La voix de l'obéissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La voix de l'obéissance

Message  gabrielle le Mer 8 Juil 2009 - 16:01

...Mais pour revenir à la question qui nous occupe,( remplacement d'évêques par Pie VII) c'est-à-dire à la bulle qui anéantit les anciens titres et en établit de nouveaux, nous disons qu'elle est contraire au droit commun qui veut : qu'un Evêque ne puisse être privé de son titre qu'en vertu d'un jugement canonique ; mais qu'elle n'en est pas moins dans les attributions du souverain pouvoir de l'Eglise qu'elle exerce par son Chef, savoir: qu'elle peut changer l'ordre établi, lorsque le bien de la Religion et l'intérêt général de la société l'exigent.

De ce que ces sortes d'actes sont rares, il ne faut pas en conclure qu'ils sont hors du pouvoir essentielle l'autorité.

Il suffit que des cas arrivent où l'exercice de ce pouvoir soit nécessaire, ou seulement d'une grande utilité, pour croire que l'Eglise le possède.

Car il serait absurde de supposer que son divin fondateur lui a donné une constitution imparfaite, de manière qu'il puisse arriver des circonstances où elle ne puisse remédier à ses maux, et pourvoir à son gouvernement d'une manière stable et conforme au bien général de ses enfants Il suit de ce principe de suprême juridiction, que l'Eglise ou son Chef a le droit souverain de changer l'ordre établi dans sa discipline, par conséquent d'ériger, de restreindre ou de supprimer des Sièges.

Personne n'ignore qu'elle a de tout temps exercé ce droit On connaît l'adage : qui peut le plus peut le moins ; nous disons ici, en fait de droit et de justice, qui peut le moins peut aussi le plus, car il est évident que si le Pape peut m'enlever une partie de mon diocèse sans aucune indemnité et contre mon consentement , ce qui est arrivé bien des fois, il est hors de doute qu'il a le même pouvoir sur le reste de mon territoire ou de ma juridiction, et que par conséquent il peut arriver des circonstances ou le bien de la Religion l'autorise de même à m'enlever toute ma juridiction épiscopale.

Il est également hors de doute que ce qu'il peut faire au sujet d'un seul Evêché et d'un seul Evêque, il peut aussi le faire sur plusieurs , et par conséquent sur tous ceux d'un grand royaume.

Dire que le Pape ne peut pas faire cela sans le consentement de tous les Evêques et de chaque Evêque en particulier ; supposer que dans le cas actuel, l'opposition de quelques titulaires devait ou pouvait arrêter l'exercice de ce souverain pouvoir , serait sans doute la plus grande absurdité, puisqu'il rendrait nul ce pouvoir si nécessaire, si essentiel.

Avouons-le donc de bonne foi et que nos adversaires ne craignent pas de revenir sur leurs pas, le Pape dans cette grande occasion a usé de tout son droit, mais il ne l'a pas dépassé.

Vous prétendez cependant qu'il est dans ce cas, qu'il a prévariqué, et c'est là votre grand cheval de bataille. Mais qui êtes-vous M. de Geilh, simple desservant de succursale ( pour parler le langage des loi organiques que nous n'aimons pas plus que votre commentateur), qui êtes-vous? qui sommes- nous, Prêtres ou Pasteurs , qui formons à peine l'avant-dernier anneau de la chaîne hiérarchique de l'Eglise, pour oser élever la voix contre le premier vicaire de Jésus-Christ, contre le prince des Prêtres, le Pasteur des Pasteurs , le souverain Pontife de l'Eglise universelle?

AVIS
A LA PETITE ÉGLISE
ET AUX ENNEMIS DE PIE VII,
ou
RÉFLEXIONS
SUR UN ÉCRIT AYANT POUR TITRE
RÉTRACTATION PUBLIQUE
DU CONCORDAT DE 1801
Suivies de Notes où se trouve une Correspondance de l'Auteur avec M. l'Evêque d'Angoulême.
PAR un Ecclésiastique du département de la Dordogne (Périgord).
abyssus abyssum invocat.
A PÉRIGUEUX,
DE L'IMPRIMERIE DE J. DANÈE
M DCCC, XIX, extraits

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La voix de l'obéissance

Message  gabrielle le Jeu 9 Juil 2009 - 15:26

Vous dites qu'il n'est pas infaillible; mais outre qu'il vous sied peu de soulever une pareille question , perpétuel et faible bouclier de tous les sectaires, entr'autres des Constitutionnels, vous savez bien et vous établissez en principe, tout comme nous, que les décisions du souverain Pontife deviennent irréfragables par le consentement de l'Eglise, soit qu'elle soit assemblée ou dispersée ; qu'il n'est pas nécessaire que ce consentement soit exprimé par toutes les parties qui y auraient droit, parce que cela est souvent impossible; qu'il suffit donc d'un consentement ou d'une adhésion tacite , et que cette adhésion se suppose nécessairement toutes les fois qu'il n'y a pas de solides réclamations.

AVIS
A LA PETITE ÉGLISE
ET AUX ENNEMIS DE PIE VII,
ou
RÉFLEXIONS
SUR UN ÉCRIT AYANT POUR TITRE
RÉTRACTATION PUBLIQUE
DU CONCORDAT DE 1801
Suivies de Notes où se trouve une Correspondance de l'Auteur avec M. l'Evêque d'Angoulême.
PAR un Ecclésiastique du département de la Dordogne (Périgord).
abyssus abyssum invocat.
A PÉRIGUEUX,
DE L'IMPRIMERIE DE J. DANÈE
M DCCC, XIX, extraits

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum