine. Le contact permanent et continuel avec le monde, et avec le monde tel qu'il est, mêlé comme il est, arrive à donner à cette jeunesse quelque chose de plus libre, de plus décidé, de plus viril, dirait-on.



[url=http://www.phpbbserver.com/phpbb/viewtopic.php?p=36741&mforum=lelibreforumcat#36741]Si vis pacem[/url] a écrit:
Pie XII - [i]Aux lectrices de l'[/i]Alba. 17 mai 1942 a écrit:
Bien qu'elle ait acquis un air plus dégagé, plus de force et de grandeur d'âme, la femme, la jeune fille, ne renie pas pour autant sa propre nature; elle restera toujours sensible, impressionnable, souvent sans douter ni se défier d'elle-même; parfois elle se laissera d'autant plus conduire par les mouvements impulsifs de son esprit et de son cœur qu'elle aurait plus de raisons d'user de précautions et de réserves. Dans sa constitution elle garde cette générosité instinctive qui l'incline et la pousse au don d'elle-même, qui la pousserait, si elle n'y veillait avec attention, aux enthousiasmes irréfléchis, aux élans passionnels, aux imprudences fatales.
[url=http://www.phpbbserver.com/phpbb/viewtopic.php?p=37022&sid=217bb48b7425699fe1c4cfca08ed25ba&mforum=lelibreforumcat#37022]Gabrielle[/url] a écrit:votre citation ne donne pas la pensée du Pape Pie XII
      Vous croyez ?

      Il me semblait pour ma part que Pie XII voulait prévenir. Il sait que « la femme est le cœur de la famille. Le soin de la maison dont elle est la reine constitue le centre et le terrain de son activité principale. » cependant « celle-ci a été obligé à sortir en très grand nombre, en foules, du foyer domestique pour aller travailler dans les ateliers, dans les bureaux. » C'est dans cette optique qu'il l'exhorte en lui rappelant sa faiblesse : l'imprudence et le remède : l'humilité.

      Pie XII - [url=http://www.clerus.org/bibliaclerusonline/fr/bxm.htm][i]Allocution aux lectrices de la revue féminine italienne[/i][/url] « ALBA ». 17 mai 1942 a écrit:
      Avec le nouvel aspect de la vie, nouveau devient aussi le comportement de la jeunesse féminine. Le contact permanent et continuel avec le monde, et avec le monde tel qu'il est, mêlé comme il est, arrive à donner à cette jeunesse quelque chose de plus libre, de plus décidé, de plus viril, dirait-on. La conscience de ses devoirs et de ses responsabilités lui confère en même temps plus d'assurance et de hardiesse.

      [...]

      L'état de choses actuel est ce qu'il est, vous ne pouvez le changer ; serait-il même désagréable, il serait vain de se perdre en lamentations stériles. S'il a ses dangers, il faut les regarder en face pour s'en défendre et pour les surmonter. Mais d'où viennent ces dangers ? D'où vient la crise moderne elle-même ? Elle vient, Nous l'avons déjà dit, de ce que, au milieu des circonstances extérieures qui changent et nonobstant le changement d'allure qui en résulte, la nature, le caractère, le tempérament ne changent pas substantiellement ; s'ils se modifient, leur fond demeure immobile et immuable ; seule leur surface est remuée ; ils ne marchent pas au même rythme que l'air et le vent qui soufflent autour d'eux et leur caressent le front.

      [...]

      Bien que, pour avoir acquis un air dégagé, de la force et de la fierté de pensée, la femme ou la jeune fille ne refera pas pour autant sa propre nature ; elle restera toujours sensitive, impressionnable, souvent sans douter ou se défier d'elle-même ; parfois elle se laissera d'autant plus conduire par les mouvements impulsifs de son esprit et de son coeur qu'il y aurait plus de raison de prendre des précautions, d'être réservée. Dans sa constitution elle garde cette générosité instinctive qui l'incline et la pousse au don total d'elle-même,
      qui la pousserait, si elle n'était pas vigilante et attentive, aux enthousiasmes irréfléchis, aux élans passionnés, aux imprudences fatales.

      [...]

      Ces belles qualités qui se manifestent à l'extérieur doivent jaillir de l'intérieur de votre âme ; c'est de là qu'elles acquièrent et reçoivent leur force. La prudence et l'humilité intérieures enseignent la modération dans les actes et les sentiments, la juste mesure dans la gracieuseté des paroles et de la personne. Elles font reconnaître et comprendre que la docilité est sagesse, que l'obéissance apprend à commander, que le silence est l'éducateur de la parole et plus d'une fois une véritable éloquence.

      Si les belles qualités extérieures ne proviennent pas de celles du dedans, moins brillantes, mais non moins nécessaires, elles finissent par montrer le revers de leur médaille. On se crée la conscience (ô l'illusion) de s'être élevées au-dessus de cette vulgarité qu'on effleure à chaque pas, de cheminer dignement et vertueusement au milieu des tentations et des séductions de tout genre. La fierté qui naît de cette conscience se change facilement en secret orgueil. On attribue volontiers à soi-même, à sa force propre, à l'élévation de caractère, la dignité de sa vie personnelle et la conservation de la vertu. On oublie qu'on est faible ; on ne prend pas assez garde à la complaisance dans l'estime que cette vertu elle-même et cette dignité font naître. En un mot, on ne se souvient pas qu'on est filles d'Eve, et dans une témérité imprudente on se croit en sécurité contre n'importe quelle attaque de l'ennemi (cf. Ps. Ps 29,7). Alors, insouciante du danger qui menace l'esprit, la foi, le coeur, la pureté, la jeune fille d'Eve est fascinée devant le serpent ; elle se laisse, au début, effleurer la vue par une page légère ou sceptique, par un sourire, une déclaration ou un aveu agréable, par une parole flatteuse ou présomptueuse, par une invitation à une promenade charmante. Prudence et humilité. Combien l'humilité est nécessaire pour être prudents ! Combien elle aide à trouver, à demander le secours divin et le secours humain, à reconnaître aussi le besoin qu'on en a ! Malheureuses ces jeunes filles qui ne ressentent pas un pareil besoin et qui ne demandent pas un pareil secours, sinon à l'heure de l'expérience douloureuse et humiliante de la chute, d'un faux pas, d'une situation délicate, d'un danger imminent, d'un lien qui déjà est sur le point d'être fortement serré.

      [...]

      Vous marchez sur les routes où le monde marche ... Vous apercevez et reconnaissez un très grand nombre de jeunes filles, sorties récemment de la maison, timides, saisies de peur, perdues ; vous en reconnaissez d'autres, déjà ébranlées, vacillantes sur le bord de l'abîme, d'autres encore qui, courbées sous l'humiliation d'une surprise, découragées, effleurant le bord du précipice, du désespoir et de l'abandon, prêtes à se jeter pour oublier, pour s'étourdir, dans le gouffre d'une situation humainement irréparable...

Peut-être me suis-je trompé ... Puis-je vous demander en quoi ?

Et maintenant, si nous considérions tout cela sous l'angle général ainsi que vous le rappelliez :
[url=http://www.phpbbserver.com/phpbb/viewtopic.php?p=36708&mforum=lelibreforumcat#36708]Gabrielle[/url] a écrit:on parle de la femme en général
qu'en serait-il ?

http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=37045&mforum=lelibreforumcat#37045
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Lun 10 Aoû 2009 - 1:47

Pie XII a écrit:Cette nouvelle physionomie de la vie est-elle un mal ? Elle n'est pas un mal en elle-même ; mais d'ordinaire, elle n'est pas exempte de dangers. De même le nouveau comportement de la jeune fille n'est pas, en lui-même, un mal. Cette espèce de désinvolture, conséquence des conditions actuelles de la vie, lorsqu'elle est bien réglée et comprise, est, à sa façon, une force ; maintenue en de justes limites et bien dirigée, elle peut devenir une arme : arme de défense en face des dangers personnels ; arme de conquête en face des périls des autres ; elle peut devenir une attitude sage, réservée, courtoise, qui, semblable à la vertu, n'humilie pas et n'offense pas, mais concilie l'estime, l'admiration, l'affection.

L'état de choses actuel est ce qu'il est, vous ne pouvez le changer ; serait-il même désagréable, il serait vain de se perdre en lamentations stériles. S'il a ses dangers, il faut les regarder en face pour s'en défendre et pour les surmonte….

vous devrez vous défendre par vous-mêmes au moyen de la barrière et de l'arme qu'est votre vertu ; votre décision, votre franchise et votre attitude pourront aussi vous aider à vous défendre. Dans la rue, dans les réunions, dans les magasins, dans les ateliers, dans les bureaux, dans les universités, dans les bibliothèques, une parole cinglante, si besoin est..

Je n'ai pas prétendu mettre en ligne tout le texte de Pie XII, mais seulement de donner un côté que vous aviez complètement escamoté, pour vous en tenir à 4 lignes.

Si le Pape dit que cela n'est pas un mal en lui-même, alors ce n'est pas un mal.

Si le pape dit qu'il y a des dangers, alors il y des dangers.

Si le pape donne les moyens de les surmonter, alors il faut les prendre.

Les avertissements de Pie XII valent pour les jeunes hommes aussi, en fait ils valent pour tous les catholiques.

L'homme à ce que je sache à une nature viciée par le péché originel lui aussi.

La solution n'est pas de devenir Amish !

Pour ce qui est de la femme ou de l'homme en général, la perte de la foi et l'apostasie mondiale , les place sur un pied d'égalité, ni un ni l'autre envisage les choses dans la seule optique possible, c'est-à-dire en tenant compte des réalités spirituelles et des valeurs chrétiennes.

La réalité est que la foi s'effondrant tout s'est effondré, et que les magistrats soient des hommes, ne change pas en 2009 la réalité qu'ils sont sans foi ni loi et que leurs décisions sont diamétralement opposées à la volonté de Dieu, la morale, etc.…

Le Pape Pie XII, n'a pas fait une attaque cardiaque parce que des jeunes filles ont pris des postes de commande dans le domaine du travail, alors je n'en ferai pas une moi non plus.

Les écrits comme celui de la mercuriale et de votre païen, qui n'ont aucune référence à des valeurs spirituelles, aucune notion de la grâce, ces écrits sont bons pour les païens.

Et l'assertion du païen

Quelle est celle des qualités des Hommes que les Femmes ne possèdent pas ? Une seule, dit Anacréon, leur est refusée : c'est la prudence..

Cité par un adultère qui fit scandale, cette assertion est fausse et dénuée de tous sens chrétiens.

Delwaide dans son analyse à la freudienne avec appui huguenot est inacceptable aussi, car dans les deux ,Dieu est complètement absent.

http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=37046&mforum=lelibreforumcat#37046
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  gabrielle le Mar 11 Aoû 2009 - 2:54

Si vis pacem a écrit:
Que d'idées jetées pêle-mêle, que de passion apparaissent à la lecture de votre dernier message !

Vous me permettrez de ne pas relever toutes les inexactitudes exprimées, les grossissements forcés et autres tautologies à vocation explicative qui traînent afin de m'en tenir uniquement au cœur même de notre sujet : la prudence, selon l'ordre établi par Dieu, n'est pas dans la nature de la femme en tant que qualité dominante.

[url=http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=37046&mforum=lelibreforumcat#37046]Gabrielle[/url] a écrit:Les écrits comme celui de la mercuriale et de votre païen, qui n'ont aucune référence à des valeurs spirituelles, aucune notion de la grâce, ces écrits sont bons pour les païens.
        Et bien nous y voilà ! Vous reconnaissez enfin que ces textes parlent de prudence naturelle (sont bons pour les païens) et non de prudence surnaturelle (aucune référence spirituelle, aucune notion de grâce)
[url=http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=37046&mforum=lelibreforumcat#37046]Gabrielle[/url] a écrit:
Cité par un adultère qui fit scandale, cette assertion est fausse et dénuée de tous sens chrétiens.
        Vous entrez ici en contradiction avec vous-même ! A moins que vous ne vouliez encore confondre prudence naturelle (bons pour des païens) et prudence surnaturelle (dénuée de tout sens chrétien) ...

Pour terminer notre échange je vous livre une petite devinette ....

De qui sont les paroles suivantes :

Quelle est celle des qualités des Hommes que les Femmes ne possèdent pas ? Une seule leur est refusée c'est la prudence. en effet, la femme ou la jeune fille ne refera pas sa propre nature qui la pousserait, si elle n'était pas vigilante et attentive, aux enthousiasmes irréfléchis, aux élans passionnels, aux imprudences fatales.


Frappées vivement de ce qui peut allumer leurs passions, elle se laissera d'autant plus conduire par les mouvements impulsifs de son esprit et de son coeur qu'il y aurait plus de raison de prendre des précautions, d'être réservée.


Elles sont hors d'état de prévoir, on ne se souvient pas qu'on est filles d'Eve, et dans une témérité imprudente on se croit en sécurité contre n'importe quelle attaque de l'ennemi.


Toujours prêtes à se livrer au parti que l'instant leur suggère, insouciante du danger qui menace l'esprit, la foi, le coeur, la pureté, la jeune fille d'Eve est fascinée devant le serpent ; elle se laisse, au début, effleurer la vue par une page légère ou sceptique, par un sourire, une déclaration ou un aveu agréable, par une parole flatteuse ou présomptueuse, par une invitation à une promenade charmante.


Elles passent assez souvent leur vie à agir et à se repentir. Malheureuses ces jeunes filles qui ne ressentent pas un pareil besoin et qui ne demandent pas un pareil secours, sinon à l'heure de l'expérience douloureuse et humiliante de la chute, d'un faux pas, d'une situation délicate, d'un danger imminent, d'un lien qui déjà est sur le point d'être fortement serré.

Et pour la cerise :

Étant presque partout conduites, et ne conduisant jamais que par une usurpation momentanée ... la femme ne peut donc ni être témoin, ni se porter caution, ni juger ; combien plus elle ne peut commander.

http://www.phpbbserver.com/lelibreforumcat/viewtopic.php?p=37052&mforum=lelibreforumcat#37052
avatar
gabrielle

Nombre de messages : 2043
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Être femme en temps de persécution...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum