Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Invité le Sam 31 Jan 2009 - 21:20

Puisque nous allons parler du Droit Canon (CIC 1917, le seul évidemment), il me semble important de revenir dans un premier temps sur la Lettre et l'Esprit afin de clarifier les choses. Si l'une peut tuer et l'autre sauver, il me parait important de bien comprendre les deux.

J'ai essayé de structurer mes idées pour les clarifier le plus possible, désolé pour l'apparence très magistrale de la présentation. Elle n'est là que pour aider à séparer proprement les différentes idées exposées ici.

Bien entendu, je suis à la recherche de tout auteur d'autorité ayant traité ces questions.



I. Lettre et Esprit

Si je m'étends un peu sur ce qui va suivre, c'est parce que je cherche l'esprit de la lettre qui est celui de l'Eglise. Je ne cherche pas à me passer de telle ou telle loi suivant mon bon plaisir.

1. Essai de définition

- La lettre est le texte en lui-même, séparé de son auteur, de son époque, de son contexte historique, social ou religieux, de la volonté du législateur et de toute interprétation ou explication. Bref, c'est le texte nu.
- L'esprit est l'intention du législateur à travers le texte. C'est le sens qu'il veut lui donner en vue de son application avec le but qu'il s'est fixé en légiférant.


2. Légitimité de rechercher l'esprit de la lettre

Le fait que des exégètes et des commentateurs aient expliqué les textes sacrés, que ce soient les psaumes, les Evangiles, le Droit Canon ou les autres écrits sacrés montre bien qu'il n'est pas interdit de chercher à comprendre comment appliquer la lettre dans l'esprit du législateur. L'Eglise s'est en effet appuyée sur les écrits de personnes faisant autorité par la justesse de leur vue dans ces domaines.
Il est donc légitime de chercher l'esprit d'une loi.


3. Nécessité de rechercher l'esprit de la lettre

Si des commentateurs ont commenté les textes de loi (par exemple, le chanoine Naz dont on a parlé récemment), c'est bien qu'il y a un besion de comprendre l'esprit d'une loi pour ne pas l'appliquer faussement. C'est donc une nécessité pour ne pas transgresser l'esprit de la loi.


4. Autre nécessité de rechercher l'esprit de la lettre

Notre Seigneur nous enseignant que la lettre tue et que l'esprit vivifie, il semble obligatoire de devoir rechercher l'esprit de la lettre, afin de ne pas appliquer une loi dans le sens opposé à celui voulu par le législateur en se limitant à la lettre. C'est ce que ne comprirent pas les pharisiens, qui pourtant appliquaient la loi. Cependant, leur application n'était pas parfaite et elle était même viciée car ils avaient vidé la loi de son esprit, et donc de sa substance.
La recherche de l'esprit est donc non une option, mais une obligation.


5. Exemple

Comment par exemple, pourrait-on appliquer la loi disant qu'il faut s'arracher un oeil ou se couper une main si l'un ou l'autre nous a fait pêcher ? Comment appliquer également le fait que notre main droite doit ignorer ce que fait notre main gauche ? Et pourtant, la lettre voudrait que nous le fassions.
L'esprit est donc indispensable.



II. Les législations

1. Le but de l'esprit de toute législation de l'Eglise.

Quel est le but de l'Eglise quant à nos âmes ? Les amener au Ciel, ça parait évident, puisqu'on imagine mal le Saint-Esprit guider le Pape dans un autre but. Il parait donc tout aussi évident que l'esprit de toute loi est de nous aider à faire notre salut.

2. Degrés des différentes législations

Pour faire simple, distinguons 3 types de lois :
- La loi naturelle, inscrite en chacun de nous, qu'on ne peut qu'appliquer.
- La loi divine qu'on doit également appliquer.
- Les autres types de lois, dont la création, la modification ou l'abrogation est soumise à la volonté du législateur. Dans le cadre des lois ecclésiastiques, le but de ces lois n'est donc autre que le salut des âmes.

C'est de ce troisième type de loi qu'on trouve entre autres dans le CIC 1917 dont il sera question ici.



III. Le Droit Canon

1. Compréhension de la majorité des canons

Comme me faisait remarquer Ad Patres, et chose avec laquelle je suis parfaitement d'accord, il faut souvent, pour bien comprendre l'esprit du législateur pour un canon donné, se reporter au contexte dans lequel cette loi a été écrite. Contexte historique, politique, religieux, social etc, de l'époque. Ca donne un sens à un texte de loi qui sans ça, pourrait paraitre incongru. Le fait de rattacher un canon à son contexte permet de comprendre le but du législateur ayant promulgué la loi, et par là l'esprit de cette loi, ce qui permet de l'appliquer au mieux, selon l'esprit de l'Eglise.
Une preuve que la volonté du législateur et donc l'esprit surpasse la lettre de la loi est que, contrairement à ce que prétendent les modernistes, certaines lois changèrent pour s'adapter aux temps et aux lieux. On l'a vu récemment avec l'exemple du mariage.


2. Lois qui y semblent y faire exception

Encore une fois d'accord avec Ad Patres, certains textes de lois, comme la bulle de Paul VI Cum Ex Apostolatus (15 février 1559), semblent non pas inopportuns, mais étranges voire incongrus à leur époque. Ca pose question. Pourquoi un tel texte fut-il publié, et repris en annexe du CIC 1917 ? Il convient donc de rechercher l'esprit d'une telle loi non dans le contexte historique dans laquelle elle fut publiée, mais dans la volonté-même de son auteur.



IV. Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

C'est la question que l'on m'a posée. Je précise encore une fois, loin de moi le fait de vouloir enseigner que l'on peut désobéir pour le plaisir à ci ou à ça parce qu'il n'y a plus d'autorité légitime. La question est de savoir si Dieu, dans sa Sagesse, a fait définir l'ensemble des lois du CIC 1917 avant ce qui nous arrive aujourd'hui dans le but spécial qu'il nous procure un recours absolu et une ligne à suivre spécialement dans notre temps. En fait, si l'on me passe l'expression, le CIC 1917 est-il "étudié pour", dans le contexte de notre époque ?

Personnellement, je pense que non, pour plusieurs raisons :

- Ces lois ont été définies dans une Eglise en ordre, donc faites spécialement pour ce contexte et non pour ce que nous vivons aujourd'hui.
Deux choses appuient celà :
a. On utilise des lois dont l'application a été prévue à la base pour d'autres temps que les nôtres. Quelle autorité peut donc affirmer que nous sommes encore dans l'esprit de ces lois ? Etait-ce l'intention du législateur que d'appliquer ces lois à nos jours ?
b. Des lois ont varié au cours du temps, abrogeant et allant à l'encontre de lois précédentes. Ca montre que l'Eglise a adapté ses lois aux exigences des époques (argument anti-moderniste encore une fois). C'est devenu aujourd'hui impossible du fait de l'absence d'autorité légitime. Qui pourra me dire alors que toutes les lois sont encore adaptées ?

- Pour notre malheur, certaines lois sont devenues inappliquables aujourd'hui, du fait qu'elles se rapportent à ce que nous ne connaissons plus : des évêques, des chanoines, des curés, des vicaires, et diverses instances juridiques de l'Eglise par exemple. Pourquoi seraient-elles là si elles étaient spécialement faites pour notre temps ?

Par contre, certaines lois le sont, comme la Bulle de Paul IV dont j'ai parlé : on est dans une situation où son application est justifiée. Comme par hasard, ce n'était pas une loi faite pour son époque. Mais on ne cesse de l'appliquer aujourd'hui, ce qui veut dire qu'une telle loi était bien faite pour maintenant.



Conclusion

Je pense que ce tableau met en évidence un fait : sans autorité, nous sommes aveugles et livrés à notre faiblesse. Si l'on avait pu se passer d'une autorité au long des siècles, le Saint-Esprit n'aurait pas "pris la peine" de guider infailliblement Pierre et ses successeurs pour la survie de son Eglise. Donc que la Vérité soit dure à voir, ça parait évident. D'où le nombre de questions épineuses à démêler.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Carolus.Magnus.Imperator. le Sam 31 Jan 2009 - 21:54

Mars a écrit:Quelle autorité peut donc affirmer que nous sommes encore dans l'esprit de ces lois ?

... et quelle autorité peut affirmer que nous ne sommes plus dans l'esprit de ces lois, Mars ?

Voici d'ailleurs (à titre d'exemple) ce que ce même satané droit canon stipule pour ceux qui doute qu'une loi préexistante ait été abrogée ou non par le CIC 1917 :

Can. 23

En cas de doute, la révocation d’une loi préexistante n’est pas présumée, mais ces lois plus récentes doivent être rapprochées des lois plus anciennes, et autant que possible conciliées avec elles.

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 23/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Eric le Sam 31 Jan 2009 - 23:51

Karl der Große a écrit:
Le CIC 17 a dit :
Can. 23
En cas de doute, la révocation d’une loi préexistante n’est pas présumée, mais ces lois plus récentes doivent être rapprochées des lois plus anciennes, et autant que possible conciliées avec elles.
C'est une évidence ...
Mais si (prenons un exemple) Pie XII avait promulgué un nouveau code (et il en aurait eu le droit, bien sûr) et que dans ce nouveau code ne figurait plus, comme dans le CIC 17, le rappel (dans les canons ou même, simplement, dans les fontes) de la bulle Paul IV, alors cette bulle, a priori, n'aurait plus aujourd'hui "force de loi" ...

C'est justement ce qu'essaye de nous faire croire et avaler les Frat type ab Boulet ... (entre autres)
Ils disent: la bulle Paul IV a été abrogée !
Nous leur répondons que puisqu'elle est reprise par le CIC 17, elle ne peut être abrogée et a donc toujours force de loi !
Mais ils s'assoient, comme beaucoup, sur LE code ...
Enfin ... quand cela les arrange, bien sûr ! (la religion à la carte ...)

Pourquoi je dis et maintiens que le CIC 17 a été rédigé pour notre temps ?
Non seulement parce que c'est le dernier Saint Pape qui en a exigé la rédaction.
NON ! Pas SEULEMENT pour cela ...
Mais surtout, parce que c'est dans la tempête et dans la nuit qu'un bateau a besoin d'un phare !
Pas lorsque la mer est belle et qu'il fait grand jour ...
C'est quand l'homme n'y voit plus dans les ténèbres, qu'il a besoin d'une VRAIE lumière !

Or, la lumière apportée par LE code, sur notre époque de ténèbres, est d'une puissance et d'une valeur inestimable !

C'est pourquoi, les Frat, et tant d'autres, fuient et haïssent LE code comme le diable fuit et hait la lumière !

Ceci dit, j'aimerais savoir quel usage peut faire (aujourd'hui), selon toi, un catholique du CIC 17 ... ???

Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Carolus.Magnus.Imperator. le Dim 1 Fév 2009 - 2:14

Voici d'ailleurs un commentaire du canon 23 :

R.P Chas. Augustine, A COMMENTARY ON THE NEW CODE OF CANON LAW, t.1, p.104, Herder, 1918 a écrit:Ce canon exprime la loi de la continuité dans la législation de l'Église. Il serait injuste de supposer, tel qu'il le fut étrangement souvent, que le nouveau Code naquit telle une Deus ex machina et qu'un mur insurmontable se serait érigé entre le Corpus juris Canonici (dans le sens le plus large) et le Code. Les sources (fontes) citées démontreront cette continuité de la législation.

Carolus.Magnus.Imperator.

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 23/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Eric le Mar 3 Fév 2009 - 0:57

Mars a écrit :
On utilise des lois dont l'application a été prévue à la base pour d'autres temps que les nôtres.
Mars, cette réflexion part, à la base, d'une mauvaise connaissance de ce qu'est le CIC 17 et à partir de quoi il fut rédigé ...
S'il fallait soutenir ta thèse, il faudrait dire aussi que, déjà, en 1918 (année de promulgation) les canons du code étaient dépassés !

Mars a écrit :
Quelle autorité peut donc affirmer que nous sommes encore dans l'esprit de ces lois ?
Bah ...
... jusqu'à preuve du contraire, L'AUTORITE SUPREME, à moins de considérer comme valable le "droit 83" ...

Benoît XV, Providentissima Mater Ecclesia
« C’est pourquoi, ayant invoqué le secours de la grâce divine, appuyé sur l’autorité des bienheureux Apôtres Pierre
et Paul, de Notre propre mouvement, de science certaine, dans la plénitude du pouvoir apostolique auquel Nous
avons été élevé, par cette Constitution présente que Nous voulons perpétuellement valable, Nous promulguons le
présent Code tel qu’il a été rédigé et Nous décrétons et ordonnons qu’il a désormais force de loi pour toute l’Église
et en confions la conservation à votre soin et à votre vigilance […] Qu’il ne soit permis à personne absolument d’enfreindre cette page présente de Notre Constitution, ordonnance, délimitation, suppression, dérogation et volonté aussi expresse que possible, et de s’y opposer avec témérité. Si quelqu’un avait la présomption d’y attenter, qu’il se sache encourir l’indignation du Dieu tout-puissant et de ses bienheureux Apôtres Pierre et Paul. »
Je reitére ma question:
Ceci dit, j'aimerais savoir quel usage peut faire (aujourd'hui), selon toi, un catholique du CIC 17 ... ???

Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  gabrielle le Mar 3 Fév 2009 - 3:01

Le Code de Droit canonique est de tout temps, puisqu'il est le seul que l'Église catholique ait promulgué.

Ce que l'on peut en faire de nos jours, deux choses:

Primo: le tordre et lui faire dire ce qu'il ne dit ps.

Secundo: S'en servir avec un esprit de soumission filial à notre Sainte Mère, et projeter une lumière vive sur les ténèbres qui rêgnent aujourd'hui.

Certes, il faut de la prudence dans l'interprétation des canons, avoir de bon livres où des canonistes expérimenté ont donner leur commentaire, avec cela Dieu aidant, eh bien ! on s'en sort...

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Eric le Mar 3 Fév 2009 - 3:21

Torquemada a écrit:
(...)
Ce que l'on peut en faire de nos jours, deux choses:

Primo: le tordre et lui faire dire ce qu'il ne dit pas.

Secundo: S'en servir avec un esprit de soumission filial à notre Sainte Mère, et projeter une lumière vive sur les ténèbres qui rêgnent aujourd'hui.
(...)
... Tertio: "L'étouffer" complètement (ou en grande partie) afin de le faire taire définitivement ...
(solution Frat, entre autre ...) Very Happy
Ah, non ... pardon! C'est vrai que la question concernait "l'usage que peut en faire" un CATHOLIQUE ...

Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  gabrielle le Mar 3 Fév 2009 - 19:44

Ad Patres a écrit:Tertio: "L'étouffer" complètement (ou en grande partie) afin de le faire taire définitivement ... (solution Frat, entre autre ...) Very Happy
Ah, non ... pardon! C'est vrai que la question concernait "l'usage que peut en faire" un CATHOLIQUE ...


cheers Embarassed il nous faut craindre une infraction au canon des règlements de Deo Juvante...


On recommencera plus, c'est promis Monsieur l'administrateur..... Very Happy

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  gabrielle le Mar 3 Fév 2009 - 19:59

Plus sérieusement, je pense Mars, que vous vous bornez au code de droit, sans ouvrir votre esprit à tout l'enseignement de la Sainte Église.

Prenons, un cas parmi tant d'autres l'assistance aux messes una cum, il existe des documents pontificaux sur les prêtres jureurs, dont les unacumistes sont les jumeaux, alors, quelle autorité peut invoquer celui qui se retrouve chez les unacumistes.... ?

Une morale de situation , ( condamnée par Pie XII). Il joue le jeu de la praxis communisme, soit une situation de terrain en évacuant toutes formes de raélitées et vérités stables et immuables.

Conclusion, Dieu et cela est impossible de par sa nature même ne peut nous laisser plonger dans la noirceur. Ceux qui s'y trouvent soit ils n'ont pas pris le temps d'étudier, soit, ils ne veulent pas de la Vérité.

Soutenir que cela vient de Dieu est un blasphème

gabrielle

Nombre de messages : 2042
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Sandrine le Mar 3 Fév 2009 - 20:30

Torquemada a écrit:
Ad Patres a écrit:Tertio: "L'étouffer" complètement (ou en grande partie) afin de le faire taire définitivement ... (solution Frat, entre autre ...) Very Happy
Ah, non ... pardon! C'est vrai que la question concernait "l'usage que peut en faire" un CATHOLIQUE ...


cheers Embarassed il nous faut craindre une infraction au canon des règlements de Deo Juvante...


On recommencera plus, c'est promis Monsieur l'administrateur..... Very Happy

Oh je crois que Monsieur l'administrateur n'y voit aucun mal ... Very Happy

D'ailleurs saint François de Sales est un exemple à suivre à ce propos. Ce même saint François connu par sa délicatesse et son admirable mansuétude et douceur pardonnait les injures des hérétiques de son époque, il les comblait de bienfaits, il alla même jusqu'à sauver la vie de ceux qui avaient attenté à la sienne jusqu'à dire à un de ses adversaires : «  Si vous m'arrachiez un oeil, je ne laisserais pas avec l'autre de vous regarder comme un frère ».

Mais un jour, interrogé par un catholique désireux de savoir s'il était permis de mal parler d'un hérétique qui répandait de mauvaises doctrines, il répondit :

« Oui, vous le pouvez à la condition de vous en tenir à l'exacte vérité, à ce que vous savez de sa mauvaise conduite, présentant ce qui est douteux comme douteux et selon le degré plus ou moins grand du doute que vous aurez à cet égard. »

Saint François de Sales et sa douceur bien connue n'en était pas moins sévère avec les ennemis de la Foi. Il ne gardait aucun tempérament ni aucune considération envers eux.

Dans son Introduction à la vie dévote, il s'exprime plus clairement encore :

«  Les ennemis déclarés de Dieu et de l'Eglise, dit-il à Philotée, doivent être blâmés et censurés avec toute la force possible. La charité oblige à crier au loup, quand un loup s'est glissé au milieu du troupeau et même en quelque lieu qu'on le rencontre. »

Je sais, c'est hors-sujet ... Embarassed mais je n'ai pas pu m'empêcher ... Wink

Sandrine

Nombre de messages : 1746
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Invité le Sam 7 Mar 2009 - 20:33

Je pense qu'il vaut mieux continuer ce fil ici, c'est plus approprié.

D'abord une chose, par rapport à ce que Guillaume a dit ici :
Mais entre-temps, la Providence divine a pourvu à nous éclairer d'une autre manière sur ce qui est juste et ce qui ne l'est pas...en permettant la publication en 1917 du CIC !
Je comprends mal le sens de ce qu'il veut dire. Le CIC n'est "qu'un" rassemblement de toutes les lois promulguées auparavant par les pontifes, les conciles, les Écritures Saintes etc... Pourquoi alors dire que sans le CIC, on serait dans le pétrin ? Le lois seraient toujours là et auraient la même puissance, non ?

A suivre, je vais relire le fil cité par lui sur Micael.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Eric le Sam 14 Mar 2009 - 14:45

Mars a écrit :
Je pense qu'il vaut mieux continuer ce fil ici, c'est plus approprié.

D'abord une chose, par rapport à ce que Guillaume a dit ici :

Mais entre-temps, la Providence divine a pourvu à nous éclairer d'une autre manière sur ce qui est juste et ce qui ne l'est pas...en permettant la publication en 1917 du CIC !


Je comprends mal le sens de ce qu'il veut dire. Le CIC n'est "qu'un" rassemblement de toutes les lois promulguées auparavant par les pontifes, les conciles, les Écritures Saintes etc... Pourquoi alors dire que sans le CIC, on serait dans le pétrin ?
Tout simplement parce que le CIC 17 est le lieu théologique* qui peut servir négativement, et dans certains cas positivement, à établir l’origine divine d’une doctrine ou d’une pratique, à fixer la « doctrine ecclésiastique » (discipline), ou à préciser le sens d’une proposition révélée ou même d’un texte scripturaire.

Ainsi l'erreur est écartée et le libre examen est battu en brèche par le CIC ...
Le CIC 17 est donc un puissant barrage dressé face aux hérésies montantes que dénonçait violemment Saint Pie X à son époque !


* « lieu théologique », c'est à dire : l'ensemble des documents et des sources auxquels l’Église enseignante et les théologiens vont puiser leurs enseignements et leurs preuves .

Mars a écrit :
Les lois seraient toujours là et auraient la même puissance, non ?
Pas absolument et surtout pas de façon aussi puissante, claire, nette et précise car le code EST LE SEUL recueil officiellement promulgué des lois universelles de l’Église catholique .
Comme dit, le libre examen est écrasé comme une punaise par le code ...
Ces lois ont été fixées juridiquement par l'autorité légitime; impossible donc de les contourner volontairement sans tomber sous la condamnation émise lors de la promulgation du code par Benoît XV :
Nous promulguons le présent Code tel qu’il a été rédigé et Nous décrétons et ordonnons qu’il a désormais force de loi pour toute l’Église (...) Qu’il ne soit permis à personne absolument d’enfreindre cette page présente de Notre Constitution (...) Si quelqu’un avait la présomption d’y attenter, qu’il se sache encourir l’indignation du Dieu tout-puissant et de ses bienheureux Apôtres Pierre et Paul.
Mars a écrit :
A suivre, je vais relire le fil cité par lui sur Micael.
Cela serait bon en effet car déjà, au mois de Juin 2007, cette réflexion très juste t'avait été faite sur ce fil :

Abbé Zins a écrit :
N'est-ce point parce que vous ne savez pas y percevoir une remontée aux principes objectifs ?

et parce que vous n'argumentez que subjectivement ?
Je précise pour les membres de Deo Juvante que Mars a dit qu'il continuerait à venir lire ici ...
Voici pourquoi je lui réponds .

Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Guillaume le Sam 14 Mar 2009 - 17:16

Mars a écrit: Le CIC n'est "qu'un" rassemblement de toutes les lois promulguées auparavant par les pontifes, les conciles, les Écritures Saintes etc...

Plus que d’un rassemblement, il s’agit d’une refonte des lois de l’Eglise, certaines étant par ailleurs abrogées ou modifiées pour les adapter aux circonstances.

Ad Patres a écrit: le code EST LE SEUL recueil officiellement promulgué des lois universelles de l’Église catholique .

Effectivement. Avant 1917, le droit canonique était éparpillé dans différents recueils de textes de lois : la codification entreprise par Saint Pie X a donc permis de mettre de l’ordre dans les prescriptions antérieures et de clarifier certaines notions restées obscures.

Pour nous catholiques du XXIème siècle qui n’avons – pour la plupart – jamais vu agir l’Eglise agir en tant qu’institution visible faute d’autorité hiérarchique en place, c’est une mine d’informations pour comprendre son fonctionnement.

Guillaume

Nombre de messages : 248
Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Eric le Sam 14 Mar 2009 - 18:06

Guillaume a écrit :
Effectivement. Avant 1917, le droit canonique était éparpillé dans différents recueils de textes de lois : la codification entreprise par Saint Pie X a donc permis de mettre de l’ordre dans les prescriptions antérieures et de clarifier certaines notions restées obscures.
EXACTEMENT !

L’Ami du Clergé, 1919, n° 45 a écrit :
(à cause de la promulgation du code) ... les théologiens auraient désormais moins d’excuses à présenter, pour justifier leur ignorance des lois ecclésiastiques, qu’au temps où Melchior Cano* leur reprochait de négliger l’étude du droit canon et leur montrait les avantages qu’ils pourraient en tirer pour compléter leur documentation et étayer plus solidement certaines de leurs thèses dogmatiques ou morales.

*De locis theologicis, lib. VIII, cap. VII, n° 2.

Eric

Nombre de messages : 1556
Date d'inscription : 24/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Invité le Sam 14 Mar 2009 - 23:20

Guillaume a dit au sujet du Droit Canon :

Pour nous catholiques du XXIème siècle qui n’avons – pour la plupart – jamais vu agir l’Eglise agir en tant qu’ institution visible faute d’autorité hiérarchique en place, c’est une mine d’informations pour comprendre son fonctionnement.

effectivement, c'est une mine d'informations pour comprendre son fonctionnement et si vous le permettez j'ajouterais que c'est une mine d'information pour que nous connaissions sa volonté et qu' ainsi, nous puissions lui obéir sans chercher les fausses excuses que se sont trouvés la tradouilles pour faire absolument n'importe quoi et passer outre cette soumission salutaire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le CIC 1917 est-il fait pour notre temps ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:40


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum