Imprimatur et Nihil obstat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Imprimatur et Nihil obstat

Message  Invité le Ven 6 Fév 2009 - 20:46

Bonjour,

Je suis à la recherche de la signification précise de l'Imprimatur et du Nihil obstat. J'aimerais particulièrement savoir si ça couvre tout ce qui est dit dans un livre, quel qu'en soit le sujet : politique, éducation, morale, doctrine etc... J'ai fait une rapide recherche dans mon CIC informatique, mais je n'ai trouvé aucun de ces termes, je suppose donc qu'il faut chercher ailleurs, mais je ne sais pas où...

Merci d'éclairer ma lanterne. Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Carolus.Magnus.Imperator. le Sam 7 Fév 2009 - 17:10

Voici ce que j'ai trouvé à ce sujet :


Chanoine Cyrille Labrecque, CONSULTATIONS THÉOLOGIQUES, p.623-624, Québec, 1945 a écrit:


IMPRIMATUR ET INDEX

Q. - Comment se fait-il que certains livres pourvus de l'imprimatur soient néanmoins frappé par l'index ?

R. - La raison première, c'est que ni les auteurs ni les censeurs de ces livres ne sont infaillibles : ils on pu, et ils ont dû se tromper de quelque manière et se tromper sérieusement.

Expliquons. L'ordinaire du lieu ne saurait examiner par lui-même tous les écrits qui tiennent à paraître : trop de devoirs prennent déjà son temps. Il doit donc confier à d'autres cette tâche importante, conformément aux indications du droit canonique. Il accordera l'imprimatur, lui, mais après seulement que le travail présenté aura reçu d'un théologien, officiellement censeur, le nihil obstat. On sait que nihil obstat veut dire : Il n'existe aucune raison obstante, rien n'empêche (que l'ouvrage soit publié); c'est-à-dire, au fond : Il ne se rencontre dans l'ouvrage rien de contraire à l'enseignement ni à la pensée ni à la discipline de l'Église.

Or, il peut arriver, il arrive parfois qu'une erreur doctrinale, entrée discrètement dans l'écrit, échappe à l'attention du censeur, lequel a bien le droit d'être un peu distrait ou même d'être trop peu perspicace ! Il arrive que le censeur, à la suite de l'auteur, commette, d'une façon accidentelle sans doute, un manque de jugement; qu'il regarde comme vérités bienfaisantes des propositions audacieuses et offensantes: qui peut se flatter d'voir un jugement indéfectible ? Il arrive que le censeur partage avec l'auteur de l'écrit, tous deux de bonne foi peut-être, des doctrines erronées, qu'ils suivent l'un et l'autre des tendances dangereuses, qu'ils cèdent à des courants malsains, capables d'empester les esprits, et même qu'ils y ajoutent de la force ... On voit de tout cela, tout cela étant humain: errare humanum est.

En pareils cas et autres encore, l'imprimatur sera peut-être donné, si rien par ailleurs n'a mis l'ordinaire sur ses gardes; et la chose pourra se produire sans qu'il lui doive revenir du discrédit. Il ne se sera rendu coupable d'aucune négligence, le contrôle aura été exercé selon les règles canoniques, mais ... Il y a un mais, un mais qui implique quelque part, hors de l'ordinaire, une défectuosité insoupçonnée :distraction, méprise, insuffisance doctrinale, déformation de l'esprit, que sais-je encore ? C'est ainsi qu'a paru, muni de l'imprimatur, tel article, telle étude, tel ouvrage infecté soit de naturalisme, soit de libéralisme, soit de modernisme, soit de communisme, soit de ... . Et voilà donc que le livre a vu le jour et voici que le livre attrape les coups étourdissants de l'index ! L'erreur est assommée, la vérité resplendit dans son éternelle jeunesse.

Serait-ce à dire que l'imprimatur n'a pas d'utilité ? Non, loin de là ! En tête de l'écrit, il ne signifie pas l'absence de tout point faible, de toute inexactitude, de tout reproche, il donne néanmoins une garantie efficace d'orthodoxie : c'est par exception, en effet, exception tès rare, qu'une oeuvre pourvue de l'imprimatur porte de ces défauts graves qui attirent les condamnations de Rome.

Ne nous étonnons pas trop des mises à l'index, croyons à la sagesse de la loi qui exige l'imprimatur.


Dernière édition par Karl der Große le Sam 7 Fév 2009 - 20:32, édité 1 fois

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 23/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Carolus.Magnus.Imperator. le Sam 7 Fév 2009 - 18:12

OK voilà !

J'ai fait ma petite enquête canonique ...

Je vais poster ce que j'ai trouvé un peu plus tard !

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 23/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Carolus.Magnus.Imperator. le Sam 7 Fév 2009 - 20:19

Mars a écrit:J'ai fait une rapide recherche dans mon CIC informatique, mais je n'ai trouvé aucun de ces termes, je suppose donc qu'il faut chercher ailleurs, mais je ne sais pas où...

Mars n'a rien pu trouver dans le CIC probablement parce qu'il a tenté une recherche automatique en entrant les mots "Imprimatur" et "Nihil obstat" qui ne figurent pas, en tant que tels, dans le code ...

C'est le canon 1393 qui régit les imprimatur et les nihil obstat !


Can. 1393

§ 1 Dans toutes les curies épiscopales il doit y avoir des censeurs d’office pour examiner ce qui aurait lieu d’être publié

§ 2 Dans l’accomplissement de leur office, faisant abstraction de toute acception de personnes, les examinateurs doivent avoir seulement en vue les dogmes de l’Église et la doctrine commune des catholiques, qui est contenue dans les décrets des conciles généraux, les Constitutions du Siège apostolique ou ses prescriptions, de même que dans le consentement des docteurs approuvés.

§ 3 Les censeurs seront choisis dans les deux clergés, recommandés par leur âge, leur érudition, leur prudence; ils devront tenir un juste milieu entre l’approbation et la condamnation des doctrines.

§ 4 Le censeur doit donner son avis par écrit. S’il est favorable, l’Ordinaire donne pouvoir d’éditer, en le faisant précéder du jugement du censeur et de son nom. Dans des circonstances extraordinaires, c’est-à-dire très rares, au jugement de l’Ordinaire, la mention du censeur pourra être omise.

§ 5 Le nom du censeur n’est jamais révélé aux auteurs avant qu’il ait produit un avis favorable.


De ce qu'il resort de ce canon, il s'ensuit qu'il doit y avoir un groupe de censeurs dans chacune des curies épiscopales et que le censeur doit être choisi par l'Ordinaire du lieu ...

R. Naz, TRAITÉ DE DROIT CANONIQUE, t.III, p.170, °203 a écrit: - Can. 1393

[...]

Le can. 1393 prévoit que dans chaque diocèse un corps de censeurs doit être constitué, choisi dans le clergé tant régulier que séculier et composé d'hommes recommandables par leur âge, leur science, leur prudence et leur équilibre.

L'Ordinaire choisit parmi eux celui auquel sera confié l'examen de l'ouvrage proposé, et son nom ne sera révélé que s'il donne un avis favorable à la publication. Le censeur ne se laissera aller à aucune acception de personnes, n'ayant qu'un souci : vérifier si dans l'ouvrage la doctrine officielle de l'Église est respectée. Il peut demander des corrections. Il termine l'examen en donnant son avis qui peut être formulé simplement par ces mots : Nihil obstat.

En ce cas, l'avis considéré comme favorable est suivi de la permission d'imprimer ou Imprimatur.

Le Nihil obstat n'est aucunement un acte du St. Siège, mais seulement le sceau d'un censeur nommé par l'Ordinaire du lieu afin de vérifier l'ouvrage ... voilà donc pourquoi il est donc possible de retrouver un livre avec imprimatur et nihil obstat condamné par l'index !

Et le R.P. Augustine en rajoute :

R.P. augustine, A COMMENTARY ON THE NEW CODE OF CANON LAW, t.6, p.452 a écrit:

CENSEURS DIOCÉSIENS

Can. 1393

Le censeur doit donner son verdict par écrit. Si le verdict est favorable, l'Ordinaire pourra donner sa permission de publication (i.e., l'imprimatur), laquelle doit être précédée du verdict du censeur (le "Nihil obstat") et sa signature.

[...]

Nous devons citer, ici, une remarque prise de "Sacrorum antistitum", nommément parlant, le titre de censeur n'a aucune valeur juridique ou canonique, et n'a aucun appuie en faveur de l'opinion personnelle de celui mis officiellement en confiance pour cette charge. Donc, si le censeur commet une erreur, l'auteur n'a aucune guarantie de par le "Nihil obstat" que son livre ne sera pas mis à l'index.


Dès lors, on comprend mieux ce que le Chanoine Labrecque affirmait :

Chanoine Cyrille Labrecque, CONSULTATIONS THÉOLOGIQUES, p.623-624, Québec, 1945 a écrit:

Or, il peut arriver, il arrive parfois qu'une erreur doctrinale, entrée discrètement dans l'écrit, échappe à l'attention du censeur, lequel a bien le droit d'être un peu distrait ou même d'être trop peu perspicace ! Il arrive que le censeur, à la suite de l'auteur, commette, d'une façon accidentelle sans doute, un manque de jugement; qu'il regarde comme vérités bienfaisantes des propositions audacieuses et offensantes: qui peut se flatter d'voir un jugement indéfectible ? Il arrive que le censeur partage avec l'auteur de l'écrit, tous deux de bonne foi peut-être, des doctrines erronées, qu'ils suivent l'un et l'autre des tendances dangereuses, qu'ils cèdent à des courants malsains, capables d'empester les esprits, et même qu'ils y ajoutent de la force ... On voit de tout cela, tout cela étant humain: errare humanum est.

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 23/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Carolus.Magnus.Imperator. le Sam 7 Fév 2009 - 20:50

Ad Patres a écrit:Enfin, ce n'est que de cette façon que puisse m'expliquer que nombre de livres paraissent avec Imprimatur mais sans Nihil obstat ...

La réponse est peut-être ici :

Can. 1393

§ 1 Dans toutes les curies épiscopales il doit y avoir des censeurs d’office pour examiner ce qui aurait lieu d’être publié

§ 2 Dans l’accomplissement de leur office, faisant abstraction de toute acception de personnes, les examinateurs doivent avoir seulement en vue les dogmes de l’Église et la doctrine commune des catholiques, qui est contenue dans les décrets des conciles généraux, les Constitutions du Siège apostolique ou ses prescriptions, de même que dans le consentement des docteurs approuvés.

§ 3 Les censeurs seront choisis dans les deux clergés, recommandés par leur âge, leur érudition, leur prudence; ils devront tenir un juste milieu entre l’approbation et la condamnation des doctrines.

§ 4 Le censeur doit donner son avis par écrit. S’il est favorable, l’Ordinaire donne pouvoir d’éditer, en le faisant précéder du jugement du censeur et de son nom. Dans des circonstances extraordinaires, c’est-à-dire très rares, au jugement de l’Ordinaire, la mention du censeur pourra être omise.

§ 5 Le nom du censeur n’est jamais révélé aux auteurs avant qu’il ait produit un avis favorable.


Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 23/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Invité le Sam 7 Fév 2009 - 21:19

Ah ! Et bien merci beaucoup d'avoir recherché pour moi, je n'ai pas de manuel du chanoine Naz... Et si un ouvrage est passé par la Congrégation de l'Index, y a-t-il alors un autre sceau d'approbation si le livre n'est pas mis à l'index ? J'imagine que tous les livres avec Imprimatur et Nihil obstat ne passent pas par cette congrégation, alors comment être certain des doctrines d'un tel ouvrage ? Pour Le libéralisme est un péché par exemple, il y a en introduction une lettre des lecteurs de l'Index, mais c'est la seule chose qu'on puisse trouver ?


Dernière édition par Mars le Sam 7 Fév 2009 - 21:29, édité 2 fois (Raison : grammaire défaillante)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Carolus.Magnus.Imperator. le Sam 7 Fév 2009 - 21:33

Mars a écrit:Ah ! Et bien merci beaucoup d'avoir recherché pour moi, je n'ai pas de manuel du chanoine Naz... Et si un ouvrage est passé par la Congrégation de l'Index, y a-t-il alors un autre sceau d'approbation si le livre n'est pas mis à l'index ?

Je ne sais pas ... je vérifierai !

Mars a écrit: J'imagine que tous les livres avec Imprimatur et Nihil obstat ne passe pas par cette congrégation, alors comment être certain des doctrines d'un tel ouvrage ? Pour Le libéralisme est un péché par exemple, il y a en introduction une lettre des lecteurs de l'Index, mais c'est la seule chose qu'on puisse trouver ?

Personnellement, je crois que l'imprimatur et le nihil obstat ne change pas grand chose ...

Il s'agit simplement qu'il y ait un censeur tordu et un ordinaire tordu (comme il y en avait déjà bien avant VII) pour donner l'imprimatur et le nihil obstat à un livre entâché d'hérésies ...

Il y a d'ailleurs déjà eu une contoverse à ce sujet sur le forum Micael quand un intervenant avait posté de bonne foi des extraits d'un livre plutôt hérétique ayant ... l'imprimatur et le nihil obstat !

http://www.phpbbserver.com/micael/viewtopic.php?mforum=micael&t=308&postdays=0&postorder=asc&start=0&mforum=micael

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 23/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  gabrielle le Sam 21 Fév 2009 - 19:13

Peut-on retracer depuis quelle année l'imprimatur ou le nihil obstat existe.

On se rend compte, que de vieux livres début 1800 ne portes pas d'imprimatur.

Merci

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Eric le Sam 21 Fév 2009 - 19:54

Torquemada a écrit:Peut-on retracer depuis quelle année l'imprimatur ou le nihil obstat existe.

On se rend compte, que de vieux livres début 1800 ne portent pas d'imprimatur.

Merci
Effectivement et j'ai remarqué le même fait sur des livres beaucoup plus "récents" (fin 19e, début 20e).
Ceux-ci ne possèdent qu'une ou plusieurs approbations en leurs premières pages ...
C'est pourquoi je ne serais pas étonné du tout que cette norme (Imprimatur, Nihil obstat) fut imposée par le CIC 17 . Question

Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  ROBERT. le Jeu 18 Nov 2010 - 3:55

Eric a écrit:
Torquemada a écrit:Peut-on retracer depuis quelle année l'imprimatur ou le nihil obstat existe.

On se rend compte, que de vieux livres début 1800 ne portent pas d'imprimatur.

Merci
Effectivement et j'ai remarqué le même fait sur des livres beaucoup plus "récents" (fin 19e, début 20e).
Ceux-ci ne possèdent qu'une ou plusieurs approbations en leurs premières pages ...
C'est pourquoi je ne serais pas étonné du tout que cette norme (Imprimatur, Nihil obstat) fut imposée par le CIC 17 . Question

Bonjour Éric! Avez-vous eu d'autres nouvelles à ce sujet ?
.

ROBERT.

Nombre de messages : 896
Date d'inscription : 22/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Catherine le Jeu 18 Nov 2010 - 10:08

Autre chose:

Il n'est pas impossible que, dès avant VII, il y ait eu dans la vraie Eglise des infiltrés (tel Rampolla) ....

Alors, si des évêques infiltrés donnaient l'imprimatur, ça pose un problème, non?

Catherine

Nombre de messages : 713
Age : 31
Date d'inscription : 14/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Diane le Jeu 18 Nov 2010 - 16:48

Catherine a écrit:Autre chose:

Il n'est pas impossible que, dès avant VII, il y ait eu dans la vraie Eglise des infiltrés (tel Rampolla) ....

Alors, si des évêques infiltrés donnaient l'imprimatur, ça pose un problème, non?

En plein dans le mille, ma chère Catherine, c'est pourquoi nous trouvons tant de contradiction entre les auteurs!

La Fra maçonnerie, ça fait longtemps qu'elle s'est infiltrée dans l'Église, et ça fait des lunes qu’elles occupent les plus hauts postes!

Maintenant, à quel auteur se fier ?

Diane

Nombre de messages : 2463
Date d'inscription : 17/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Louis le Lun 22 Nov 2010 - 1:18

Catherine a écrit:Autre chose:

Il n'est pas impossible que, dès avant VII, il y ait eu dans la vraie Eglise des infiltrés (tel Rampolla) ....

Alors, si des évêques infiltrés donnaient l'imprimatur, ça pose un problème, non?

Diane a écrit:
Catherine a écrit:Autre chose:

Il n'est pas impossible que, dès avant VII, il y ait eu dans la vraie Eglise des infiltrés (tel Rampolla) ....

Alors, si des évêques infiltrés donnaient l'imprimatur, ça pose un problème, non?

En plein dans le mille, ma chère Catherine, c'est pourquoi nous trouvons tant de contradiction entre les auteurs!

La Fra maçonnerie, ça fait longtemps qu'elle s'est infiltrée dans l'Église, et ça fait des lunes qu’elles occupent les plus hauts postes!

Maintenant, à quel auteur se fier ?

Bien le bonjour, voici ce que le Pape Saint Pie X , disait en septembre 1907 dans son Encyclique Pascendi Dominici Gregis qui condamnait les erreurs du Modernisme :

Pascendi, no. 69 a écrit:
Ne vous laissez pas arrêter, Vénérables Frères, au fait que l'auteur a pu obtenir d'ailleurs l'Imprimatur : cet Imprimatur peut être apocryphe, ou il a pu être accordé sur examen inattentif, ou encore par trop de bienveillance ou de confiance à l'égard de l'auteur, ce qui arrive peut-être quelquefois dans les Ordres religieux. Puis, le même aliment ne convient pas à tous : de même, un livre inoffensif dans un endroit peut, au contraire, à raison des circonstances, être fort nuisible dans un autre.

Si donc l'Évêque, après avoir pris l'avis d'hommes prudents, juge nécessaire de censurer dans son diocèse quelque livre de ce genre, qu'il le fasse, Nous lui en donnons très volontiers la faculté, Nous lui en imposons même l'obligation. La chose, naturellement, doit se faire avec prudence, en restreignant la prohibition, si cela suffit, au clergé : restriction, en tout cas, que ne prendront jamais pour eux les libraires, dont c'est le devoir de retirer purement et simplement de la vente les ouvrages condamnés par l'évêque.




Louis

Nombre de messages : 276
Date d'inscription : 19/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Catherine le Lun 22 Nov 2010 - 10:57

Merci Louis! Voici qui éclaire bien le sujet, en effet! sunny

Catherine

Nombre de messages : 713
Age : 31
Date d'inscription : 14/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Imprimatur et Nihil obstat

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:17


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum