Le domaine de la foi et des moeurs.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Catherine le Jeu 2 Juil 2009 - 14:43

Chers amis,

Quelqu'un peut-il m'expliquer ce que comprend le terme "la foi et les moeurs"?

Par ailleurs, est-il possible de comettre un sacrilège en une matière qui ne rentrerait pas dans ce domaine de "la foi et les moeurs" Question Question Question


Dernière édition par Catherine le Jeu 2 Juil 2009 - 19:40, édité 1 fois (Raison : faute dans le titre)

Catherine

Nombre de messages : 713
Age : 31
Date d'inscription : 14/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  gabrielle le Jeu 2 Juil 2009 - 16:28

Bonjour Catherine.

En coup de vent je passe, vous écrivez

Quelqu'un peut-il m'expliquer ce que comprend le terme "la foi et les moeurs"?

Ensembles des vérités dogmatiques contenus dans la Révélation Divine et définis par les Saints Conciles. Notre Credo par exemple. La Tradition orale ou écrite.

Moeurs: Tout ce qui se rapporte à notre conduite face à Dieu. Ex: Les Commandements de Dieu. Les moeurs n'est pas autre chose que la morale qu'enseigne la sainte Église.

Par ailleurs, est-il possible de comettre un sacrilège en une matière qui ne rentrerait pas dans ce domaine de "la foi et les moeurs"

Non, cela est impossible. Le sacrilège : profanation d'une chose sainte. Tout ce qui est classé comme sacrilège ou péché relève des moeurs.

Il y aussi le côté disciplinaire de la Sainte Église qui nous engage sous peine de péché. Ex: Je mange de la viande le vendredi sans raison grave, je commet un péché mortel, parce que les Pontifes ont liés cet acte.

A toi je donnerai les clés du Royaume des Cieux, c'est-à-dire, Tous les Pierres depuis Pierre ont le suprême pouvoir de lier ou de délier, cela est de Foi Catholique. Et personne au monde, ne peut lier ( dire cela est péché) si le Pontife a dit cela est permis.

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Catherine le Jeu 2 Juil 2009 - 16:55

Merci Gabrielle!

Catherine

Nombre de messages : 713
Age : 31
Date d'inscription : 14/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Catherine le Jeu 2 Juil 2009 - 17:00

Donc un sacrilège ou non-sacrilège rentrant dans le domaine de la foi et des moeurs, il s'ensuit qu'on ne peut pas dire:

Tel pape nous a permis ou commandé cela, qui est un sacrilège, mais en cela il n'était pas infaillible, donc le dogme de l'infaillibilité pontificale est sauf

Catherine

Nombre de messages : 713
Age : 31
Date d'inscription : 14/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Diane le Jeu 2 Juil 2009 - 17:31

LA Morale


155 (1). — Mots.


Morale (du latin « moralis », « mores », mœurs). Ce mot désigne : — a) la science qui s'occupe des mœurs, qui nous fait connaître le bien prescrit, et le mal défendu ; — b) l'application pratique de ces prescriptions. L'on dit, dans ce sens, qu'un peuple (ou un individu) a beaucoup de morale, quand il a des mœurs vertueuses.

Moralité. Ne pas confondre ce mot avec le précèdent. La moralité d'un acte, c'est son caractère moral, c'est-à-dire son rapport avec la loi morale, sa qualité bonne ou mauvaise, selon qu'il est conforme ou non à la loi morale.

Les mots « devoir », « obligation morale », « loi morale », « responsabilité » sont expliqués dans le Développement (Voir N» 167).

Motif. Mobile. Raison qui nous détermine à agir.


Intention morale. Fin que nous nous proposons dans nos actions ; but conscient qui dirige nos actes.

Décalogue. (du grec « deka », dix, et « logos », discours, parole). Ainsi appelé, parce qu'il désigne les Dix Commandements de Dieu, donnés à Moïse sur le mont Sinaï.
Commandement. Ce qui est ordonné ou ce qui est défendu. Synonymes : loi, précepte, devoir.

DÉVELOPPEMENT

156. — I. La Morale chrétienne.


Après avoir exposé les vérités (2) qu'il nous faut croire, nous avons à nous occuper des devoirs qu'il faut pratiquer. Après le dogme, la morale.

(1) Les numéros de la seconde Partie de « la Doctrine catholique » continuent ceux
de la première.

(2) Voir 1" fascicule de la « Doctrine Catholique » Le Dogme.


1° Définition. — La Morale chrétienne est la science qui, à l'aide de la religion révélée et de la raison, nous enseigne les lois divines et humaines, auxquelles nous devons conformer nos actes, si nous voulons faire notre salut. Autrement dit, c'est la science qui nous fait connaître nos devoirs.

2° Objet et but. — Il découle de la définition que la morale a pour objet les actes humains et les lois qui les régissent, et pour but de nous enseigner ce que nous devons faire ou éviter pour accomplir la volonté de Dieu et gagner la vie éternelle.

3° Utilité. — On a contesté l'utilité de la morale, sous prétexte que la conscience suffit à déterminer le devoir, que la vertu ne s'enseigne pas, et qu'on peut être un homme de bien sans étude préliminaire, tandis qu'on ne l'est pas toujours avec la science la plus complète de la morale. — Il est bien certain qu'il ne faut pas confondre la connaissance avec la pratique du bien ; il n'en reste pas moins que l'étude de la science morale est utile parce qu'elle supplée souvent la conscience, quand le devoir est difficile à saisir. « Dans les temps troublés, dit GUIZOT, il est souvent plus difficile de connaître son devoir que de le faire. » La conscience peut être obscurcie par les passions, les préjugés ou l'intérêt ; il arrive aussi parfois que deux devoirs sont en conflit. Dans ces différents cas, une connaissance nette des principes de morale peut seule nous guider et inspirer notre conduite.

4° Division. — La Morale se divise en deux parties : elle comprend la Morale théorique et la Morale pratique.

A. La Morale théorique établit le fondement du devoir, et traite, à un point de vue général, des actes humains, des lois qui les régissent, de la conscience, qui est la faculté de reconnaître la loi et de l'appliquer aux circonstances, des péchés ou infractions à la loi, et des vertus ou habitudes qui nous inclinent à vivre selon la loi.

B. La Morale pratique étudie les devoirs, les péchés et les vertus prient en particulier. Elle se trouve énoncée dans ce qu'on pourrait nommer les deux Codes de la religion chrétienne : les Commandements de Dieu et les Commandements de l'Église: c'est elle qui doit faire l'objet spécial de notre étude.

La Doctrine Catholique
L'abbé A. Boulanger
1941 seconde partie pages 6-7


Dernière édition par Diane le Jeu 2 Juil 2009 - 18:54, édité 1 fois (Raison : Orthographe!)

Diane

Nombre de messages : 2463
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Diane le Jeu 2 Juil 2009 - 17:47

Je reviens avec la Foi ! Very Happy

Diane

Nombre de messages : 2463
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Diane le Jeu 2 Juil 2009 - 18:23

LA FOI


280. — Mots.

Foi. a) Dans son sens général, la foi c'est la croyance qui repose sur le témoi¬gnage. Avoir foi en quelque chose, c'est adhérer, sur le témoignage d'autrui, à une vérité que nous ne pouvons pas vérifier par nous-mêmes. Il suit donc de là que la foi est divine ou humaine selon que le témoignage vient de Dieu ou des hommes, — b) Dans son sens restreint, et comme nous l'entendons dans cette leçon, ce mot désigne l'une des trois vertus théologales par laquelle nous croyons fermement tout ce que Dieu a révélé et qu'il nous propose à croire par l'Église catholique. — c) Foi est aussi synonyme de Religion. Renoncer à la foi de ses pères, c'est quitter la religion dans laquelle on a été élevé.

Foi explicite. Avoir la foi explicite, c'est croire une vérité telle qu'elle a été définie, c'est en avoir une connaissance claire et distincte : par exemple, croire explicitement au Mystère de la Sainte Trinité, c'est croire qu'il y a en Dieu une nature et trois Personnes.

Foi implicite. Elle consiste à croire une chose, non dans ses propres termes, mais en tant qu'elle est impliquée dans la croyance explicite à une autre chose : par exemple, celui qui croit explicitement ce qu'enseigne l'Église catholique, croit implicitement tous les dogmes qu'elle a définis : la Sainte Trinité, l'Incarnation, la Rédemption, l'Immaculée Conception, etc. — Telle est la foi du charbonnier, qui croit explicitement à l'enseignement de l'Église sans avoir une connaissance distincte de tous les dogmes qu'elle a définis.

Nécessité de moyen. Nécessité de précepte. Une chose peut être nécessaire au salut de deux façons : — a) ou bien comme moyen sans lequel il est impossible d'aller au Ciel : ainsi, la grâce est nécessaire de nécessité de moyen ; — b) ou bien par suite d'un précepte divin, en sorte que celui qui le transgresse perd son âme à cause de sa désobéissance.

DÉVELOPPEMENT
281. — I. La Foi.


1°Définition. — La foi est une vertu, surnaturelle par laquelle nous croyons fermement toutes les vérités que Dieu a révélées, non pour en avoir perçu par la lumière naturelle de la raison, la vérité intrinsèque, mais sur l'autorité de Dieu même qui révèle et qui ne peut ni se tromper ni nous tromper (voir Const. de Fide, c. 3). Nous allons déterminer, d'après cette définition, la nature, l'objet, le motif et les qualités de la foi.

2° Nature (1) de la Foi. — La foi est une « vertu surnaturelle». Elle est : — a) une vertu, c'est-à-dire une disposition de l'âme qui nous porte à faire des actes de foi ; — b) surnaturelle. La foi est surnaturelle : —1. par on principe ; elle suppose, en effet, le concours da la grâce et nous est infuse dans l'âme par le Baptême ; — 2. par son objet, qui comprend toutes les vérités révélées ; et — 3. par son motif, qui est l'autorité de Dieu.

Considérée comme vertu théologale, et telle que nous venons de la définir, la foi s'appelle foi habituelle. Quand elle se traduit par un acte, soit explicite, soit implicite (Vocabulaire), elle s'appelle foi actuelle.

3° Objet (1) de la Foi. Foi divine et Foi catholique. — Par la foi nous croyons toutes les vérités que Dieu a révélées. L'objet de la foi, c'est donc toute la Révélation divine.
Bien que l'objet de la foi comprenne toute la Révélation, il y a lieu cependant d'établir une distinction entre l'ensemble des vérités qui ont été révélées par Dieu et les vérités particulières que l'Église nous enseigne en son nom.

a) La FOI DIVINE est celle qui a pour objet l'ensemble des vérités révélées par Dieu. Pour qu'une vérité soit de foi divine, il suffit donc que nous soyons certains de sa révélation. Ainsi, un théologien sagace peut acquérir la certitude qu'une vérité est contenue dans la Révélation divine, quoique l'Église ne l'ait pas proposée à notre croyance et que d'autres théologiens soient libres de la nier sans être taxés d'hérésie : par exemple, l'Assomption de la Sainte Vierge.

b) La FOI CATHOLIQUE est celle qui a pour objet les vérités révélées par Dieu et enseignées par l'Église, auxquelles on donne le nom de dogmes, vérités ou articles de foi.
Pour qu'une vérité soit de foi catholique, la proposition de l'Église est une condition nécessaire. La foi catholique comprend donc tous les dogmes proposés à notre croyance par l'autorité infaillible de l'Église, c'est-à-dire toutes les vérités définies solennellement par les papes et les conciles généraux, et toutes les vérités enseignées comme révélées par le magistère ordinaire de l'Église.

Les théologiens distinguent en outre la foi ecclésiastique. Celle-ci a pour objet les jugements de l'Église portant sur des vérités qui, sans appartenir à la Révélation, sont connexes aux vérités révélées et soumises par .conséquent au magistère ecclésiastique : tels sont les faits dogmatiques et les conclusions théologiques (voir N08 16 et 133, 1er fascicule).

Conclusions. — De ce qui précède, il est permis de tirer les conclusions suivantes : — 1. l'objet de la foi divine a un domaine plus vaste que l'objet de la foi catholique. La foi catholique est toujours foi divine, mais toute vérité de foi divine n'est pas, par le fait, vérité de foi catholique. Ainsi ( l'Assomption de la Sainte Vierge, définit comme Dogme en 1950 ) peut être considérée dans l'Église comme de foi divine ; elle n'est pas de foi catholique, puisqu'elle n'a pas été ' définie comme article de foi. — 2. La foi catholique est sujette à un certain développement. L'Église ne propose les vérités révélées à notre croyance qu'au fur et à mesure qu'elle le juge opportun. Ce développement de la foi catholique a été appelé improprement « l'évolution du dogme ». Nous avons déjà dit dans quel sens cette expression devait être entendue pour ne pas être fausse (voir N° 18, 1er fascicule).

La Doctrine Catholique
l'abbé A. Boulanger
1941
15 Leçon page 201-202

Diane

Nombre de messages : 2463
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Diane le Jeu 2 Juil 2009 - 18:31

Le sacrilège


Est sacrilège celui qui manque de respect ou marque de l'irrespect pour ce que d'autres tiennent pour sacré. Ce qu'ils perçoivent comme son crime est également nommé « sacrilège » et s'il leur paraît délibéré il est appelé « profanation » . Le terme pour les paroles jugées sacrilèges est « blasphème ».

Wiki

Diane

Nombre de messages : 2463
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  gabrielle le Jeu 2 Juil 2009 - 19:02

Merci à Diane pour cet excellent travail, qui nous donne de bonnes notions de la FOi et la Morale


Catherine a écrit:Donc un sacrilège ou non-sacrilège rentrant dans le domaine de la foi et des moeurs, il s'ensuit qu'on ne peut pas dire:

Tel pape nous a permis ou commandé cela, qui est un sacrilège, mais en cela il n'était pas infaillible, donc le dogme de l'infaillibilité pontificale est sauf

Exact, ma chère Cartherine.

Affirmer qu'u pape en tant que Législateur suprême de l'Église pourrait commander à ses enfants de commettre un sacrilège, cela est absolument contraire à toute la doctrine de l'Église.

Car même si le Pontife n'engagerait pas son infaillibilité, cette permission vient directement de son Pouvoir Suprême de Législateur.

Il faut comprendre, que ce sacrilège prend "vie" en une chose sacré ou en sa profanation. C'est comme dire que Pie XII nous ordonnerait de fouler au pied la Sainte Hostie toutes les fois que nous assistions à la messe, et qu'il aurait fait passer cet ordre dans le CIC, en faisant une loi de la sainte Église affraid

Est-ce qu'un pape peut ordonner dans sa charge de Pasteur Suprême une loi contraire à Dieu, une profanation d'un sacrement. NON, cela n'a jamais été et ne sera jamais.

Seuls les antipapes depuis Montini ont eu une telle conduite.... c'est pas pour rien qu'ils sont des antipapes!

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Catherine le Jeu 2 Juil 2009 - 19:31

Merci beaucoup chère Diane d'avoir pris le temps et la peine de mettre ces textes en ligne! cheers

Catherine

Nombre de messages : 713
Age : 31
Date d'inscription : 14/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Eric le Jeu 2 Juil 2009 - 19:45

Gabrielle a écrit:

Affirmer qu'un pape en tant que Législateur suprême de l'Église pourrait commander à ses enfants de commettre un sacrilège, cela est absolument contraire à toute la doctrine de l'Église.
BAH OUI !

CE N'EST, TOUT SIMPLEMENT, PAS CATHOLIQUE !
No

Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Eric le Jeu 2 Juil 2009 - 20:18

Catherine a écrit:Merci beaucoup chère Diane d'avoir pris le temps et la peine de mettre ces textes en ligne! cheers
Oui !

Je me joins à Catherine afin de vous remercier aussi très chère Diane; ainsi que pour votre bon travail sur les Papes et leur condamnation unanime de la F.M. ! sunny

Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  ROBERT. le Jeu 2 Juil 2009 - 22:51

Eric a écrit:
Catherine a écrit:Merci beaucoup chère Diane d'avoir pris le temps et la peine de mettre ces textes en ligne! cheers
Oui !

Je me joins à Catherine afin de vous remercier aussi très chère Diane; ainsi que pour votre bon travail sur les Papes et leur condamnation unanime de la F.M. ! sunny

Je me joins à tous pour remercier également Diane pour son bon travail en tous les domaines et celui qui s'annonce sur la Foi sera très éclairant pour faire grandir notre Foi. Merci Diane. cheers

ROBERT.

Nombre de messages : 896
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Monique le Ven 3 Juil 2009 - 1:14

Merci chère Diane pour ces textes si instructifs. cheers

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Sandrine le Ven 3 Juil 2009 - 8:54

Monique a écrit:Merci chère Diane pour ces textes si instructifs. cheers

cheers

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Invité le Ven 3 Juil 2009 - 17:10

Je reviens sur la première question de Catherine:

Quelqu'un peut-il m'expliquer ce que comprend le terme "la foi et les moeurs"?

Pour répondre à cette question, Il me semble nécessaire de faire la distinction entre vérités sur la foi et les moeurs
Et actes en rapport avec la foi et les moeurs.

Un exemple:
La fornication est un acte contre les bonnes moeurs donc un acte qui a rapport avec la foi et les moeurs.

Si je dis le mariage est un des 7 sacrements institué par Jésus-Christ il s'agit d'une vérité de foi

Ma chère catherine si vous demandez la compréhension du terme "La foi et les moeurs" c'est, je me doute, par rapport à l'infaillibilité de l'ENSEIGNEMENT sur la foi et les moeurs. Or, cet infaillibilité n'existe pas sur sur les lois qui commandent des ACTES à accomplir.
Le Sacrilège est un ACTE contre la loi qui l'interdit !

Un sacrilège n'est pas une vérité de foi catholique mais un ACTE qui s'attaque indument à une chose sacrée.
Non seulement l'Eglise n'a jamais dit qu'elle était infaillible dans ses lois mais elle précise au Canon 18 qu'une loi peut être "douteuse ou ou obscure !
Vous avez trouvé tout plein de bonnes âmes qui vous rassurent en vous disant le contraire mais personne ne peut changer la stricte vérité.

Can. 18
Les lois ecclésiastiques doivent être entendues, selon la signification propre que revêtent les mots dans le texte et le contexte; si elle demeure douteuse et obscure, on doit se reporter aux lieux parallèles du Code, s’il en est, au but et aux circonstances de la loi, et à l’intention du législateur.

Puis-je vous demander si, pour vous, le Mariage civil serait un sacrilège si l'Eglise l'interdisait ?
Il me semble que ma question est légitime puisque l'Eglise a condamé le mariage civil comme un grave attentat contre le Sacrement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Diane le Ven 3 Juil 2009 - 17:25

Gérard a écrit:
Puis-je vous demander si, pour vous, le Mariage civil serait un sacrilège si l'Eglise l'interdisait ?
Il me semble que ma question est légitime puisque l'Eglise a condamé le mariage civil comme un grave attentat contre le Sacrement.


Qu’est-ce que le mariage civil ?

Le mariage civil n’est autre chose qu’une pure formalité prescrite par la loi pour donner et assurer les effets civils du mariage aux époux et à leurs enfants.

Suffit-il pour un chrétien de ne faire que le mariage ou un contrat civil ?

Pour un chrétien, il ne suffit pas de ne faire que le contrat civil, parce que ce n’est pas un sacrement ni, par suite, un vrai mariage.

Dans quelle condition seraient des époux qui vivraient ensemble unis seulement par le mariage civil ?

Des époux qui vivraient ensemble unis seulement par le mariage civil seraient dans un état habituel de péché mortel, et leur union resterait toujours illégitime devant Dieu et l'Eglise.
Doit-on faire aussi le mariage civil ?

On doit faire le mariage civil, parce que, bien qu'il ne soit pas un sacrement, il sert cependant à garantir aux contractants et à leurs enfants les effets civils de la société conjugale; et c'est pour cela que, en règle générale, l'autorité ecclésiastique ne permet le mariage religieux que lorsqu'on été accomplies les formalités prescrites par l'autorité civile.

C'est assez clair je pense !


Sa Sainteté le Pape Pie X était le chef légitime de l'Église OUI, ou NON
Question


Catéchisme de Saint Pie X
Chapitre 9
Le Mariage

Diane

Nombre de messages : 2463
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Catherine le Ven 3 Juil 2009 - 17:32

Gérard a écrit:Or, cet infaillibilité n'existe pas sur sur les lois qui commandent des ACTES à accomplir.

http://deojuvante.forumactif.org/questions-et-arguments-divers-f5/questions-clemf-t404-75.htm#5628

En quoi consiste donc l'infaillibilité ?
L'infaillibilité nécessaire à la véritable Eglise, consiste uniquement en ce que le Pape parlant seul, ou les Evèques unis au Pape ne peuvent pas s'écarter de la vérité révélée, lorsqu'ils imposent à toute l'Eglise une règle de croyance, c'est-à-dire lorsqu'ils enseignent à tous les fidèles ce qu'il faut croire, faire ou éviter pour aller au ciel. — S'il en était autrement, le pasteur pourrait conduire le troupeau loin du vrai chemin et l'entraîner dans l'abîme de l'erreur.

Désolée, mais je crois mon catéchisme plutôt que VOUS et VOTRE opinion... Suspect


Gérard a écrit:

Puis-je vous demander si, pour vous, le Mariage civil serait un sacrilège si l'Eglise l'interdisait ?
Il me semble que ma question est légitime puisque l'Eglise a condamé le mariage civil comme un grave attentat contre le Sacrement.

Si l'Eglise interdisait aux fidèles de faire le mariage civil, en plus bien entendu du mariage-sacrement qui est le seul vrai mariage, (on ne parle pas des époux qui font le mariage civil seul prétendant être ainsi mariés, on est bien d'accord) et qu'elle taxerait ce péché de sacrilège, alors oui c'en serait un.

Si par contre elle le permet aux vrais époux (ceux qui reçoivent le sacrement) pour bénéficier des effets civils, alors ce n'est pas un péché, l'Eglise ne pouvant permettre un péché.

Pour mémoire:

R.Naz, TRAITÉ DE DROIT CANONIQUE, t.II, p.286-287, °331 a écrit:
Lorsque deux parties sont baptisés, l'État peut imposer la déclaration ou l'enregistrement du mariage religieux, mais non le mariage civil, c'est-à-dire les mêmes formalités qu'au non-baptisé, et encore moins l'obligation de se soumettre à ce mariage civil avant le mariage religieux. Cependant le Saint-Siège a admis et veut même d'une façon générale que les fidèles se soumettent à ce mariage civil, même avant la cérémonie religieuse, AFIN QU'ILS NE SUBISSENT AUCUN PRÉJUDICE AU POINT DE VUE DES EFFETS CIVILS DU MARIAGE.

ARCANUM DIVINAE SAPIENTIAE, lettre encyclique de sa Sainteté le Pape Léon XIII sur le mariage
…De même il importe que tout le monde sache que, si, parmi les chrétiens, quelque union a lieu entre un homme et une femme en dehors du sacrement, cette union n’a ni le caractère ni la valeur d’un vrai mariage, et bien qu’elle puisse être conforme aux lois civiles, elle n’a cependant d’autre valeur que celle d’une cérémonie et d’un usage introduits par le droit civil ; or, le droit civil ne peut qu’ordonner et régler les conséquences que le mariage entraîne avec soi dans l’ordre civil, et qui, évidemment, ne peuvent se produire si leur cause vraie et légitime, c’est-à-dire le lien conjugal, n’existe pas.
Il est du plus haut intérêt que toutes ces choses soient bien connues des époux, et aussi qu’elles en soient bien comprises, de façon qu’ils sachent qu’ils peuvent en cette matière se soumettre aux lois, l’Eglise elle-même ne s’y opposant point, parce qu’elle veut et désire que les effets du mariage soient sauvegardés dans toute leur étendue, et que les enfants n’éprouvent aucun préjudice

Bon, et maintenant, si vous preniez la peine de répondre enfin, VOUS?

Pour commencer, par exemple (le dernier post):

http://deojuvante.forumactif.org/questions-et-arguments-divers-f5/obissance-au-pape-et-au-magistre-t474.htm#5591

P.S: mon post s'est croisé avec celui de Diane, je vois qu'elle a remis une référence de plus. Merci Diane! cheers


Dernière édition par Catherine le Ven 3 Juil 2009 - 18:19, édité 3 fois (Raison : lien non cliquable)

Catherine

Nombre de messages : 713
Age : 31
Date d'inscription : 14/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Diane le Ven 3 Juil 2009 - 17:38

Gérard a écrit:

Puis-je vous demander si, pour vous, le Mariage civil serait un sacrilège si l'Eglise l'interdisait ?
Il me semble que ma question est légitime puisque l'Eglise a condamé le mariage civil comme un grave attentat contre le Sacrement.

Oui, le Mariage civil serait un sacrilège si l'Église l'interdisait!

Mais l'Église permet le mariage civil et ce n'est qu'une formalité, il n'y a donc aucune faute pour les époux, puisque ce faisant ils obéissent à l'Église!

Diane

Nombre de messages : 2463
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  ROBERT. le Ven 3 Juil 2009 - 18:31

.

IIa-IIæ, qu. 2, par R. Bernard, O.P., Éd. Des Jeunes, Paris, 1950, notes explicatives a écrit:

Qu. 2, art. 4, sol. 3.

Pour croire il n'y a pas à faire de contorsion d'esprit. Si la foi exige une belle humilité

d'esprit même dans l'ordre purement naturel, elle est aussi la preuve d'une intelligence

bien faite et d'une véritable ouverture d'esprit. C'est se borner que de se refuser à croire




Qu. 2, art. 5, diffic.


Puisque l'activité de foi est si nécessaire pour le salut, il ne faut pas qu'elle soit bien

compliquée, il faut qu'elle reste à la portée de tous : ne suffit-il pas qu'elle soit un bon

mouvement vers Dieu, où le cœur ait plus de part que l'esprit, et qui soit affaire de vertu

plus que de vérité?


.


Dernière édition par ROBERT. le Ven 3 Juil 2009 - 20:03, édité 1 fois (Raison : ponctuation inutile)

ROBERT.

Nombre de messages : 896
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Eric le Ven 3 Juil 2009 - 19:24

Catherine a écrit:
Désolée, mais je crois mon catéchisme plutôt que VOUS et VOTRE opinion... Suspect
... DÉLIRANTE ! (pour compléter la phrase de Catherine)

Mon pauvre Gérard !
Voyez-vous, le problème que vous avez c'est que vous vous opposez opiniâtrement à ce qui est la base, LE B.A.BA, de ce que doit croire, savoir et connaître un catholique = LE CATÉCHISME ! Shocked

Et vous voudriez que l'on vous prenne au sérieux ?!

Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Catherine le Ven 3 Juil 2009 - 23:30

Cher Gérard,

Après avoir relu les textes que nous a fourni Diane, il me semble que là:

Gérard a écrit:
Pour répondre à cette question, Il me semble nécessaire de faire la distinction entre vérités sur la foi et les moeurs
Et actes en rapport avec la foi et les moeurs.

...vous faites une distinction qui n'est pas juste, en tout cas ce n'est pas ce que j'ai compris dans le texte de l'abbé Boulanger.

Si j'ai bien compris le texte, la foi c'est l'enseignement des vérités, et les moeurs c'est justement l'application pratique, tout ce qui traite des ACTES.

Les moeurs, c'est LA LOI, les devoirs que nous avons à remplir, les choses que nous ne devons pas faire...

Diane a écrit:
156. — I. La Morale chrétienne.[/center]

Après avoir exposé les vérités (2) qu'il nous faut croire, nous avons à nous occuper des devoirs qu'il faut pratiquer.
Après le dogme, la morale.


(1) Les numéros de la seconde Partie de « la Doctrine catholique » continuent ceux
de la première.

(2) Voir 1" fascicule de la « Doctrine Catholique » Le Dogme.


1° Définition. La Morale chrétienne est la science qui, à l'aide de la religion révélée et de la raison, nous enseigne les lois divines et humaines, auxquelles nous devons conformer nos actes, si nous voulons faire notre salut. Autrement dit, c'est la science qui nous fait connaître nos devoirs.

2° Objet et but. — Il découle de la définition que la morale a pour objet les actes humains et les lois qui les régissent, et pour but de nous enseigner ce que nous devons faire ou éviter pour accomplir la volonté de Dieu et gagner la vie éternelle.

[...]

4° Division. — La Morale se divise en deux parties : elle comprend la Morale théorique et la Morale pratique.

A. La Morale théorique établit le fondement du devoir, et traite, à un point de vue général, des actes humains, des lois qui les régissent, de la conscience, qui est la faculté de reconnaître la loi et de l'appliquer aux circonstances, des péchés ou infractions à la loi, et des vertus ou habitudes qui nous inclinent à vivre selon la loi.

B. La Morale pratique étudie les devoirs, les péchés et les vertus prient en particulier. Elle se trouve énoncée dans ce qu'on pourrait nommer les deux Codes de la religion chrétienne : les Commandements de Dieu et les Commandements de l'Église: c'est elle qui doit faire l'objet spécial de notre étude.

La Doctrine Catholique
L'abbé A. Boulanger
1941 seconde partie pages 6-7

Catherine

Nombre de messages : 713
Age : 31
Date d'inscription : 14/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  gabrielle le Sam 4 Juil 2009 - 2:49

Le Code mieux connu et mieux observé, procurera un meilleur avenir à la Sainte Église et plus de gloire à Dieu. Manuel de Droit Canon, Émile Jombart. S.J.p. 24

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Invité le Sam 4 Juil 2009 - 22:39

Diane a dit:

Oui, le Mariage civil serait un sacrilège si l'Église l'interdisait!

Mais l'Église permet le mariage civil et ce n'est qu'une formalité, il n'y a donc aucune faute pour les époux, puisque ce faisant ils obéissent à l'Église!

D'après Diane et les autres puisque personne ne s'est opposé à cette opinion le mariage civil qui est condamné comme sacrilège par l'Eglise devient "qu'une formalité" dès lors que l'Eglise le commande et un acte méritoire d'obéissance.

Par conséquent, si l'Eglise avait permis l'encensement à César, je suppose AUSSI que cela ne serait devenu "qu'une simple formalité" et si l'ordre d'imposer le mariage civil a eu l'immense avantage de bénéficier de la reconnaissance temporel par l'Etat de la situation des mariés et pour l'épouse l'avantage recevoir le nom de MADAME, l'ordre d'imposer l'encensement à César aurait eu des avantages temporels autrement plus utiles puisqu'il aurait éviter le massacre de millions de catholiques.
Mais après ces conséquences que l'on peut facilement imaginer, continuez-vous de soutenir l'opinion de Diane?
Est-ce vraiment comme cela qu'il faut résoudre ce problème qui consisterait à dire que le sacrilège devient un acte bon et méritoire à partir du moment où l'Eglise nous en donne l'ordre ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Sandrine le Sam 4 Juil 2009 - 22:46

continuez-vous de soutenir l'opinion de Diane?

Je soutiens le post de Diane qui cite le catéchisme saint Pie X !

Pour le reste : Sleep

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le domaine de la foi et des moeurs.

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:20


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum