Le commandement de l'amour du prochain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le commandement de l'amour du prochain

Message  Monique le Mer 3 Juin 2009 - 23:00

Tout homme est notre prochain sans distinction de religion, de nationalité, d'âge, de sexe et d'état. (S. Aug.).

L'histoire du bon Samaritain nous apprend que l'étranger et même l'ennemi est notre prochain. (S. Luc. X). Bien des personnes hélas ! ne considèrent comme leur prochain que ceux qui appartiennent à la même nationalité ou à la même religion. Dans le Christ, il n'y a ni Juifs ni Grecs, mais tous sont un. (Gal. III, 28).


Nous devons aimer le prochain parce que Jésus-Christ l'ordonne, parce qu'il est enfant de Dieu et créé à son image; enfin parce que nous descendons des mêmes parents et que nous sommes tous appelés à l'éternité bienheureuse.

Jésus-Christ l'ordonne : '' Vous aimerez votre prochain comme vous-même." (S. Marc XII, 31).

— Celui qui aime le Père aimera aussi les enfants. (I. S. Jean V, 1). Or, notre Père commun est Dieu qui nous a tous créés (Mal. 11, 10), nous sommes tous ses enfants et nous devons donc nous aimer les uns les autres.

'' Tous ceux qui descendent d'une même personne sont parents entre eux ; par conséquent nous tous qui avons reçu la vie du même Dieu, nous sommes frères et devons nous aimer les uns les autres." (Lact.)

Celui qui aime le père, respectera certainement aussi son portrait; or, notre prochain est l'image de Dieu (Gen. I, 27), nous devons donc l'aimer.

De même que la lune reçoit sa lumière du soleil, de même l'amour du prochain découle de l'amour de Dieu. Nous devons donc aimer notre prochain d'un amour tel qu'il serait impossible en dehors de Dieu. (S. Edmond).

— Nous sommes tous, les enfants du premier couple, nous ne formons donc qu'une seule et grande famille, et notre amour doit être un amour fraternel. — Enfin nous sommes tous appelés à l'éternité bienheureuse.

Nous devons tous un jour habiter éternellement ensemble, voir Dieu et le bénir à jamais. S. Jean dit: '' Je vis une foule innombrable de toutes nations, de toutes tribus, de tous peuples et de toutes langues ; tous étaient debout devant le Trône de l'Agneau vêtus de robes blanches, des palmes dans la main (Apocal. VII, 9).

Nous devons, nous qui sommes appelés à une même béatitude être unis par le lien de la charité. C'est pourquoi Jésus-Christ nous a enseigné une prière, l'oraison dominicale, dans laquelle chacun prie pour tous.


Catéchisme Catholique Populaire, 1903
François Spirago
Professeur au Séminaire impérial et royal de Prague.

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commandement de l'amour du prochain

Message  Monique le Ven 5 Juin 2009 - 4:26

L'amour du prochain existe dans notre âme, lorsque nous sommes de tout cœur bienveillants envers lui, que nous ne lui nuisons pas et qu'au contraire nous lui faisons du bien.


L'amour du prochain ne consiste pas seulement dans un sentiment tendre ou dans la bienveillance à son égard, car il n'en retirerait que peu de fruits.

S. Jacques dit: '' Si un de vos frères se présentait à vous nu et affamé et que vous lui disiez: Allez en paix, chauffez-vous et rassasiez-vous, sans y ajouter aucun secours de votre part, à quoi serviraient vos souhaits? " (Jac. II, 15).

L'amour du prochain est donc avant tout un acte de la volonté, il s'exprime par la bienfaisance.

'' Nous ne devons pas seulement aimer du bout des lèvres et avec des paroles, mais surtout en actions et en vérité. (I. S. Jean 111, 18).

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commandement de l'amour du prochain

Message  Monique le Sam 6 Juin 2009 - 0:29

La bienveillance consiste dans la joie de voir notre prochain heureux et dans le regret de le voir malheureux.


S. Paul nous dit: '' Réjouissez-vous avec ceux qui sont dans la joie et pleurez: avec ceux qui pleurent." (Rom. XII, 15).

Remarquons combien Elisabeth fut heureuse lorsqu'elle apprit que Marie était devenue la Mère de Dieu, et qu'elle lui dit les paroles que nous récitons dans l'Ave Maria (S. Luc. 1,42).

Remarquons aussi la joie des voisins de Zacharie à la nouvelle de sa guérison miraculeuse lors de la naissance de S. Jean-Baptiste (Luc. I, 58) ; de même la bienveillance d'Abraham pour Loth auquel il abandonna avec plaisir le meilleur pays (Gen. 12); celle aussi de Moïse exprimée dans ces paroles : '' Puissent tous les peuples posséder la sagesse et Dieu leur donner son esprit ''. (Gen. XI, 24).

Les souhaits offerts à l'occasion de la fête, du nouvel an, d'un heureux événement, le salut, que l'on se fait lorsqu'on se rencontre, sont des signes de bienveillance.

Le Sauveur lui-même saluait ses Apôtres par ces paroles: '' La paix soit avec vous "; les anges mêmes saluent, comme on le voit par la salutation de l'archange Gabriel à la Vierge Marie, et les bons catholiques se servent depuis longtemps pour se saluer de la pieuse formule: '' Loué soit Jésus-Christ! " S. Paul recommande d'être prévenant l'un pour l'autre." (Rom XII, 10).

Supprimer la bienveillance sur la terre, c'est supprimer le soleil et rendre par là même les relations des hommes entre eux, impossibles. (S. Grég. G.)

Les membres d'un même corps sont solidaires des accidents qui arrivent à l'un d'eux ; lorsqu'une épine pénètre dans le pied, les yeux cherchent à la voir, la langue s'en informe, le corps se contracte et la main se met en mouvement pour l'extraire. Nous devons agir de même à l'égard de notre prochain. (S. Aug.)

Il ne nous est donc pas permis de nous réjouir du malheur, ni de regretter le bonheur de notre prochain. La joie de la peine d'autrui et l'envie sont diaboliques et le signe le plus certain que l'homme ne possède pas l'amour du prochain.

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commandement de l'amour du prochain

Message  Monique le Mar 9 Juin 2009 - 4:51

Nous devons faire du bien à notre prochain, notamment lorsqu'il est dans le besoin.


Notre juge demande de nous des œuvres de miséricorde et il en fait dépendre notre salut (Matth. XXV, 35).

Dans un édifice, une pierre soutient l'autre, sans quoi l'édifice s'écroulerait; de même dans l'Eglise il faut que tous se supportent et se soutiennent les uns les autres. (S. Gr. G. )

La charité est une chaîne qui nous attache à notre prochain et qui fait que nous nous occupons de lui avec affection. (S. Jean Dam.)

Plus la charité est parfaite, plus elle est généreuse et moins elle est égoïste. (Denis le Ch.)

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commandement de l'amour du prochain

Message  Monique le Jeu 11 Juin 2009 - 4:55

Nous devons aimer le prochain comme nous-mêmes, mais rien ne nous oblige à l'aimer plus que nous-mêmes.


Jésus-Christ nous dit : ''Faites aux autres tout ce que vous voudriez qu'on vous fît.'' (Matth. VII, 12).
Ce que tu ne veux pas qu'on te fasse à toi, ne le fais pas aux autres. (Tob. IV, 16).

Mets-toi souvent dans la situation d'un de tes semblables et tu agiras tout autrement que tu ne le fais.

Cependant la charité a des bornes. Il m'est permis, par ex. de me défendre contre mon prochain, s'il menace ma vie, et je ne suis pas obligé de me priver moi-même du nécessaire pour venir en aide aux autres : les vierges sages ne donnèrent pas d'huile aux vierges folles de peur de n'en avoir pas assez pour elles-mêmes. (S. Matth. XXV, 9).

Celui qui le fait néanmoins, sans y être obligé, fera un acte héroïque de charité, comme la veuve de Sarepta qui donna au prophète Elie tout ce qui lui restait. (III. Rois XVII).

Mais l'amour le plus grand, c'est de donner sa vie pour ses semblables. (S. Jean XV, 13).
Le Sauveur le fit, et des centaines de missionnaires, pour sauver les âmes de leurs semblables, ne craignent pas d'exposer journellement leur vie à tous les dangers.

Pendant la peste de 1576, S. Ch. Borromée, archevêque de Milan, soigna lui-même des centaines de pestiférés, et dépensa sa fortune toute entière à les secourir. Beaucoup d'autres Saints firent de même.

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commandement de l'amour du prochain

Message  Monique le Lun 15 Juin 2009 - 17:20

Tout ce que nous faisons à notre prochain, soit en bien, soit en mal, est fait à Jésus-Christ lui-même, car, dit Jésus-Christ, «ce que vous avez fait au plus petit de mes frères, c'est à moi-même que vous l'avez fait.»(Matth. XXV, 40).

Jésus dit à Saül, sur le chemin de Damas : ''Pourquoi me persécutes-tu ?" Et cependant Saül ne persécutait que les chrétiens. (Act. Ap. IX).

Lorsque S. Martin eut donné au mendiant la moitié de son manteau, Jésus-Christ lui apparut en songe la nuit suivante, entouré d'anges, revêtu de cette moitié de manteau et dit: '' C'est de ce manteau que Martin m'a revêtu aujourd'hui."

Dieu se place pour ainsi dire devant le prochain pour le protéger et nous ne pouvons le blesser sans blessez d'abord Dieu lui-même.

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commandement de l'amour du prochain

Message  Monique le Mer 17 Juin 2009 - 4:18

Celui qui observe exactement le commandement de la charité obtiendra sûrement l'éternité bienheureuse.

S. Jean l'Evang. adressait continuellement aux chrétiens ces paroles: ''Mes petits enfants, aimez-vous les uns les autres." Comme on lui demandait la raison de ces paroles si souvent réitérées, il répondit : ''Si vous vous aimez les uns les autres, vous observerez la loi toute entière." S. Paul exprimait souvent la même idée. (Rom. XIII, 8; Gal. V, 14).

Le Sauveur promet déjà la vie éternelle à celui qui, des 10 commandements, observe ceux relatifs à l'amour du prochain (S. Matth. XIX, 18). et à l'accomplissement des œuvres de miséricorde, (id. XXV, 31).

Pourquoi cela ? Parce que celui qui évite de blesser ses semblables ou qui leur fait l'aumône ne peut être mauvais. Un ivrogne, un joueur, un avare, un orgueilleux, un homme sans foi, un paresseux, un voleur fera rarement l'aumône.

Celui qui fait l'aumône, qui pratique les œuvres de miséricorde, possède outre la générosité bien d'autres vertus.

La bienfaisance ne peut pas plus exister sans d'autres vertus, que le cœur dans un corps sans membres. L'aumône peut donc être considérée avec raison comme le cœur des vertus. (S. Chr.).

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commandement de l'amour du prochain

Message  Monique le Ven 19 Juin 2009 - 0:50

La charité est le signe propre du vrai chrétien.

Car le Sauveur a dit ''C'est à ce signe que l'on reconnaîtra que vous êtes mes disciples, si vous vous aimez les uns les autres.'' (S. Jean XIII, 35).

Jésus-Christ nous a aimés le premier et avant que nous n'ayons mérité cet amour; si donc nous aimons et faisons du bien même à ceux dont nous n'avons jamais reçu aucun bienfait, nous aimons à l'exemple de Jésus, nous sommes vraiment ses disciples et on nous distinguera facilement de ceux qui d'ordinaire n'aiment que leurs amis et bienfaiteurs. (S. Chr.)

C'est parce que ce commandement, tel que Jésus-Christ l'a donné, n'était pas connu avant lui, qu'il l'appelle un commandement nouveau. (S. Jean XIII, 34).

Qu'il ferait bon vivre si cette charité régnait partout! Les lois, les juges, les punitions deviendraient inutiles : Nul ne nuirait à son prochain, les meurtres, les disputes, les émeutes, le pillage et d'autres maux seraient inconnus parmi les hommes, il n'y aurait plus de pauvres, mais chacun aurait ce qu'il lui faut. (S. Chry.)

FIN

Monique

Nombre de messages : 1600
Date d'inscription : 18/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le commandement de l'amour du prochain

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:40


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum