Petits conseils de direction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Jeu 28 Aoû 2008 - 15:45

Livre de piété des jeunes filles et des mères chrétiennes , Manuel complet pour le pensionnat et la famille, 1903

Il ne manque pas de personnes qui sont douées d'une réelle bonne volonté et qui commencent avec ardeur l'entreprise de leur sanctification personnelle ; mais il leur arrive de faire des faux pas ; certaines difficultés imprévues les abattent et les déconcertent. Rebutées, elles ne travaillent plus à cette oeuvre si importante que par boutades et avec tiédeur. Les progrès dans ces conditions sont nuls ; le caractère ne s'améliore pas ; les défauts grandissent au lieu de disparaître; la piété n'est plus que superficielle et s'évanouit au premier souffle d'un vent contraire.
Qu'a-t-il manqué à ces chrétiens pour réussir ? Un guide, une direction . Nous n'avons pas la prétention de remplacer le directeur : un livre ne peut s'en tenir qu'à des généralités et ne saurait donner des instructions pour chaque état d'âme en particulier; nous sommes obligés en outre de nous restreindre à quelques pages. Pourtant, si l'on veut se pénétrer des avis qui vont suivre et les mettre doucement en pratique, on évitera bien des méprises et des fautes; on s'épargnera bien des mécomptes; on pourra parcourir avec sécurité une voie désormais nettement tracée.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Jeu 28 Aoû 2008 - 16:05

1. QU'EST-CE QUE DIEU DEMANDE DE MOI ?


Il est certain qu'il ne se passe pas un jour ni une heure dans la vie où Dieu ne désire, ne demande même que vous agissiez de telle façon plutôt que telle autre . Et peut-être vous êtez-vous dit déjà bien souvent au fond de votre coeur : qu'est-ce que Dieu demande de moi ?

Il demande que vous fassiez de votre mieux ce qui se présente à faire, ce que les supérieurs, ou le chef de la famille, ou les circonstances vous indiquent comme le devoir du moment. Lui-même vous aidera et vous donnera l'aptitude nécessaire. De votre côté ne négligez rien : agissez avec pureté d'intention, avec zèle et en entremêlant quelques prières à ce que vous ferez.

Il demande que vous receviez patiemment de sa main ce qui se présente à souffrir; par conséquent sans murmurer, sans trouver que cette croix est trop lourde ou mal choisie.

Il demande que vous ne témoigniez aucun mécontentement s'il survient des contre-temps, des obstacles, des accidents, qui dérangent vos projets et vous chagrinent. Demeurez calmes au milieu de tous les sujets de peine ou d'inquiétude, insuccès, pertes d'argent, taquineries, humiliations, etc.

Il demande qu'en toute occurrence vous soyez aimable et charitable envers le prochain. Et cela non seulement quand vous êtes bien disposé ou qu'on se montre bienveillant à votre égard, mais lorsque vous éprouvez du malaise, lorsque vous êtes porté à la froideur , à la mélancolie, à la mauvaise humeur, ou que le prochain vous traite sans égards ni ménagements.

Il demande que vous n'imposiez pas votre volonté aux autres quand vous pourrez facilement faire la leur. Cédez dans les choses où il n'y a ni péché ni préjudice; soumettez votre amour-propre au bon plaisir d'autrui .

Il demande que vous soyez empressé à rendre service lorsque l'occasion s'en présente, et d'autre part à ce que vous n'interveniez pas sans motif dans les affaires du prochain. Jugez tout en bien ou abstenez-vous de juger; ne dites de mal de personne, ne gênez personne.

Enfin, Dieu demande que vous ayez un peu de zèle pour la sanctification de vos frères et beaucoup pour la vôtre, mais sans irritation, sans aigreur. S'il vous arrive à vous-même de retomber dans vos anciennes fautes, restez calme; ne vous abandonnez pas au dépit, au découragement; tournez-vous humblement vers Dieu pour lui dire votre repentir et remettez-vous à l'oeuvre.

Faites cela chaque jour et vous répondrez sûrement à ce que Dieu demande de vous ; bien mieux, vous marcherez dans la voie de la sainteté.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Ven 29 Aoû 2008 - 11:49

2. PEU ET BIEN, PEU ET CONSTAMMENT


Que cette formule de Saint François de Sales vous serve de programme. Dieu, vous venez de le voir, ne demande pas de vous un grand nombre d'actions difficiles, de sacrifices héroïques, de prières prolongées ... Il se contente de peu; mais ce peu doit avoir deux qualités; ce sont celles qu'expriment les deux adverbes bien et constamment.
Est-il en réalité nécessaire de dire à une personne sensée ce qu'elle fait pour Dieu doit être bien fait ? Non sans doute; car si l'on travaillait pour un prince, pour un haut personnage, on apporterait tous ses soins à ce que le travail fût irréprochable; le respect qu'on aurait pour sa personne, l'amour-propre et l'espoir d'une bonne récompense préviendraient les moindres négligences. Mais comment concevoir qu'on ne fasse pas pour le bon Dieu ce qu'on ferait pour un grand de la terre ? Saint Ignace disait un jour à un novice un peu nonchalant : "Il n'est pas possible que vous travailliez pour Dieu, car vous feriez certainement bien mieux si c'était pour moi !"

Nous disons en second lieu : constamment. Cela non plus n'a pas besoin d'être justifié. Comment apprécierait-on la conduite d'un domestique qui serait plein d'attentions et de prévenances pour ses maîtres pendant quelques jours et qui ensuite les délaisserait pour aller s'amuser avec des camarades ? La première condition pour que son service soit bien fait, c'est d'être exactement fait, sans interruptions, sans lacunes. Ainsi doit-il en être dans le service de Dieu . Il ne demande pas un grand nombre de prières ni de pratiques. Il demande la fidélité à ces prières et à ces pratiques. Il demande encore que nous soyons bons et patients non pas quelques jours seulement mais tous les jours. Et ainsi de nos autre devoirs.

Tout cela, n'est-il pas vrai, est conforme à la raison autant qu'à la foi. C'est le bon sens qui nous dit : Puisque Dieu veut bien se contenter de peu, il faut que l'on persévère dans l'accomplissement de ce peu, et qu'on y apporte toute la perfection possible. Ainsi d'ailleurs acquerrons-nous des trésors de mérites pour le ciel.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Mer 3 Sep 2008 - 14:50

3. COMMENT ON OBTIENT UNE BONNE JOURNEE


Une bonne journée, chaque jour répétée, fait une bonne année et une sainte vie. Pour passer une bonne journée, selon Dieu, jetez, dès le matin, un coup d'oeil sur cette journée et réglez sur ce que vous ferez. C'est le meilleur moyen de ne pas être pris à l'improviste, tout étant prévenu d'avance. Ainsi donc, demandez-vous dès le matin :
Que ferai-je aujourd'hui ?

- Dans la famille, je ne laisserai pas paraître mes ennuis, mes soucis, mes déceptions, toutes choses qui ordinairement jettent comme un voile sur le visage et le rendent triste.
Je m'habituerai à sourire chaque fois que j'aborderai les miens ... S'ils sont tristes eux-mêmes, j'essayerai par mon humeur gaie et aimable, de diminuer leurs peines et de leur faire oublier leurs ennuis.

- Avec les personnes de mon rang, je m'appliquerai à me conformer à leur avis.
J'éviterai ce défaut bien désagréable de contredire les autres, et de vouloir faire dominer ses vues et ses opinions.
Quand je verrai un(e) ami(e) un peu triste, je m'efforcerai de le (la) consoler par quelques mots charitables.

- Parmi les personnes que je fréquente habituellement, il y en a pour lesquelles j'éprouve naturellement de l'antipathie; j'irai au-devant d'elles et je leur parlerai avec soumission et respect. J'éviterai surtout de les froisser par mes paroles et par mes gestes. C'est parfois un peu dur; mais où serait la charité sans ces petits sacrifices ?

- En société, je m'effacerai le plus possible . J'apporterai une attention bienveillante à ce qui se dit; je ne parlerai qu'avec réserve et discrétion .

- Quand la tentation soulèvera quelque orage en moi ou autour de moi, j'irai vite auprès du bon Dieu. Je lui dirai mes peines, je lui demanderai son secours; je le prierai de remettre l'expression de la joie sur mes traits, afin de ne pas faire souffrir ceux qui vivent avec moi.

- Mais tout cela est encore trop général, et plutôt la règle de l'ensemble de ma vie que celle d'aujourd'hui.
J'entrerai donc dans le détail de tout ce qui pourra remplir ma journée.
Je me proposerai de faire telle ou telle action, prévue le matin, sans vanité et en vue de plaire à Dieu ;
D'accomplir tel ou tel exercice de piété avec une ferveur plus grande ;
De parler avec plus de douceur avec telle personne, de ne point m'irriter contre telle autre et de fuir plus soigneusement telle ou telle occasion de péché;
De me surveiller dans telle visite pour ne pas me laisser aller à médire ;
D'éviter d'être pour ceux avec qui je dois vivre un sujet de peine ou d'impatience;
D'aller voir, pour le consoler, un ami en deuil, une pauvre famille pour l'assister;
De supporter avec calme une contrariété à laquelle je puis être exposé;
De combattre en telle occasion mon défaut dominant, etc...

Que faut-il pour réaliser cet idéal ? Un peu de bonne volonté et l'habitude de la prière. Avec le secours de Dieu, je parviendrai certainement à être ce chrétien fidèle au devoir, attentif à ne rien négliger, aimable et charitable pour le prochain.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Jeu 11 Sep 2008 - 23:11

4. L'OBEISSANCE AVANT TOUT


On ne fera jamais aucun progrès dans la vertu sans une obéissance exacte et volontaire à ceux qui ont autorité sur nous.

Vous voulez obéir à Dieu; eh bien ! Dieu dit : En obéissant à ce supérieur, c'est à moi que vous obéirez.

Nous sommes toujours portés à croire que ce que nous voulons faire vaut mieux que ce qui est commandé. C'est là une grande erreur; mais supposé même qu'il en fût ainsi, il faudrait se soumettre joyeusement à faire ce qui est moins parfait, pour ne pas perdre le mérite de l'obéissance.

Les saints les plus éminents obéissaient avec autant de docilité que de jeunes écoliers. Saint François d'Assise, étant tombé malade, disait : "Je veux être le captif de mon infirmier, autant qu'un prisonnier à qui on a lié les pieds et les mains, de façon que je ne puisse ni bouger ni faire quoi que ce soit en dehors de sa volonté."

"Obéir, a dit un Directeur, c'est aller au ciel sur les épaules d'un autre." En effet, quand on obéit, on n'a plus aucune responsabilité : elle incombe tout entière à celui qui donne les ordres.

Concluons avec l'Esprit Saint : "L'obéissance est plus agréable à Dieu que tous les sacrifices."

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Ven 12 Sep 2008 - 23:04

5. VERTUS ET DEFAUTS


Beaucoup de personnes s'imaginent que la piété consiste à réciter un grand nombre de prières, à communier souvent, à faire partie des confréries, etc.

C'est une grave erreur. Il n'y a dans tout cela que l'extérieur de la piété, mais non la piété elle-même.
La piété consiste dans la pratique des vertus chrétiennes et la correction des défauts. Devenir humble, docile, mortifié, laborieux, patient, etc., faire la guerre aux défauts opposés à ces vertus et en particulier au défaut dominant, voilà la seule vraie piété.

Cette simple définition fait comprendre combien sont déraisonnables et injustes les reproches qu'adressent les gens du monde aux personnes qu'ils qualifient de dévotes. Elles sont maussades, disent-ils, toujours de mauvaise humeur, insupportables; elles ne savent rien souffrir; ce sont des anges à l'église et des démons à la maison, etc. Que ce soit là le portrait des faux dévots, à la bonne heure; mais la personne chrétienne pieuse est forcément l'opposé de ce que disent les mondains, puisque l'essence de la piété c'est précisément d'être aimable, charitable, patient, de combattre les défauts qui nous rendent à charge aux autres, en un mot de pratiquer l'Evangile.

Sans doute il faudra , pour y parvenir, non seulement, faire de grands efforts, mais prier beaucoup, et par suite, une personne pieuse est toujours une personne adonnée à la prière; mais cette prière elle-même devra être surtout l'affaire du coeur. C'est l'élévation de l'âme vers le bon Dieu, l'union habituelle avec lui.

Donc, avant tout, faites-vous une idée bien juste de la piété et appliquez-vous sérieusement à extirper vos défauts, à acquérir les vertus chrétiennes. Pour cela, agissez toujours par esprit de foi, en ne vous proposant que de plaire à Dieu et non d'obtenir tel avantage humain, d'éviter tel désagrément... Par ce moyen, vous parviendrez infailliblement à la solide piété.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Jeu 18 Sep 2008 - 16:23

6. TOUJOURS FAIRE CE QU’ON DOIT


On ne perd pas seulement son temps, dit Fénelon, en ne faisant rien, ou en faisant mal, mais encore en faisant autre chose que ce que l’on devrait, quoique ce soit bon.
Que d’illusions sous ce rapport !
Demandez-vous souvent si vous êtes en mesure de vous rendre ce témoignage, dans le secret du cœur : « Je suis où je dois être et je fais ce que je dois faire. »
Aller à l’église, soigner les malades, visiter les indigents, tout cela est louable, mais pourvu qu’on ne le fasse pas au détriment de ce qui nous est imposé par le devoir.
Ce qui vaut mieux que les bonnes œuvres, c’est la conformité à la volonté de Dieu.
Vous avez l’habitude d’assister chaque jour à la messe, de réciter diverses prières, de porter des aumônes à vos pauvres, de travailler pour eux ; tout à coup une maladie survient et rend impossibles tous ces actes si méritoires. Qu’allez-vous faire ? Vous affliger, vous dépiter, vous plaindre d’être ainsi arrêté par votre mal et de ne pouvoir plus vaquer à vos occupations ?...
Gardez-vous-en bien. Si vous acceptez cet état comme venant de Dieu, avec une soumission toute filiale, si vous vous anéantissez dans son bon plaisir, vous gagnerez davantage que par toutes les bonnes œuvres imaginables. Votre impuissance sera pour vous une source de bénédictions. Au contraire le murmure, le défaut de patience vous feraient commettre beaucoup de fautes

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Ven 19 Sep 2008 - 18:33

7. VOIR DIEU EN TOUT


Oui, en tout, ou si vous voulez, derrière tout. C’est là le secret de la sainteté. Nous venons de le montrer quant aux maladies ; c’est également vrai pour tous les évènements et accidents.
Chaque instant de votre vie est comme un ambassadeur, qui vient à vous de la part de Dieu et vous apporte, ou un devoir à remplir, ou une peine à supporter.
Pour plaire à Dieu, il faut se borner à ce moment présent, sans penser à celui qui l’a précédé ni à celui qui doit le suivre. Il faut marcher dans cette voix toute droite, tracée par les évènements, sans regarder ni à droite ni à gauche.
Vous cherchez Dieu ? Il est dans tout ce qui vous arrive, dans tout ce qui se présente. Il vient sans cesse à vous sous le voile de ces mille imprévus journaliers. Quel bonheur pour vous si vous les accueillez comme l’expression de sa volonté et que vous travaillez paisiblement sur ces éléments toujours nouveaux, en conformité avec le bon plaisir de Dieu !

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Mar 23 Sep 2008 - 15:36

8. GARDER LA PAIX INTERIEURE


Toute notre piété ne doit tendre qu’à nous unir de plus en plus à Dieu.
Pour cela, il faut l’innocence de la vie, la pureté du cœur, l’attention à penser souvent à notre Père du ciel, à garder le recueillement et la paix.
Que de circonstances nous exposent à perdre cette bienheureuse paix ! les actions extérieures, les occupations, les sorties, les visites, les voyages, les nouvelles… Il faut sans cesse veiller sur soi, et se garder au fond du cœur une petite retraite où l’on revienne souvent s’entretenir avec Notre-Seigneur.
Puis, dès que nous devons converser avec nos semblables, soyons doublement sur nos gardes. Il est si facile de perdre la paix ! Les défauts du prochain nous choquent, nous exaspèrent ; nous voyons de toutes parts des abus et nous nous indignons. Pourtant, Dieu supporte bien tout le mal qui se commet dans le monde. Prions, mais ne nous troublons pas.
Ainsi, nous pourrons faire un peu de progrès ; nous pourrons aussi parvenir à la plus difficile des sciences : se bien connaître soi-même. Dans une eau tranquille, on distingue les moindres grains de sable, mais dans une eau trouble on ne voit plus rien. De même, si notre cœur est agité, préoccupé du prochain ou des affaires du moment, nous ne pouvons plus lire dans la conscience ; si au contraire nous sommes en paix, nous y distingueront nos moindres imperfections, condition première et essentielle de notre amendement.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Mer 24 Sep 2008 - 15:23

9. LA VRAIE BONTE


Rien ne peut jamais vous dispenser d’être bon, ce qui n’est autre chose qu’aimer le prochain, au sens de l’Evangile.
Mais que de fois l’amour-propre nous donne le change dans l’exercice de la bonté ! On se dit qu’on aime son prochain et on ne voit pas qu’à chaque instant on agit comme si on ne l’aimait pas.
Pour ne parler que du motif de cet amour , est-ce bien pour lui-même et pour plaire à Dieu que nous sommes bons, ou n’est-ce pas simplement pour nous ?
Si notre affection n’a rien à attendre en retour, si l’on s’abstient de nous flatter, si surtout on nous laisse entrevoir l’ingratitude, que devient notre bonté ?
Si le prochain a des défauts, ou même seulement quelque difformité physique, l’aimons-nous encore ?
Quelle est notre bonté envers les inférieurs et les personnes pour lesquelles nous éprouvons une antipathie instinctive ? Envers ceux qui nous ont manqué d’égards et de bienveillance, qui nous ont dénigrés, humiliés, tournés en ridicule ?
Et cependant la loi de la charité nous oblige à être bons envers toutes ces personnes, et c’est une loi fondamentale du Christianisme. Hélas ! que de personnes se figurent être très avancées dans la « dévotion », qui s’estiment même très charitables parce qu’elles donnent beaucoup aux pauvres, n’ont pas le premier degré de la charité !
Pour être charitable, il faut avoir bon cœur ; il faut savoir être indulgent, oublier les petites peines qu’on a pu nous causer, ne conserver aucun ressentiment des paroles indiscrètes ou des procédés indélicats, excuser les bévues, les maladresses, les étourderies, voire même les petites malices dont on est victime ; prêter toujours de bonnes intentions au prochain ; supporter ses mille imperfections, défauts et travers ; enfin, recommencer chaque jour à se dévouer, à se montrer serviable, complaisant, généreux, quand même on saurait n’avoir rien à attendre en retour de cette inépuisable bonté.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Mar 30 Sep 2008 - 20:26

10. QUI TROP EMBRASSE MAL ETREINT


Ce proverbe a quelquefois besoin d’être rappelé aux jeunes personnes dans les premiers temps de la ferveur.
Sous l’empire des émotions d’une retraite, parfois d’une lecture, on voudrait tout entreprendre, tout faire. C’est louable sans doute. Mais ce qu’on doit craindre, c’est de ne pas bien faire, pour vouloir trop faire.
N’oubliez pas cette parole du Maître à Marthe qui s’empressait autour de lui : « Marthe, Marthe, vous vous inquiétez et vous tourmentez de trop de choses ; or, une seule est nécessaire. »
Vous voudriez assister à tous les saluts, entendre tous les sermons, fréquenter toutes les églises où il y a quelque dévotion particulière.
Vous voudriez être de toutes les sociétés pieuses, gagner toutes les indulgences, lire tous les livres religieux, réciter toutes les prières vocales, litanies, offices, etc…
La tâche que vous vous imposez n’en finirait pas. Faites moins de choses, mais faites-les bien. Ne faites rien, en tout cas, nous l’avons déjà dit, qui ne soit réglé sur les devoirs de votre état .
Votre présence est nécessaire à la maison ? Il faut sacrifier le goût que vous auriez d’aller à l’église. On vous appelle à l’étude, à la récréation ? Remplissez de bon cœur ces devoirs, quoique votre attrait soit pour la solitude et l’oraison .
A l’égard des prières vocales, de grâce ne mettez pas votre dévotion à en murmurer un grand nombre ! Laissez à l’esprit le temps de réfléchir sur ce que la bouche prononce, et au cœur le temps de le sentir. Sinon ces longs formulaires d’invocations que vous récitez ne vous serviraient que bien peu.
Mais surtout qu’il ne vous arrive jamais, pour n’omettre aucune de vos pratiques, de négliger des devoirs, parfois même des devoirs essentiels. Que vos exercices n’empiètent jamais sur les obligations de votre état.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Dim 5 Oct 2008 - 17:40


11. LES PETITS RIENS DE CHAQUE JOUR


Voici encore un jour que le bon Dieu me donne, écrivait dans son Journal une fervente chrétienne.
Comme les saints, s’ils revenaient sur la terre, profiteraient bien d’une journée pour amasser quelques mérites de plus ! Un jour m’est donné, avec une messe, avec une communion, si je veux ; avec des pauvres à secourir, de bonnes œuvres à faire ; avec un intérieur pour me sanctifier en pratiquant la douceur, le renoncement, la patience. Dans ce petit royaume de ma maison, je puis être le missionnaire de mes enfants, de mes domestiques, qui à leur tour pourront plus tard faire du bien à d’autres. Oh ! Si j’étais saint, mon Dieu, dans quelle belle position je me trouverais ! En tout cas, je suis on ne peut mieux placé pour le devenir : il faut dès lors que je m’efforce de bien employer cette journée. Un jour n’est rien, quand on le perd ; il est tout quand on le gagne !...
« Que voulez-vous de moi aujourd’hui mon Dieu ? Que voulez-vous si ce n’est l’accomplissement de ces petits devoirs de chaque jour, dans lesquels vous avez placé ma sanctification ? De ces mille riens je ferai quelque chose, si je les fais avec amour. Apprenez-moi donc, Seigneur, à rendre sainte chaque petite action de ma vie. Que sous vos yeux je marche, je travaille, je souffre, je prenne patience. Qui m’aiderait à prendre patience, si ce n’est vous qui avez tant souffert ? Mon pauvre cœur voudrait bien avoir parfois un peu de bonheur sans mélange ; mais cela ne se peut, cela ne doit pas être, je le sais, car la terre n’est point le ciel ! Pourtant, Seigneur, si je savais m’identifier avec vous, comme avec l’ami intime de mon cœur, si je savais vous consulter, vous écouter, vous abandonner mon âme et mes préoccupations, je jouirai de la paix des saints. Seigneur, faites-moi la grâce de bien m’acquitter de tous ces petits riens dont mes journées sont remplies !... »
Tâchons de nous approprier les sentiments de cette vraie chrétienne et faisons comme elle tous nos efforts pour accomplir dans la perfection les petits riens de chaque jour.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Lun 6 Oct 2008 - 20:38

12. OUVRIR ET FERMER LES YEUX


Double règle, d’une importance très grande dans la vie spirituelle.
Sur qui ou sur quoi faut-il ouvrir les yeux ? Sur son caractère pour le réformer ; sur ses défauts pour s’en corriger ; sur ses inclinations pour les diriger. Sur tout cela les yeux doivent toujours être ouverts, car c’est toujours le moment opportun. Si vous négligez d’ouvrir ainsi les yeux, vous tomberez dans une foule de fautes sans vous en apercevoir et votre mauvaise nature gagnera chaque jour du terrain.
Donc, vigilance, pour faire le procès à tout ce qui est répréhensible, sans rien se laisser passer.

Sur qui et sur quoi faut-il fermer les yeux ? Sur le prochain et sur les actes du prochain. Ne le jugez pas, ne le critiquez pas, ne vous préoccupez pas de ce qui vous paraît répréhensible dans sa conduite, dès lors que vous n’avez pas autorité sur lui.
Et surtout, si le prochain a mal agi envers vous, fermez les yeux. Que de fois du reste notre égoïsme ou notre mauvaise humeur nous fait soupçonner chez notre frère des sentiments qu’il n’a pas !
Quelqu’un passe près de vous sans vous donner les marques habituelles de son amitié : fermez les yeux ; demain il sera redevenu aussi affectueux qu’auparavant.
On emploie à votre égard des procédés peu délicats ; on commet certaines petites injustices ; fermez les yeux : Dieu vous bénira ; vous éviterez des querelles, des rancunes et d’autres maux beaucoup plus grands que celui dont vous voudriez vous plaindre …

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Ven 10 Oct 2008 - 12:00

13. REGARDER EN HAUT


Nous sommes parfois tentés de faire une malice, une légèreté qui n’est pas sans devoir nuire au prochain et offenser Dieu. Et alors, nous regardons à droite, à gauche, devant et derrière, si personne ne nous voit.
Précautions puériles : il n’y a qu’une seule direction dans laquelle il faille regarder, et c’est celle que nous oublions, il faut regarder en haut.
Mon Dieu, qu’il est salutaire ce regard en haut, avant de commettre une faute !
Il ne l’est pas moins avant de parler, avant d’écrire, dans les affaires qui surviennent, les difficultés, les contretemps. Quelle transformation dans notre vie si nous étions fidèles à consulter Dieu avant d’agir, à nous recommander à Lui en agissant, à nous jeter dans son sein toutes les fois que l’épreuve, la maladie nous visitent, à l’appeler à notre secours dès que la tentation nous tourmente ! Que de fautes évitées ! que de chagrins écartés ! que de généreux propos mis à exécution !
Vous qui désirez sincèrement vous amender et faire le bien, adoptez cette pratique si facile et si efficace : regarder en haut !

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Ven 10 Oct 2008 - 12:01

14. NE PAS REMETTRE AU LENDEMAIN


Ne remettez pas à demain ce que vous pouvez faire aujourd’hui.
Aujourd’hui c’est le jour de l’inspiration, de la bonne résolution ; vous avez pour agir un entrain tout spécial, une grâce particulière.
Demain, vos dispositions auront complètement changé : vous douterez si l’œuvre à accomplir est utile ; vous la trouverez hérissée de difficultés, vous la renverrez à plus tard.
Ce que vous ne faites pas aujourd’hui par suite d’un peu de lâcheté, vous courez grand risque de ne pas le faire demain, de ne le faire jamais . Si vous vous décidez à le faire, vous y trouverez beaucoup plus de peine et de répugnance.
N’en doutez pas : ces pauvres réponses à un appel de la conscience : « J’y penserai … je m’en occuperai … demain, demain ! » sont inspirées par le démon. Mettez-vous à l’œuvre à l’instant même.


Dernière édition par Gratis pro Deo le Sam 11 Oct 2008 - 0:24, édité 1 fois

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Sam 11 Oct 2008 - 0:23

15. SE BIEN CONNAITRE SOI-MEME


Il y a , dit un pieux auteur, une connaissance devant laquelle chacun recule, c’est la connaissance de soi-même.
On ferme les yeux pour ne point se voir, preuve évidente qu’on a peur de se voir tel qu’on est. On ouvre au contraire les oreilles aux complaisants comme pour se rassurer contre son propre jugement.
Cette conduite n’est ni raisonnable, ni chrétienne.
Pour se bien connaître, il faut se recueillir en soi-même.
Dans une eau bien tranquille, on distingue les plus petits grains de sable, et dans la paix de l’âme, on se rend mieux compte de sa valeur personnelle. Or, s’apprécier à sa juste valeur, c’est surtout reconnaître ses défauts et ses imperfections. Si quelqu’un y contredit, c’est parce qu’il a, en dehors des défauts ordinaires, celui de ne pas vouloir les reconnaître.
C’est un grand défaut, en effet, et la plus grande imperfection, de ne pas reconnaître qu’on a beaucoup d’imperfections et de défauts.
Une chose est bien frappante : c’est de voir les saints, c’est-à-dire ce qu’il y a de plus grand sur la terre, s’estimer les derniers des hommes. Que penser après cela de quelqu’un qui se croit quelque chose, sinon qu’il n’est pas assez clairvoyant ni assez saint pour voir clair au milieu de ses misères ?
Que chacun de nous en vienne à la preuve et ne craigne pas d’entrer dans son intérieur, un flambeau à la main. Ce petit examen fera plus que tous les raisonnements. Examinez-vous aussi sévèrement que vous jugez votre semblable ; à la liste de vos péchés, ajoutez celle de vos défauts naturels, de vos bévues, de vos maladresses ; si vous vous rendez ainsi compte de l’état de votre intérieur, vous parviendrez à acquérir cette connaissance de vous-même, si précieuse et si nécessaire.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Sam 18 Oct 2008 - 13:54

16. LES SAISONS DANS LA VIE SPIRITUELLE


« Toutes les saisons, dit Saint François de Sales, se rencontrent dans notre âme. » Tantôt elle est ardente pour le bien, zélée pour la gloire de Dieu ; tantôt elle est comme indifférente et insensible. A certains moments, tout lui paraît aisé ; à d’autres tout lui pèse et lui coûte. D’une manière générale ces divers états de l’âme peuvent se ramener à deux : celui de la consolation et celui de l’épreuve.
Ce qui caractérise le premier de ces états, c’est une facilité particulière à s’acquitter des exercices de piété, un attrait prononcé pour la prière, un vif désir de la sainte communion, une absence à peu près complète de tentations violentes ou une puissance merveilleuse pour y résister, un sentiment général de paix, de joie, de bonheur, qui se traduit même extérieurement et va jusqu’à faire verser des larmes.
Le second état produit des effets tout contraires à ceux du premier. Il se manifeste par un dégoût général pour les exercices de la dévotion ; on est assailli de distractions pendant ses prières ; on ne sait plus méditer : on est froid et insensible à la communion ; l’âme est livrée au trouble et à l’inquiétude ; on éprouve des ennuis, des sécheresses, des malaises spirituels, une sorte de pesanteur pour tout ce qui regarde le service de Dieu ; on est en proie à des tentations nombreuses et importunes, surtout contre la foi, contre la confiance en Dieu, contre la pureté ; parfois même, on ressent une tristesse secrète, des angoisses dont la cause échappe et qu’on ne parvient pas à dissiper.

.../...

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Sandrine le Sam 18 Oct 2008 - 13:55

D’où proviennent ces différences si caractérisées dans les dispositions d’une même personne ?
Elles sont dues assez souvent à notre faiblesse naturelle ; « nous sommes des créatures humaines, dit l’auteur de l’Imitation, et non des anges ».
Le second état peut aussi être une épreuve ménagée par la Providence, comme il peut être une juste punition de nos infidélités et de notre tiédeur.
Remarque importante et qui doit prévenir des déceptions : Dieu accorde ordinairement une grande joie dans son service lorsqu’on commence à se donner à lui et à résister énergiquement au démon. Lorsque au contraire, on se trouve déjà affermi dans la piété, il retire peu à peu ces douceurs et ménage des croix, des aridités spirituelles, destinées à purifier et à fortifier la vertu.
Bien des personnes sont dans l’illusion par l’ignorance de cette conduite de Dieu sur les âmes. Elles s’imaginent faire merveille dans le premier état et se laissent emporter par une ferveur enthousiaste et exagérée, tandis qu’elles se découragent dans le second et croient alors que tout est perdu.
Comprenez donc bien que les consolations ne rendent pas meilleur, ni les épreuves moins agréable à Dieu. Restez calme dans les unes et dan,s les autres. Au temps de la consolation, défiez-vous de toute complaisance en vous-même : gardez-vous bien de croire que vous êtes très avancé dans les voies de la perfection et de mépriser les autres. Dans le temps de l’épreuve, ne vous affligez pas, ne vous dépitez pas ; n’allez pas croire que vous soyez impropre à la piété ou que jamais plus vous ne connaîtrez la ferveur sensible. C’est un nuage qui obscurcit pour vous le soleil, mais le nuage passera.
Observez bien les recommandations suivantes pendant ces moments parfois si pénibles : 1) prier quand même, quelque dégoût que vous éprouviez pour la prière ; ne rien retrancher à vos exercices spirituels ; ne faire ni une confession ni une communion de moins ; 2) résister fortement aux tentations, sans scrupule toutefois s’il vous semble que la nature soit de connivence avec le démon ; 3) si c’est possible, recourir au directeur spirituel et suivre ses avis.
Inutile d’ajouter que vous ne devez jamais juger de votre progrès spirituel par le plus ou moins de consolations sensibles que vous recevez, ni par l’absence momentanée des tentations, mais par votre fidélité au devoir, votre correspondance à la grâce, votre zèle à éviter les moindres fautes.

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petits conseils de direction

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:20


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum