l'Abbé Lefranc a versé son sang dans son combat contre la Franc-maçonnerie !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

l'Abbé Lefranc a versé son sang dans son combat contre la Franc-maçonnerie !

Message  Invité le Mer 3 Sep 2008 - 0:07

( « Le voile levé pour les curieux ou le secret de la Révolution de France » par l’Abbé Lefranc assassiné aux massacres de septembre 1792) extraits…

P 20
Je le répète et je le dis comme je le crois, tout ce qui est mystérieux est du ressort de la franc-maçonnerie ; tout ce qui s’appelle connaissance au physique au moral au spirituel ou intellectuel, est du ressort de la franc-maçonnerie et lui appartient ; tout ce qui peut tendre au bonheur physique, moral ou intellectuel de l’homme, est du ressort de la franc-maçonnerie et lui appartient
P21
La franc-maçonnerie est la quintescence de toutes les hérésies qui ont divisé l’Allemagne, dans le seizième siècle. Les Luthériens, les calvinistes, Les Zwinglien, les Analphabistes, les nouveaux ariens, tous ceux en un mot qui attaquent les mystères de la religion révélée, tous ceux qui disputent à Jésus-Christ sa divinité, à la sainte vierge sa maternité divine, tous ceux qui ne reconnaissent point l’autorité de l’Eglise catholique ou qui rejettent ses sacrements ; ceux qui n’espèrent pas en une autre vie ; qui ne croient pas en Dieu….
P30
Le nom de la loge se donne tant à l’assemblée des francs-maçons qu’au lieu où ils sont assemblés. Ils n’en ont pas de fixe, parce que tout franc-maçon se regarde comme cosmopolite, et que la maçonnerie, étant un ouvrage spirituel, au jugement de ses instituteurs, elle n’exige absolument pas de lieu pour se former. « La longueur d’une loge, dit l’auteur de l’ « essai sur la franc-Maçonnerie » s’étend de l’orient à l’occident. Sa largeur est du septentrion au midi ; sa hauteur est de coudées sans nombre » il s’ensuit que l’univers entier ne forme qu’une seule loge, que toutes les loges sont sœurs, et tous ceux qui s’y rassemblent frères ; qu’elles doivent toutes tendre au même but. Mais comme elles ne peuvent pas toutes être également instruites, il doit nécessairement y avoir des loges écoles et des loges institutrices ; des loges dirigeantes et des loges dirigées ; et par conséquent, des frères qui instruisent et des frères qui écoutent. Telle est l’échelle graduée des loges maçonniques.
P37
Il y a encore aujourd’hui qu’un petit nombre de loges qui aient consenti à accepter un régime fait pour soumettre l’univers entiers ; les autres, que l’on peut regarder comme des loges bâtardes, tiennent à un ancien régime qu’elles abandonneront à mesure que les hommes gouteront le prix de la liberté et de l’égalité.
P39
« L’Assemblée nationale a favorisé de tout son pouvoir les projets de l’ordre maçonnique ; on peut en juger par l’adoption qu’elle a faite de son gouvernement, de ses maximes, et par la chaleur qu’elle a mise à soutenir tout ce que la société maçonnique lui a suggéré par ses clubs, ses associations et ses écrits
Il est à remarquer d’abord que l’assemblée nationale, tout en disant qu’elle voulait un gouvernement monarchique, que jamais le roi n’avait été plus roi qu’il le serait par ses décrets, a cependant fini par adopter un gouvernement républicain et une pure démocratie. Et elle a emprunté l’organisation de la franc-maçonnerie. Pour s’en convaincre, qu’on examine la division qu’elle a faite du royaume ; elle est absolument la même que celle de la maçonnerie, non seulement quant au mode mais quant ou nom même.
P42
Le serment que l’Assemblée nationale a exigée des françois, a la même origine et a produit l’enthousiasme parmi les maçons, qui ont été ravis de voir leur citoyens se lier les uns aux autres, et resserer les nœuds qui les attachaient à leur patrie, comme eux-mêmes se sont engagés envers la société maçonnique, par un serment affreux, sans connaître la nature des engagements qu’ils allaient contracter. Plus il s’est trouvé de réfractaires qui ont dédaigné ou rejeté le serment qu’on exigeait d’eux, plus ils ont paru odieux aux francs-maçons, dont ils semblaient censurer la conduite et plus ils se sont attachés à les poursuivre avec l’acharnement aveugle des sectaires, qui veulent à quelque prix que ce soit, faire des prosélytes.
Et pour sentir combien le régime maçonnique est cher à l’Assemblée nationale, il suffit de se rappeler qu’elle a abolit toutes les corporations, exceptée celle des franc-maçons ; elle seconde même, autant qu’il est en elle, les maximes de cette société, en les appuyant de toute son autorité. …
P43
J’oubliais de dire que la forme des élections, le choix des électeurs, les qualités qu’on exige en eux, les avis qu’on leur donne, l’assemblée paraît avoir tout imité de la franc-maçonnerie. La conduite que l’on prescrit aux officiers municipaux, aux membres du département, est absolument calquée sur ce qu’on recommande au vénérable, qui préside la loge, c'est-à-dire, de la douceur, de la prudence, de la discrétion, beaucoup d’adresse à manier les esprits, une patience qui ne se rebute de rien, du courage et de la magnanimité.
P44
On était bien assuré de plaire à l’Assemblée nationale, lorsqu’on la vit passer sous la voute d’acier, qui est le plus grand honneur que les franc-maçons rendent à ceux qu’ils respectent, lorsqu’elle fut en corps au TE DEUM, qui fut chanté à la cathédrale de Paris, au commencement de la Révolution. …
P45
Sous le prestige de la liberté et de l’égalité, elle a su éteindre le sentiment de la Religion dans le cœur des français ; leur rendre odieux leurs princes, leurs magistrats, leurs pasteurs les plus fidèles, nourrir un esprit de division au sein des famille les plus unies, inspirer l’horreur et le carnage pour faire réussir ses projets les plus insensés.
P105
Ce n’est pas seulement par ses principes de liberté et d’égalité, c’est encore par ses actions et ses entreprises de toutes espèces, que la franc-maçonnerie veut renverser tout autorité, qui ne sera pas assujettie à la sienne, car elle en a une qui est bien étendue et bien redoutable
Voulant détruire la royauté, ils ont cassé tous les corps qui paroissoient en être l'appui ; ils ont attaché le mépris à toutes les récompenses reçues pour services rendus au roi; ils ont aboli lés titres et les honneurs qui servoient à décorer le trône et à en relever l'éclat; ils ont enchaîné la puissance royale ; et s'ils accordent le titre de roi au chef suprême de la nation, ce n'est que comme un titre de fonctions, tel, à-peu-près, qui est celui du grand-maître, qui change selon les grades qu'il administre, et auxquels il préside; ce titre, il le tient de ses frères, qui peuvent le lui. ôter en le déposant, ou le lui perpétuer selon leur volonté, mais qui est toujours dépendant de la volonté de ceux qui l'accordent. Voilà comme on voudroit que le roi fût roi, un roi de théâtre , un roi par fonction , un roi amovible selon la volonté de ceux qui l'auroient choisi ; enfin , pour le dire en deux mots , un roi maçon.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: l'Abbé Lefranc a versé son sang dans son combat contre la Franc-maçonnerie !

Message  Eric le Mer 3 Sep 2008 - 0:20

ULTRA INTERESSANT!!!
Peut-on avoir les références complètes de l'ouvrage en question???
Merci d'avance.
avatar
Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum